Les soins de santé français m’ont bien mieux servi que ceux de Grande-Bretagne


La combinaison d’avoir une maison dans la campagne bretonne et de souffrir d’une maladie chronique, la fibrillation auriculaire, m’a permis de me familiariser un peu trop avec les systèmes de santé français et britannique.

Mes rencontres avec le NHS n’ont pas toujours été heureuses. Je n’ai que des éloges pour la gentillesse, la compétence et le professionnalisme du personnel clinique, mais j’ai souvent été frustré par longues attentes et le soupçon que son cas a disparu dans une bureaucratie irresponsable. J’ai dû aller en privé pour une intervention avant qu’un accident vasculaire cérébral imminent ne m’attrape.

Le système de santé français, dont je fais également partie, a mieux fonctionné pour moi.

Mon cardiologue français opère dans une petite clinique spécialisée bien équipée dans notre ville locale de Redon. C’est un vrai professionnel et je peux communiquer avec lui directement par e-mail. La défibrillation électrique n’ayant pas réussi à me stabiliser, il m’a référé au spécialiste régional des tachycardies (rythmes cardiaques irréguliers), basé au CHU de Rennes, et j’ai été invité à le voir.

Le trajet étant d’une heure et demie sur la route, mon médecin généraliste m’a prescrit un taxi ambulance, conduit par un ambulancier qualifié. Le consultant est sorti de son bureau à l’heure et m’a accueilli.

Aucun autre examen médical n’était nécessaire, car mon cardiologue lui avait déjà remis son rapport. Il s’est plutôt concentré sur une explication complète de la procédure recommandée, puis m’a interrogé pour s’assurer que j’étais un cas digne d’un traitement aussi coûteux.

Après avoir délibéré quelques instants, à mon grand étonnement, il ouvrit le tiroir de son bureau et en sortit son journal. Il a dit désolé, mais je ne peux pas te voir pendant quelques mois. Il a ensuite mis un casque et a commencé à dicter à sa secrétaire. Il a réservé mon séjour à l’hôpital et a écrit la lettre médicale à mon cardiologue et à mon médecin généraliste – avec copie pour moi. Au moment où j’ai quitté son bureau, tout avait été mis en place et j’ai reçu le pack de bienvenue de l’hôpital par la poste quatre jours plus tard.

L’opération a été une démonstration de bravoure de compétences et de technologie réalisée en septembre. Je suis maintenant sur la voie de la guérison et je peux à nouveau accompagner ma femme lors de longues promenades avec le chien. Je pourrais résumer certains avantages de ce type de service :

• Les spécialistes gèrent leurs propres listes de patients et communiquent directement avec le patient.

• Les médecins généralistes sont des médecins et des facilitateurs. Ce ne sont pas des gardiens.

• L’État prend une partie de l’onglet. Le solde est couvert par une assurance non obligatoire. Ma femme et moi payons 120 € par mois pour nous deux. Quand j’ai dit à un voisin qu’ils devaient courir à perte avec moi, elle m’a expliqué que tous les fournisseurs fonctionnent comme des mutuelles, donc peuvent se permettre de garder des vieux comme moi.

• Les renouvellements d’ordonnances sont gérés par les pharmacies. Tout ce que le médecin généraliste a à faire est de vous contrôler tous les trois mois, ce qu’il fait correctement, et de renouveler l’ordonnance.

• Les taxis ambulances sont une entreprise privée et vous emmèneront partout en France avec le confort de savoir qu’un ambulancier conduit.

Je me rends compte que le système en France ne fonctionne pas sous la densité de population du Royaume-Uni, et les problèmes politiques rendent Réforme du NHS très difficile, mais j’aimerais parfois qu’il y ait une fertilisation croisée des idées.

Il ne faut pas avoir peur des modèles de financement alternatifs pour les soins de santé.

Laisser un commentaire