Les premiers jours, mais United Rugby Championship obtient une note de passage en Afrique du Sud

[ad_1]

  Crédit : PA Images

Crédit : PA Images

Le United Rugby Championship peut-il être à la hauteur de son potentiel ? Le tournoi ayant dépassé la moitié de sa saison inaugurale, cela reste une question intéressante, durable et peut-être ouverte à ce stade.

Il y a certainement eu un facteur de nouveauté dans la première saison du URC, mais cela ne veut pas dire qu’une compétition inter-hémisphère n’a pas été assaillie par différents défis. Le tournoi a d’abord chevauché le Springboks‘ Tournée de fin d’année 2021, comme c’est aussi le cas avec l’actuel Six-Nationsprivant l’URC d’un sérieux pouvoir de star.

Ensuite, il y a eu des perturbations de Covid-19, qui ont forcé des suspensions de matchs, des reprogrammations et bien sûr conduit à des scènes dramatiques en Afrique du Sud l’année dernière lorsque des équipes de tournée telles que Munster et Cardiff ont été bloquées lorsque la variante Omicron a été détectée pour la première fois, entraînant la fermeture des frontières et des perturbations des déplacements.

Tourner en Afrique du Sud est vraiment important

« Jusqu’à présent, la compétition a été un peu stop-start », reconnaît l’ancien Springbok Stefan Terblanche, qui a ouvert la voie à de nombreux Sud-Africains lorsqu’il a passé plusieurs saisons à Ospreys et en Ulster avant que de tels séjours à l’étranger ne deviennent monnaie courante.

« Mais je pense qu’il est vraiment important pour l’intégrité de la compétition que les équipes de l’hémisphère nord puissent venir avec succès faire le tour de l’Afrique du Sud maintenant, pour expérimenter ces conditions, et pour le public de rugby local de voir des équipes comme Munster en action.

«Je sais par expérience que lorsque je suis allé jouer pour les Ospreys, j’étais absolument inutile au début. Au cours des premiers matchs, alors que je m’adaptais aux conditions, aux différentes lignes de course, au terrain humide et aux stades plus petits, tout cela a contribué à une période où j’ai dû trouver mes marques. Il y aura donc ce genre de problèmes de démarrage, mais je pense que lorsque toutes les équipes seront de retour à pleine puissance pour la partie commerciale de la compétition, alors vous allez vraiment voir des feux d’artifice.

Les équipes irlandaises telles que Leinster, Ulster et Munster ont déjà déployé leurs muscles métaphoriques au cours de la première moitié de l’URC, mais il y a aussi le sentiment que les équipes sud-africaines font de plus en plus sentir leur présence.

D’ici la fin de cette saison, par exemple, les Sharks accueilleront Eben Etzebeth dans une équipe de stars qui comprend déjà six vainqueurs de la Coupe du monde, tandis que le PDG Eduard Coetzee a clairement indiqué que la franchise de Durban n’en avait pas fini avec sa campagne de recrutement. à l’instant.

L’entraîneur adjoint des Sharks, Noel McNamara, originaire d’Irlande, estime que l’URC « ne fera que se renforcer ».

« Je pense qu’il serait très difficile de juger l’URC en cette seule première année. Cela a été tellement impacté par Covid et c’est vraiment malheureux de voir comment les choses se sont déroulées avec les équipes qui sont venues à l’origine en Afrique du Sud. C’était tellement dommage, bien qu’un signe des temps dans ce monde actuel, mais j’espère que les choses vont maintenant dans la bonne direction en ce qui concerne la pandémie.

« Avec les fuseaux horaires favorables et la qualité des joueurs de l’URC, je pense que nous verrons cela devenir un tournoi vraiment compétitif qui présentera un rugby de haute qualité. Lorsque les gens commenceront à voir Siya Kolisi contre Peter O’Mahony ou Lukhanyo Am contre Garry Ringrose ou Johnny Sexton contre Morne Steyn, cela les excitera vraiment à propos de la compétition.

« C’est aussi un grand défi pour les joueurs », ajoute McNamara. « Vous pouvez jouer dans l’humidité de Durban un week-end, puis vous pouvez partir pour Johannesburg ou Pretoria pour jouer en altitude, puis vous diriger vers Benetton où les températures sont proches de zéro. »

C’est un sentiment partagé par l’entraîneur du Munster Johann van Graan, qui a supervisé la victoire retentissante de son équipe contre les Dragons à Limerick, avant de se rendre d’Irlande en Afrique du Sud – via Paris – pour affronter les Bulls le week-end dernier.

« Je pense que cela va être la beauté de l’URC au cours des deux prochains mois, 12 équipes européennes vont venir en Afrique du Sud pour deux matchs chacune, donc si vous regardez le journal maintenant, je pense que ça va être très différent après toutes ces tournées », a déclaré Van Graan. « Les quatre équipes sud-africaines ont beaucoup de cartes en leur faveur car elles ont pas mal de matchs à domicile à venir. »

En tant qu’ancien joueur, l’ancien légendaire Springbok Beast Mtawarira a observé avec intérêt l’entrée des franchises sud-africaines dans la compétition de l’hémisphère nord après avoir été larguée du Super Rugby.

« J’aurais savouré l’opportunité de jouer dans une telle compétition », a souligné Mtawarira. « Nous avions l’habitude de voyager 24 heures juste pour nous rendre en Nouvelle-Zélande, mais maintenant vous voyagez dans le même fuseau horaire. Le type de jeu lui-même convient aux joueurs sud-africains parce que nous aimons jouer un jeu orienté vers l’avant, donc je pense que c’est une bonne décision. C’est juste dommage que je ne joue plus », a-t-il ajouté en riant.

Lors du lancement du United Rugby Championship, il a été vanté comme un « changeur de jeu » qui allait devenir l’une des compétitions les plus vénérées du rugby mondial. Au dire de tous, il reste encore du chemin à parcourir avant d’être à la hauteur d’ambitions aussi élevées – en particulier compte tenu de certaines des controverses d’arbitrage qui ont parfois tourmenté les débats – mais cela ne veut pas dire que les premiers signes ne sont pas prometteurs.

Un jugement plus global peut être porté à la fin de la saison, mais pour l’instant, et comme l’a exprimé le verrou du Munster Jean Kleyn, l’arrivée des équipes sud-africaines semble avoir été bien accueillie.

« Après la première entrée des Cheetahs et des Kings, c’est maintenant un ajout fantastique d’avoir les autres équipes sud-africaines impliquées, et c’est de très bon augure pour l’avenir de la compétition », a commenté Kleyn. « Pour le développement du sport et de la compétition en général, c’est excitant. De toute évidence, pour les équipes sud-africaines, cela enlève le décalage horaire est-ouest qui a posé des problèmes de voyage et de diffusion, et jusqu’à présent, cela a été phénoménal de les avoir impliqués.

« Je pense que cela va vraiment élever le niveau de la compétition, et je suis sûr qu’ils seront en compétition pour les premières places dans un proche avenir. »

LIRE LA SUITE: Opinion: les équipes sud-africaines exploitent les conditions pour prendre pied dans le United Rugby Championship

L’article Opinion: Les premiers jours, mais United Rugby Championship obtient une note de passage en Afrique du Sud est apparu en premier sur Planetrugby.com.

[ad_2]

Laisser un commentaire