Les pays de l’UE se renvoient la balle sur les migrants


Les dirigeants et les militants de CHURCH ont accueilli avec consternation la décision de la Haute Cour le mois dernier selon laquelle le plan du gouvernement britannique visant à expulser les demandeurs d’asile vers le Rwanda est légal (News, 23 décembre).

Les experts libéraux ont présenté le programme rwandais et d’autres mesures anti-migrants comme faisant partie intégrante de la « stratégie post-Brexit » du Parti conservateur, impliquant ainsi une dissonance croissante des valeurs entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Au-delà de la rhétorique, cependant, le projet n’a pas grand-chose à voir avec le Brexit. Alors que la volonté de « reprendre le contrôle de nos frontières » résonne avec les messages du référendum de 2016, l’externalisation de la disposition d’asile du Royaume-Uni et la sécurisation raciale de ses frontières maritimes font que la Grande-Bretagne ressemble plus, et non moins, à l’Europe.

Les pays de l’UE et la Commission européenne ont établi des précédents pour l’externalisation par le Royaume-Uni des questions de migration vers les pays les plus pauvres (en Afrique et ailleurs), et avec d’importants manquements aux droits de l’homme. Ils l’ont fait grâce à des partenariats désastreux en matière de migration et de sécurité des frontières avec la Turquie, à partir de 2016, et avec la Libye, à partir de 2017.

À l’instar de l’accord entre le Royaume-Uni et le Rwanda, ces accords impliquaient d’échanger l’accueil de demandeurs d’asile par des États plus pauvres contre des incitations financières de la part des États plus riches. Lorsque des individus monétisent la migration, il s’agit de trafic ; quand les États le font, c’est de la diplomatie.

LE 2016 Accord UE-Turquie est née en réponse à la « crise migratoire » de 2015, lorsqu’environ un million de migrants, dont de nombreux Syriens déplacés par la guerre civile, sont entrés en Europe par la mer Égée et par voie terrestre depuis la Turquie. L’accord obligeait la Turquie à restreindre les passages et permettait à la Grèce de renvoyer les demandeurs d’asile déboutés vers la Turquie, qui accueillait alors 2,7 millions de Syriens (le chiffre est aujourd’hui de 3,6 millions).

Cela a été fait en échange de 6 milliards d’euros d’aide humanitaire de Bruxelles (l’engagement du Royaume-Uni envers le Rwanda ne représente que 2 % de cela) ; la perspective d’un voyage sans visa en Europe pour les Turcs ; et une promesse de l’UE d’admettre des Syriens sélectionnés qui avaient attendu en Turquie, dans le cadre d’un échange en tête-à-tête.

Principalement négocié par la chancelière allemande de l’époque, Angela Merkel, l’accord a été surnommé « une tache sur le bilan de l’UE en matière de droits de l’homme » par le Comité international de sauvetage (IRC) en 2021. L’IRC a en outre déclaré qu’il avait clairement indiqué que « l’externalisation de la gestion des migrations de l’UE vers des pays tiers n’est ni une solution humaine ni durable [n]ou une solution viable ».

L’appareil d’asile de la Grèce s’est tellement effondré qu’au lieu d’évaluer les cas individuellement, les autorités du pays ont mis en œuvre une politique générale de refoulements informels, violents et souvent mortels des demandeurs d’asile en mer. Ils ont été soutenus sur le plan opérationnel par Frontex, l’agence frontalière de l’UE.

Quarante mille Syriens sont restés piégés dans des conditions misérables dans des camps grecs qui n’avaient été conçus que pour quelques milliers de personnes. La Turquie, quant à elle, a stratégiquement armé les flux migratoires à sa frontière terrestre avec la Grèce, faisant pression sur l’UE pour qu’elle renouvelle le financement et accélère les concessions de visas pour les citoyens turcs. Une enquête publiée par Le gardien en mai 2021 a révélé que les refoulements soutenus par Frontex par la Grèce et d’autres États de l’UE avaient fait environ 2 000 morts depuis 2015.

Les conséquences de l’externalisation de la gestion de l’asile ont été encore plus alarmantes en Libye. Une enquête menée par le Presse associée, en 2019, a constaté que, « dans un pays sans gouvernement fonctionnel, d’énormes sommes d’argent européennes ont été détournées vers des réseaux entrelacés de miliciens, de trafiquants et de membres des garde-côtes qui exploitent les migrants ». Ces affirmations ont été vérifiées dans des rapports ultérieurs par d’autres organisations.

Un réseau qui se chevauche d’accords financés par des incitations financières entre l’UE, l’Italie et le gouvernement soutenu par l’ONU à Tripoli cherche à loger les migrants dans ce pays instable d’Afrique du Nord plutôt que de les faire traverser vers Lampedusa et d’autres îles italiennes.

L’enquête d’AP a révélé que les milices libyennes « torturent, extorquent et maltraitent les migrants contre des rançons dans les centres de détention. . . souvent dans des complexes qui reçoivent des millions d’argent européen ». Frontex nie l’implication de son personnel dans l’exploitation de tels centres, mais des drones et des avions de reconnaissance de Frontex se coordonnent avec les garde-côtes libyens dans les opérations qui conduisent au placement de migrants là-bas.

IL EST difficile de ne pas comparer l’hostilité continue envers les personnes à la peau brune fuyant la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan avec l’accueil réservé aux personnes à la peau blanche d’Ukraine. La vague de réfugiés de 2022 était huit fois plus élevée qu’en 2015, et pourtant les médias l’ont, dans l’ensemble, qualifiée de « défi humanitaire », et non de « crise existentielle » pour l’Europe.

Les Ukrainiens sont autorisés à transiter gratuitement dans plusieurs pays vers des endroits où les réseaux personnels existants peuvent les aider. Contrairement à 2015, il n’y a pas d’observations péjoratives sur les « achats d’asile » ou le « non-enregistrement dans le premier pays sûr » – ni d’appels à l’expulsion vers les États de première ligne.

Comme Stefanos Levidis, chercheur à Forensic Architecture, une organisation de surveillance, a observé, moralement parlant, « les frontières sont le miroir de la société qu’elles enferment ». Une telle déclaration raconte une histoire poignante sur l’Europe d’aujourd’hui.


Le révérend Alexander Faludy est un journaliste indépendant basé à Budapest. Il passe en revue
Évangélisme : une très courte introduction ici



Laisser un commentaire