Les troupes britanniques patrouilleront sur les plages françaises pour enrayer la crise des migrants | Politique | Nouvelles


Des migrants français lancent un bateau en mer

Au moins 27 migrants sont morts lorsqu’un bateau fragile a chaviré au large de Calais. (Image : Steve Reigate)

Priti Patel se rendra à Paris ce week-end pour débattre d’un accord visant à briser les gangs de trafiquants d’êtres humains après qu’au moins 27 personnes se soient noyées dans la Manche mercredi. Les navires des forces frontalières britanniques pourraient également être autorisés à patrouiller dans les eaux juste au large des côtes françaises dans le cadre de la répression.

Le ministre de l’Intérieur envisage un accord de coopération frontalière avec des ministres et des responsables du gouvernement du président Emmanuel Macron. Les ministres de l’Intérieur de toute l’Europe devraient également se réunir à Bruxelles dans quelques jours pour discuter des mesures à l’échelle du continent pour reprendre le contrôle des migrations.

Après des mois de refus de coopérer de la part de l’administration du président Macron, la ministre de l’Intérieur a finalement convaincu hier son homologue français Gerald Darmanin de la nécessité d’agir d’urgence à la suite de l' »horrible » tragédie.

Au moins 27 migrants sont morts lorsqu’un bateau fragile a chaviré au large de Calais après avoir été heurté par un porte-conteneurs.

Une déclaration du ministère de l’Intérieur à la suite de leur conversation téléphonique a déclaré: «Les ministres ont souligné la nécessité d’une coopération plus approfondie pour arrêter les traversées de la Manche et la nécessité de travailler en étroite collaboration avec les partenaires européens.

« La ministre de l’Intérieur rencontrera le ministre Darmanin ce week-end pour poursuivre ce travail et elle enverra demain des responsables et des agents des forces de l’ordre à Paris pour intensifier la coopération conjointe et le partage de renseignements. Les deux ministres ont convenu de rester en contact.

Priti Patel

Ministre de l’Intérieur Priti Patel (Image : Dan Kitwood/Getty Images)

Mme Patel a déclaré hier aux députés qu’il n’y avait « pas de solution miracle » à la crise des migrants.

Dans une déclaration aux Communes, elle a confirmé qu’elle avait proposé des patrouilles conjointes de la côte française pour arrêter les migrants tentant la périlleuse traversée vers le Royaume-Uni.

Elle a déclaré: «J’ai une fois de plus tendu la main et fait mon offre très claire à la France sur une coopération conjointe France-Royaume-Uni et des patrouilles conjointes pour empêcher ces voyages dangereux d’avoir lieu.

« J’ai proposé de travailler avec la France pour mettre plus d’officiers sur le terrain et de faire absolument tout ce qui est nécessaire pour sécuriser la zone afin que les personnes vulnérables ne risquent pas leur vie en embarquant dans des bateaux en mauvais état.

« Il y a une crise mondiale de la migration illégale. J’ai répété à maintes reprises que ces voyages outre-Manche étaient absolument inutiles. Mais, comme je l’ai prévenu depuis deux ans, ils sont aussi mortellement dangereux.

« Ce qui s’est passé a été un choc terrible. Ce n’était pas une surprise, mais c’est un rappel de la façon dont les personnes vulnérables sont mises en danger lorsqu’elles sont entre les mains de gangs criminels.

Le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin

Le ministre français de l’Intérieur Gerald Darmanin s’adresse aux médias après les décès. (Image : FRANCOIS LO PRESTI/AFP via Getty Images)

« Il n’y a pas de solution miracle. Il s’agit de lutter contre les facteurs d’attraction à long terme, d’écraser les gangs criminels qui traitent les êtres humains comme des marchandises et de s’attaquer aux chaînes d’approvisionnement. Cela nécessite un effort international coordonné.

Mme Patel a confirmé que les discussions avec son homologue français comprenaient l’envoi de troupes et de policiers britanniques en France pour s’attaquer au problème. L’arrière-ban conservateur Philip Hollobone a demandé : « A-t-elle proposé aux gardes-frontières de travailler près des côtes françaises en collaboration avec les Français, et a-t-elle proposé le déploiement de troupes britanniques et de la police britannique, si nécessaire sous commandement français, pour opérer sur plages françaises ?

Mme Patel a répondu: « Oui, je l’ai fait. »

Boris Johnson a écrit au président Macron hier soir pour présenter une série de propositions aux responsables britanniques et français de travailler ensemble pour écraser les gangs de passeurs.

Des patrouilles conjointes du littoral français pourraient commencer dès la semaine prochaine, a déclaré le Premier ministre. Il a également proposé un « travail immédiat » sur un accord bilatéral sur les migrants de retour.

Vue aérienne des bateaux utilisés par les migrants

Vue aérienne d’un bateau « cimetière » (Image : Chris Gorman/Getty Images)

Le Premier ministre a suggéré davantage de mesures de haute technologie, notamment des capteurs et des drones de surveillance aéroportés autour des plages françaises, ainsi qu’un travail de renseignement conjoint pour fournir de meilleures données sur les mouvements de migrants.

Sa lettre a félicité les efforts français jusqu’à présent tout en insistant sur le fait que davantage doit être fait pour éviter de nouvelles tragédies.

M. Johnson a déclaré : « Si ceux qui atteignent ce pays étaient
rapidement renvoyé, l’incitation pour les personnes à mettre leur vie entre les mains des trafiquants serait considérablement réduite.

«Ce serait la plus grande mesure que nous pourrions prendre ensemble pour réduire l’attrait du nord de la France et briser le modèle économique des gangs criminels.

« Je suis convaincu qu’en prenant ces mesures et en nous appuyant sur notre coopération existante, nous pouvons lutter contre la migration illégale et empêcher davantage de familles de subir la perte dévastatrice que nous avons vue hier. »

Hier à la Chambre des communes, avant la confirmation du voyage du ministre de l’Intérieur en France, les députés conservateurs ont averti que le président Macron devait agir maintenant pour éviter de nouvelles tragédies.

Boris Johnson

Premier ministre Boris Johnson (Image : Christopher Furlong – Piscine WPA / Getty Images)

L’ancien ministre du Cabinet, Robert Jenrick, a déclaré : « C’est dans le don du président français de mettre fin à cela maintenant. Cela demandera plus d’action de la part des Français, mais cela doit être dans notre intérêt mutuel, car plus il y aura de gens traversant la Manche, plus il y aura de gens qui viendront en France.

S’exprimant lors d’une visite en Croatie, le président Macron a déclaré : « Nous allons demander une aide supplémentaire aux Britanniques car tous ces hommes et ces femmes ne veulent pas rester en France ».

Hier, le ministre français M. Darmanin a blâmé les gangs qui ont promis aux gens «l’Eldorado de l’Angleterre» pour une somme importante.

Mais la maire de Calais, Natacha Bouchart, a déclaré hier : « Le gouvernement britannique est à blâmer. Je crois que Boris Johnson a cyniquement choisi de blâmer la France.

Pierre-Henri Dumont, l’homme politique représentant Calais à l’Assemblée nationale française, a rejeté l’idée de patrouilles conjointes comme « folle ».

Pendant ce temps, des centaines de personnes ont manifesté hier devant le ministère de l’Intérieur pour condamner les politiques frontalières britanniques et faire preuve de solidarité
avec les migrants.

Les manifestants tenaient des pancartes « personne n’est illégal » et une banderole « accueil des réfugiés » alors qu’ils se rassemblaient devant le bâtiment du département dans le centre de Londres pour exiger la fin des décès de la Manche.

——————-

Le sang des réfugiés est entre les mains des Gaulois, selon LEO McKINSTRY

Des migrants secourus

Plus de 23 500 migrants ont atteint le Royaume-Uni par bateau, soit le triple du total pour l’ensemble de 2020. (Image : Tim Merry)

La tragédie de la Manche représente un acte d’accusation sauvage contre la cupidité criminelle, l’échec politique et l’idéologie déformée.

La responsabilité directe des 27 morts déchirantes incombe aux passeurs. À un prix estimé à 3 000 £ par tête, ces gangsters auraient pu gagner près de 100 000 £ sur le voyage malheureux de mercredi, entrepris dans un bateau aussi fragile qu’une pataugeoire.

L’incident meurtrier n’a pas non plus interrompu leurs opérations. Même hier, alors que la recherche des corps se poursuivait, de plus en plus de bateaux ont effectué la traversée illégale vers Douvres.

Pourtant, les passeurs ne pourraient pas agir ainsi si les politiciens et les forces de l’ordre des deux côtés de la Manche avaient la volonté de les vaincre.

Au ministère de l’Intérieur, l’habitude de Priti Patel de trop promettre et de ne pas tenir ses promesses est devenue de plus en plus apparente, comme dans sa vaine affirmation le mois dernier d’« écraser le modèle économique des passeurs ».

Dans la même veine, Boris Johnson a sévèrement mis en garde en août 2019 ceux qui envisageaient le voyage : « Nous vous renverrons. »

Les migrants traversent la Manche en barque

Alors que la recherche des corps se poursuivait, de plus en plus de bateaux ont effectué la traversée illégale vers Douvres. (Image : Luke Dray/Getty Images)

Pourtant, cette année, alors que l’afflux a déjà atteint un record de 26 000, seuls cinq migrants clandestins de la Manche ont été effectivement expulsés. Trop souvent, la Force frontalière a agi comme un service de quasi-ferry, fournissant même des repas chauds.

Les négociations pour la création de centres de traitement des demandes d’asile à l’étranger n’ont abouti à rien. « Fake news », a déclaré le gouvernement albanais lorsqu’il a été interrogé sur un éventuel accord avec la Grande-Bretagne.

Mais pour être juste envers les ministres, ils ont travaillé dans un climat profondément hostile aux contrôles aux frontières, les considérant comme une barrière oppressive à une plus grande diversité.

Cette attitude traverse la fonction publique, le secteur caritatif et les médias. Il peut également être trouvé parmi les avocats de gauche qui utilisent une aide juridique somptueuse et le processus d’appel complexe pour contrecarrer les renvois.

Un problème encore plus important a été le gouvernement de Paris. Les Français se sont trop souvent comportés en complices avec les passeurs. Le sang est sur les mains gauloises. Ils ont permis aux camps de prospérer et aux canots de se lancer. Cette semaine, de frêles embarcations ont appareillé sous les yeux de la police française qui n’a rien fait pour les arrêter.

Que se passe-t-il chez vous ? Découvrez-le en ajoutant votre code postal ou visitez InYourArea

La Grande-Bretagne a promis 54 millions de livres sterling pour améliorer la sécurité sur la côte française, mais jusqu’à présent, cela ne semble être que de l’argent perdu.

La France a même refusé de laisser travailler la police britannique sur son territoire, à l’opposé de la Pologne qui a accueilli nos soldats pour renforcer sa frontière avec la Biélorussie.

La pourriture en France commence au sommet du président Emmanuel Macron. Avec un cynisme épique, il sème le trouble autour de Calais pour deux raisons.

Premièrement, il se considère comme le gardien de la mission fédérale de l’UE, il veut donc saper le Brexit en rendant la vie difficile au Premier ministre.

Deuxièmement, il risque sa réélection en avril, il veut donc attiser les antagonismes en tenant notre pays pour responsable de la création de la misère autour de Calais. Les Britanniques encouragent soi-disant la migration illicite par le biais de prestations généreuses, de l’économie souterraine et de l’absence de contrôles d’identité.

C’est un thème repris par le ministre français de l’Intérieur Gérard Darmanin qui a déclaré : « Nous ne serons pas sermonnés par les Britanniques. Nous ne sommes ni leurs employés ni leurs auxiliaires.

Il n’est pas étonnant que la coopération ait été si pauvre.

Inévitablement, l’UE a aggravé les choses. L’obsession bruxelloise de la libre circulation a facilité non seulement les passeurs mais aussi le transit des migrants économiques. La Manche n’est pas unique. Il y a de telles crises dans toute l’Europe, de l’Espagne à la Grèce.

En cherchant à détruire l’identité nationale et en traitant la démocratie avec mépris, l’UE a privé la civilisation européenne de la volonté de défendre sa propre intégrité.

On ne peut qu’espérer que la catastrophe de cette semaine conduira à un revirement de cette position.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *