Les tombeaux royaux dans la grande pyramide appelée Structure II


Le tombeau de Yuknoom Yich’aak K’aak’ (Griffe de Feu). Il était l’un des trois grands rois de la Kaan (Serpent) Dynastie, qui a régné Calakmul durant le VIIe et la première moitié du VIIIe siècle après JC. L’affichage ci-dessus est situé dans le Musée à Fuerte San Miguel dans la ville de Campeche. C’est ainsi que le tombeau serait apparu quelques années après son enterrement.

L’exposition est une reproduction car une grande partie du matériau d’origine, y compris le linceul et la plate-forme en bois sous le corps, s’était en grande partie désintégrée au cours des 1 300 ans qui se sont écoulés avant que la tombe ne soit découverte au milieu des années 1990 par le Projet archéologique de la biosphère de Calakmul.
Dans cet article, je parlerai du contenu de la tombe, de la façon dont elle a été découverte et un peu de l’histoire de la personne qui y a été enterrée. De plus, je montrerai une partie du contenu d’autres tombes trouvées dans la Structure II, ainsi que quelques-unes des anciennes croyances et pratiques funéraires des Mayas.

Structure II, vue de son angle nord-est. Un système d’escaliers mène au septième niveau de la pyramide. À ce niveau, les portes de la structure IIb (le palais du souverain) sont visibles au-dessus. Il a été construit au 8ème siècle après JC, au cours de la dernière phase de de Calakmul Occupation. Sur la partie inférieure de l’escalier principal, vous pouvez voir une stèle blanche. L’image gravée dessus peut être la mère de Griffe de Feu.

Au début du Classique (250-600 après JC), un bâtiment maintenant appelé Substructure IIb a été construit au niveau sept. Des tombes pour les dirigeants et autres élites de haut niveau ont été construites sous le sol de la sous-structure IIb. Cela a ajouté une fonction politique à une pyramide qui avait été précédemment consacrée à des fins religieuses. Plusieurs décennies après l’enterrement de Griffe de Feu, le bâtiment dans lequel il a été enterré a été recouvert par la Structure IIb, dont nous voyons les ruines aujourd’hui.

Structure II, vue en coupe transversale, vers l’ouest. Le nord est à droite. Au bas de l’escalier, vous pouvez voir deux des cinq stèles qui ont été érigées en 702 après JC par Yuknoom a pris ‘K’awiil, Griffe de Feu Kaan Successeur de dynastie. À mi-chemin dans les escaliers se trouve la stèle blanche contenant l’image de la femme (ou de la mère ?) de Griffe de Feu.

La sous-structure IIb se trouve au niveau sept de la pyramide et a deux tombes enterrées sous son plancher. La tombe 4 contenait la griffe de feu, tandis que le corps de la tombe 3 était celui d’un jeune garçon. Des graffitis anciens trouvés dans la sous-structure montrent que vers 725 après JC, elle était recouverte par le palais de la structure IIb. Les sépultures ont été découvertes lorsque des archéologues ont creusé un tunnel dans le sol de la structure IIb. (Photo de Une tombe dynastique de Campeche, Mexique)
Tombe 4 : Lieu de sépulture de Yuknoom Yich’aak K’ahk’

Détail de la tombe reproduite de Griffe de Feu. La tombe a une orientation est-ouest. La tête était vers lever du soleil, un événement céleste important pour les Mayas. Les murs de la tombe avaient été peints de glyphes, mais ils sont illisibles en raison de la détérioration. Le corps a été enterré sur le dos dans une position étendue avec le bras droit croisé sur la poitrine et le gauche le long du torse. Elle était richement entourée de mobilier funéraire.

Griffe de Feu était un homme robuste entre 45 et 60 ans lorsqu’il est mort. À 164 cm (5’4 in), il était légèrement plus grand que le Maya moyen de son temps. Trois de ses dents de devant supérieures étaient incrustées de jade, une méthode d’embellissement courante parmi l’élite maya. Bien que ses os présentent des signes d’ostéophytose (ossification des insertions tendineuses), la cause de sa mort est encore indéterminée. Il s’agit peut-être de blessures de combat lors de sa défaite par Tikal en 695 après JC.

Un pigment de cinabre a été appliqué sur le corps. Sa couleur rouge symbolise le lever du soleil et le sang, tous deux d’une grande importance pour les Mayas. L’enveloppe en tissu a été scellée avec de la résine puis recouverte de latex, tous deux à l’état liquide lors de l’application. Ce traitement soigneux était responsable du niveau de conservation du corps. Enfin, tLe linceul de tissu était recouvert d’une peau de bête.

Plaque avec des glyphes déclarant qu’elle appartenait à Griffe de Feu. Il était de pratique courante pour les élites mayas de posséder des céramiques contenant des déclarations de propriété. Au centre de l’assiette se trouve l’image d’un dieu nommé pour son chapeau de bouffon. le Dieu bouffon était étroitement associé aux dirigeants mayas, qui portaient souvent son image sur leur couvre-chef. Cette plaque dans la tombe, ainsi que d’autres céramiques qui établissent une plage de dates, indiquent fortement que la tombe est celle de la Griffe de Feu. (Photo de Analyse de la distribution des basses terres mayas centrales)

En plus de la céramique, les objets funéraires inclus des bijoux en coquille de Spondylus et huit paires de pattes de félin, peut-être de jaguars. Une grande variété de colliers et de bracelets de jade ont été trouvés sur ou près du corps. Certaines pièces de jade perforées avaient été cousues dans du tissu. La coiffe du souverain était également présente, en matériau de palme polychrome et décoré d’une mosaïque de jade. Enfin, la tombe contenait un masque de jade spectaculaire

Le masque de jade de Claw of Fire a été trouvé sur le côté droit de sa poitrine. Le masque était composé d’une mosaïque de pièces de jade, ainsi que d’obsidienne grise et de coquilles de Spondylus pour les yeux. Les dispositifs ronds sous les oreilles représentent les bouchons d’oreilles portés par les figures d’élite. De tels masques s’appelaient k’oh par les Mayas et étaient considérés comme animés. C’était assez courant pour k’oh être enterré avec des dirigeants. L’un des masques les plus célèbres a été trouvé dans la tombe de Pakal le Grand à Palenque.

Le masque de la Griffe de Feu était associé au dieu de maïs (maïs) et symbolise la renaissance de la vie lors des cycles agricoles. Le mythe de la création maya comprend l’histoire de Jumeaux Héros qui est entré dans Xibalba (les enfers) pour jouer au jeu de balle contre les seigneurs de la mort. Les Twins ont gagné, mais les Lords les ont tués après le match. Cependant, par un trucage, ils reviennent à la vie. Après s’être échappé Xibalba ils sont devenus le soleil et la lune. Leur père est devenu le dieu de maïs.

Tombe I : Lieu de sépulture de la femme d’un grand souverain

Masque et bouchons d’oreilles de la tombe de la femme de Yuknoom Ch’een II. Son nom signifie « Celui qui fait trembler les villes ». Yuknoom le Grand était le père de Yuknoom Yich’aak K’ahk’, donc elle a peut-être été sa mère. Cependant, les dirigeants mayas étaient connus pour avoir plus d’une épouse. Si elle était la mère de Claw of Fire, elle pourrait aussi être la figure représentée sur la stèle 116, le monument blanc au milieu des marches principales de la structure II.

Vase à boire peint à l’effigie du jeune dieu maiz. Les glyphes sur le gobelet indiquent qu’il devait être utilisé pour boire du « cacao fruité ». Cacao les fèves étaient (et sont toujours) utilisées pour faire du chocolat, une boisson réservée à l’élite. La boisson était parfois rehaussée par l’ajout de sang séché de guerriers. Les haricots étaient considérés comme si précieux qu’ils étaient parfois utilisés comme monnaie d’échange.
L’image sur le navire montre la naissance du maïs dieu alors qu’il sort d’un crâne fendu. Une fois de plus, un lien funéraire est établi avec les cycles de mort et de renaissance de l’agriculture. Le style Codex de cette pièce en céramique a reçu ce nom parce que les couleurs sont similaires à un codex hiéroglyphique maya. Des céramiques comme celle-ci ont été fabriquées pour les membres de la famille royale, en particulier pendant la Kaan Dynastie des VIIe et VIIIe siècles. (Photo de Musée national d’anthropologie)

Autres tombes d’élite et leur contenu

Reproduction de tombe du Musée de Fuerte San Miguel. Le contenu de cette tombe, appelé mobilier funéraire, est probablement assez similaire à celui trouvé dans la tombe 3, une sépulture trouvée à côté de celle de Griffe de Feu. L’occupant de la tombe 3 a été enterré au début de l’ère classique (250-600 après JC), ce qui rend la tombe au moins 100 ans plus ancienne que l’enterrement de la griffe de feu et peut-être beaucoup plus ancienne que cela. La tombe 3 a été profanée à l’époque préhispanique, mais certains objets ont été récupérés.

Il s’agissait notamment des ossements d’un garçon âgé de six à huit ans. De plus, la tombe contenait quatre pièces en céramique. Ceux-ci comprenaient deux plats et un vase dans le Aguila style (Aigle) et un cylindre de trépied noir dans le Teotihuacan style. Les premiers styles classiques de ces céramiques ont établi le calendrier de l’enterrement. L’identité du garçon est inconnue, bien qu’il ait dû faire partie de l’élite de haut niveau pour être enterré dans ce site.


Pendentif en jade en forme de serpent articulé. Ce serpent de jade a été trouvé dans l’un des de Calakmul tombes et a été daté du début de l’ère classique. Les pièces sont toutes perforées dans le sens de la longueur et étaient autrefois reliées par un cordon en fibre de sorte que, lorsqu’elles étaient déplacées, elles se tordaient d’avant en arrière comme un serpent. Le jade était considéré comme extrêmement précieux à cette époque, donc une pièce magnifiquement faite n’était probablement pas un jouet.

Jade a souvent été retrouvée dans des lieux de sépulture, parfois sous forme de perles rondes laissées dans la bouche du défunt. Ceux-ci symbolisaient la plantation et la renaissance du dieu maiz. Serpents étaient considérés comme les véhicules par lesquels le soleil et les étoiles traversaient les cieux. La mue périodique de la peau d’un serpent était considérée comme un symbole de renaissance et de renouveau.

Pot et couvercle Early Classic décorés de poissons et de visages fantastiques. Des pots comme celui-ci ont souvent été trouvés dans les tombes de personnalités d’élite décédées à l’époque classique. La possession d’objets comme celui-ci était une marqueur de statut et de richesse.

Les céramistes qui fabriquaient et décoraient ce genre de céramique étaient souvent parrainés par de Calakmul cours royales et celles d’autres villes mayas classiques. Les céramiques magnifiquement fabriquées étaient souvent utilisées comme cadeaux diplomatiques par les dirigeants désireux de cimenter les relations avec des fonctionnaires subordonnés, ainsi que comme objets funéraires dans les enterrements de haut rang.

L’ère Terminal Classic reste d’un enfant enterré dans une urne. Ces sépultures comprenaient souvent des flûtes, des sifflets, de petits objets en jade et des coquillages. Il apparaît, dans ce cas, que le corps de l’enfant a été désarticulé avant d’être placé dans l’urne. Bien que cela ne soit pas représenté ici, les embouchures des urnes funéraires étaient souvent recouvertes d’une plaque retournée.

Les Mayas pleuraient profondément les morts et craignaient Xibalba. Ils croyaient qu’il y avait neuf niveaux et chacun était plein de dangers terribles par lesquels les morts devaient passer. Ceux-ci comprenaient des eaux rugissantes, de hautes montagnes, des rivières de sang et des lames filantes d’obsidienne acérée comme des rasoirs. Les objets funéraires placés dans les tombeaux étaient destinés à aider les morts dans leur voyage.

Ceci termine la partie 3 de mon Calakmul séries. La prochaine fois, nous examinerons plusieurs autres bâtiments autour de la place centrale qui forment un observatoire astronomique. J’espère que vous avez apprécié cette publication et, si c’est le cas, vous pourrez laisser vos commentaires ou questions dans la section Commentaires ci-dessous, ou m’envoyer un e-mail directement.



Source link

Laisser un commentaire