Les premiers évacués afghans arrivent à l’extérieur de Tokyo avec l’aide du gouvernement japonais

https://www.stripes.com/theaters/asia_pacific/2021-09-14/japan-afghanistan-evacuees-narita-airport-2883506.html
[ad_1]

Un drapeau afghan est hissé au-dessus de la province d'Helmand en 2010.

Un drapeau afghan est hissé au-dessus de la province d’Helmand en 2010. (US Marine Corps)

TOKYO — Dix Afghans qui ont quitté leur pays après que les talibans ont pris le contrôle en août sont arrivés au Japon cette semaine, selon le ministère japonais des Affaires étrangères.

Quatre sont arrivés dimanche soir et six autres lundi via des vols commerciaux à destination de l’aéroport international de Narita à l’extérieur de Tokyo, selon les communiqués de presse du ministère des Affaires étrangères de lundi et mardi. Ce sont les premiers Afghans à arriver au Japon après la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans, selon Kyodo News.

Le groupe était composé d’employés afghans de l’Agence japonaise de coopération internationale et de membres de leur famille, qui ont voyagé seuls par voie terrestre depuis l’Afghanistan vers un pays voisin, a déclaré le secrétaire général du Cabinet Katsunobu Kato lors d’une conférence de presse lundi. Il n’a pas identifié le pays voisin invoquant des problèmes de sécurité.

La JICA est une agence gouvernementale qui fournit une aide pour promouvoir le développement économique et social dans les pays en développement.

Le gouvernement japonais a délivré aux Afghans des visas à court terme et leur a acheté des billets d’avion après qu’ils aient exprimé leur souhait d’évacuer vers le Japon, a déclaré Kato.

Il a déclaré qu’ils avaient reçu des bilans de santé à Narita et seraient mis en quarantaine dans le cadre des exigences du Japon pour les arrivées internationales afin de freiner la propagation du coronavirus.

Kato a déclaré que le Japon soutiendrait les évacués, qu’ils souhaitent voyager dans un pays tiers ou rester au Japon. Il a déclaré que le gouvernement examinerait les demandes d’asile de n’importe lequel des Afghans de manière routinière.

« Bien qu’ils n’aient pas demandé le statut de réfugié, s’ils le souhaitent, le gouvernement japonais examinera chaque cas en fonction de la dernière situation en Afghanistan et donnera l’autorisation appropriée à ceux qui remplissent les conditions », a déclaré Kato.

À la fin du mois dernier, le Japon a envoyé des avions des Forces d’autodéfense en Afghanistan pour évacuer les Japonais et les Afghans qui travaillaient à l’ambassade du Japon et pour la JICA, a rapporté lundi le journal Mainichi.

Cependant, l’avion n’a pu évacuer qu’un Japonais et 14 Afghans vers le Pakistan au nom des États-Unis, a rapporté Kyodo News. Les Japonais et les Afghans que les Forces d’autodéfense devaient s’envoler ont été retardés par l’attentat terroriste du 26 août qui a tué 13 militaires américains, selon les médias japonais de l’époque.

Kato a déclaré que le Japon continuerait d’assurer la sécurité des travailleurs japonais et locaux restant en Afghanistan et aiderait tous ceux qui souhaitent évacuer par des efforts diplomatiques, y compris des négociations avec les talibans, et en coopérant avec des pays apparentés tels que les États-Unis et le Qatar.

Environ 500 Japonais et Afghans qui travaillaient pour le gouvernement japonais restent en Afghanistan, avec leurs familles, selon le rapport Mainichi.

Hana Kusumoto



Twitter


E-mail



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire