Les restes de soldats grecs rentrent chez eux


Les restes de sept soldats grecs qui ont perdu la vie lors de l’invasion turque de 1974 ont été transférés en Grèce jeudi.

La cérémonie de remise a eu lieu en présence du ministre grec de la Défense Nikolaos Hardalias.

Des proches des soldats ont voyagé pour recevoir les restes de leurs proches ainsi que des médailles d’honneur.

La cérémonie, qui s’est tenue à l’ancien aéroport de Larnaca, a commencé par une bénédiction avant que les restes ne soient chargés dans un avion C-130 à destination de la Grèce.

Les restes ont été transférés par avion pour une inhumation appropriée dans les lieux de leur origine. Six des soldats étaient stationnés à Eldyk, la force hellénique à Chypre et ont été tués au cours de combats de l’été 1974. Le septième était à Noratlas, l’avion de transport militaire abattu à Nicosie.

Le commissaire présidentiel Photis Photiou a déclaré que les sept soldats grecs avaient donné leur vie pour Chypre et que le peuple chypriote leur était reconnaissant ainsi qu’à leurs proches, dont beaucoup ne sont plus en vie et sont décédés sans connaître le sort de leurs proches.

Selon Photiou, 77 citoyens grecs au total figurent sur la liste des personnes disparues, dont 47 sont toujours portés disparus.

Hardalias a déclaré que leur sacrifice prouvait les principes et les vertus de l’hellénisme, ajoutant que jusqu’à la toute fin, ils étaient restés concentrés et fidèles au serment militaire.

« Je suis ici pour recevoir les restes de mon frère et les ramener en Grèce », a déclaré Angeliki Karagouni, sœur de l’adjudant de réserve Charalambos Karagounis, qui faisait partie des sept. « Je suis très ému, mais aussi fier, que mon frère soit un héros ».

Karagouni a déclaré que la dernière fois qu’elle avait vu son frère, c’était lorsque sa famille lui avait fait signe à Loutraki le 5 juillet 1974, alors qu’elle avait 14 ans, et a ajouté qu’il était très douloureux de ne pas pouvoir partager de célébrations ou de moments heureux avec lui. .

Elle a également dit qu’elle était satisfaite du fait que les restes de son frère aient été retrouvés, mais qu’elle aurait souhaité qu’il y en ait plus. « J’ai appris que les restes que je reçois montrent qu’il a été fait prisonnier, maltraité et exécuté ».

« Je suis fière de ramener mon frère chez lui, dans son lieu de naissance », a-t-elle déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *