Les Palestiniens condamnent les nouvelles mesures punitives israéliennes contre les dirigeants et le peuple


JERUSALEM : Khaled Shurrab a attendu plus de la moitié de sa vie pour quitter Gaza.
Le jeune homme de 27 ans n’avait jamais quitté l’enclave côtière, bloquée par Israël et l’Égypte depuis 2007.
Il n’a pas pu trouver d’emploi – le taux de chômage des jeunes du territoire dépasse 60 %.
Comme un nombre croissant de Gazaouis, il a mis sa vie dans une valise et s’est finalement rendu en Turquie, où il a entrepris un dangereux voyage en mer vers la Grèce en octobre dernier. Lorsque son bateau branlant a coulé, son corps a disparu dans la mer.
Un nombre croissant de Gazaouis, à la recherche d’une vie meilleure à l’étranger, se noient en mer.
Le cortège dévastateur a provoqué une rare vague de colère contre les dirigeants du Hamas du territoire, dont un certain nombre font leur propre exode – très différent.
Ces derniers mois, des hauts responsables du Hamas ont tranquillement décampé dans des hôtels haut de gamme à Beyrouth et à Istanbul, suscitant le ressentiment des habitants qui les considèrent comme menant une vie luxueuse à l’étranger alors que l’économie s’effondre chez eux et que 2,3 millions de Gazaouis restent effectivement piégés dans le minuscule conflit. -territoire meurtri.
Quatre guerres contre Israël et des dizaines de petites escarmouches au fil des ans ont fait des victimes, des dégâts et de l’isolement.
Israël affirme que les restrictions de mouvement strictes sont nécessaires pour empêcher le Hamas de stocker davantage d’armes. Les critiques disent que le blocus équivaut à une punition collective, alors que les habitants sont aux prises avec des coupures de courant quotidiennes et des pénuries régulières de produits de base.
« Je blâme les dirigeants ici, le gouvernement de Gaza », a déclaré la mère de Shurrab, Um Mohammed, depuis sa maison dans la ville méridionale de Khan Younis.
Le corps de son fils n’a jamais été récupéré de la mer Égée.
« Ils vivent dans le luxe pendant que nos enfants mangent de la terre, migrent et meurent à l’étranger. »
Plusieurs enfants de dirigeants du Hamas dirigent des entreprises immobilières lucratives pour leurs parents à Istanbul, selon un homme d’affaires palestinien familier avec leurs entreprises.
Azmi Keshawi, analyste de Gaza à l’International Crisis Group, a déclaré que le mouvement des responsables à l’étranger a dans certains cas aidé le groupe à coordonner ses opérations avec des clients clés en dehors du territoire.
Mais il a ajouté que le Hamas avait néanmoins un problème d’image grandissant chez lui.
« Les Palestiniens ordinaires voient que le Hamas est passé de cette humble direction palestinienne qui vivait et luttait parmi le peuple à vivre dans ces zones confortables où ils ne souffrent plus et semblent éloignés de la cause et des problèmes palestiniens », a-t-il déclaré.
« Il est certain que les gens en parlent et font des comparaisons avec colère. »
Méfiant des réactions de l’opinion publique, le Hamas ne commente pas les informations selon lesquelles ses dirigeants auraient quitté Gaza.
Alors que les médias sociaux se remplissent de révélations, ils présentent les séjours des dirigeants à l’étranger comme des tournées temporaires à l’étranger visant à obtenir un soutien. Certaines de ces tournées durent des années.
L’indignation publique a éclaté le mois dernier lors des funérailles de masse de jeunes Gazaouis qui se sont noyés en route vers l’Europe.
Des familles désemparées ont accusé le Hamas d’avoir contribué à l’effondrement et au chaos de la vie à Gaza et ont accusé le groupe de népotisme et de corruption.
Les personnes en deuil ont crié les noms de dirigeants, dont Haniyeh et Yehiyeh Sinwar, l’actuel chef du Hamas à Gaza, et ont scandé : « Les gens sont les victimes !
Un tel défi est rare car le Hamas s’efforce d’annuler presque toutes les allusions à la dissidence – bien qu’il reste le groupe le plus populaire dans son bastion de Gaza.
Un récent sondage du Centre palestinien de recherche politique et d’enquête a révélé que 43 % des habitants de Gaza soutiendraient le groupe si des élections législatives avaient lieu, contre 30 % pour le mouvement rival du Fatah. Les chiffres étaient presque identiques aux niveaux de soutien trois mois plus tôt.
Le sondage, réalisé en décembre, a interrogé un total de 1 200 personnes à Gaza et en Cisjordanie occupée sur une série de questions, et avait une marge d’erreur de 3 points de pourcentage.
Pourtant, de plus en plus de Gazaouis semblent tout risquer pour sortir.
Un rapport publié en novembre par le Council on International Relations-Palestine, un groupe de réflexion affilié au Hamas, indique que 60 000 jeunes ont quitté Gaza ces dernières années.
Il a blâmé Israël, affirmant que « les politiques d’occupation et de siège » ont « transformé la vie des Gazaouis en un enfer insupportable ».
Le rapport était les premières données semi-officielles sur l’émigration. Il n’a pas précisé comment les données ont été compilées.
Certains qui partent cherchent des opportunités d’emploi dans les États riches du Golfe.
Beaucoup, comme Shurrab, s’envolent pour la Turquie et tentent le périlleux voyage en mer vers l’Europe dans l’espoir d’obtenir l’asile.
Deux naufrages en octobre seulement ont fait de 2022 la plus meurtrière en mer pour les migrants de Gaza en huit ans, selon des groupes de défense des droits. Shurrab fait partie des 360 Gazaouis qui se sont noyés ou ont disparu en mer depuis 2014, selon Euro-Med Human Rights Monitor, basé à Genève.
Malgré les risques, Khaled Moharreb envisage toujours la dangereuse route maritime.
Après avoir obtenu un diplôme d’infirmier il y a deux ans, le jeune homme de 22 ans a déclaré qu’il n’avait pas pu trouver d’emploi.
« Je veux voyager et construire ma vie », a-t-il déclaré.
« Tout ce qui est à l’extérieur vaut mieux que cet endroit où vous ne pouvez rien faire et où le gouvernement est indifférent. »
Sans mentionner directement le Hamas, il a déclaré qu’il blâmait « ceux qui contrôlent et dirigent le pays » pour le manque d’opportunités d’emploi.
Le Hamas n’a présenté aucune excuse.
Atef Adwan, un député du Hamas, a récemment dénoncé ceux qui tentent de fuir vers l’Europe comme faisant un pèlerinage pervers vers une terre de « détérioration et de régression ».
La migration a longtemps été la stigmatisation des Palestiniens, qui se sont battus pendant des décennies pour rester sur leur terre. Les racines de Haniyeh dans un camp de réfugiés surpeuplé de la ville de Gaza sont au cœur de son identité politique.
Au milieu d’une surveillance croissante, le Hamas a publié l’année dernière une déclaration inhabituelle annonçant le retour de trois hauts responsables à Gaza, rassurant le public qu’ils « n’ont pas fui ».
Pourtant, à peine deux mois plus tard, des nouvelles se sont répandues dans les médias du Hamas selon lesquelles ils étaient sur de nouvelles « tournées à l’étranger » dans la région.

Laisser un commentaire