Les pertes d’Air France-KLM se réduisent alors que la demande rebondit

[ad_1]

Les pertes d’Air France-KLM ont fortement diminué au troisième trimestre grâce à une forte demande de voyages en été dans les pays qui ont ouvert leurs frontières alors que les restrictions liées à la pandémie se relâchent.

La compagnie aérienne a annoncé vendredi une perte nette de 192 millions d’euros pour les trois mois à fin septembre, une amélioration significative par rapport aux 1,5 milliard d’euros perdus au cours de chacun des deux trimestres précédents, mais toujours bien en deçà des 366 millions d’euros de bénéfices réalisés au troisième. trimestre 2019. Les analystes s’attendaient à une perte nette de 318 millions d’euros cette fois-ci.

« Nous montrons que nous revenons sur la bonne voie », a déclaré Steven Zaat, directeur financier, ajoutant qu’une augmentation des revenus était bien supérieure à ce que l’entreprise avait espéré.

« La capacité s’améliore de jour en jour [and] nous sommes prêts à augmenter encore, mais les réservations arrivent bien mieux que prévu », a-t-il déclaré.

La compagnie franco-néerlandaise a été durement touchée par l’effondrement du transport aérien causé par la crise de Covid-19 et a eu du mal avec un bilan contenant des milliards de prêts adossés aux gouvernements français et néerlandais pour l’aider à traverser la période.

Zaat a déclaré qu’il y avait encore un « grand saut à faire » pour revenir aux niveaux de rentabilité d’avant la pandémie.

Le bénéfice d’exploitation de la société s’est élevé à 132 millions d’euros, au-dessus des attentes du consensus d’une perte de 195 millions d’euros, mais toujours bien en deçà des 900 millions d’euros réalisés en 2019. La compagnie aérienne a déclaré une utilisation de la capacité à 66% des niveaux d’avant la pandémie au troisième trimestre.

Les perspectives pour le quatrième trimestre et jusqu’en 2022 étaient également plus brillantes que prévu.

La société a déclaré qu’elle s’attendait à ce que la capacité en passagers atteigne 70 à 75 pour cent des niveaux d’avant la pandémie au quatrième trimestre de l’année et qu’elle réalise un bénéfice annuel positif avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement.

Les actions de la société ont augmenté de près de 4% dans les échanges matinaux vendredi.

Les résultats ont été soutenus par la performance de la compagnie low-cost du groupe Transavia, qui a connu une forte reprise de la demande de voyages loisirs, notamment depuis les Pays-Bas et la France vers des destinations comme la Grèce, l’Espagne et le Portugal. La division, dont les niveaux d’activité sont revenus à environ 85 % des niveaux d’avant la pandémie, a réalisé un bénéfice d’exploitation de 105 millions d’euros.

Le chiffre d’affaires du Groupe au troisième trimestre s’est établi à 4,6 milliards d’euros, légèrement au-dessus des attentes du consensus de 4,5 milliards d’euros. La société a réduit sa dette nette à 8,1 milliards d’euros, en baisse de 3 milliards d’euros par rapport à la même période l’an dernier.

Le gouvernement français a converti cette année 3 milliards d’euros de prêts accordés à Air France l’année dernière en dette hybride perpétuelle et a participé à une augmentation de capital supplémentaire prévue jusqu’à 1 milliard d’euros. Il a également augmenté sa participation dans la compagnie aérienne à près de 30%.

Air France-KLM a également annoncé avoir sollicité et obtenu une notation ESG auprès de S&P, le premier groupe aérien à le faire, alors qu’il cherche d’autres moyens d’attirer des financements et de renforcer son bilan.

Zaat a déclaré vendredi qu’il ne s’attendait pas à ce que des mesures spécifiques visant le secteur de l’aviation soient annoncées lors de la conférence sur le climat COP26 à Glasgow la semaine prochaine.

[ad_2]

Laisser un commentaire