Les monuments byzantins de Thessalonique – La Grèce est


Les murs de la ville

Les murs de la ville de Thessalonique se composaient à l’origine de fortifications hellénistiques augmentées au 3ème siècle après JC contre les raids gothiques. Ceux-ci ont été renforcés et étendus à la fin du IVe siècle après JC par l’empereur romain Théodose Ier, ainsi que par Justinien Ier et Manuel II Paléologue. Souvent épais de près de 5 m et haut de 10 à 12 m, leur circuit complet atteignait autrefois 8 km. Une inscription en briques intrigante, félicitant le magistrat de Théodose pour sa gestion honnête des fonds publics lors de la construction des fortifications, peut encore être vue aujourd’hui haut sur le mur de la ville à côté de la rue Deinarchou : « Avec des mains non souillées, Hormisdas a construit ces murs imprenables et a rendu la ville grande. « 

Tours, Château d’Eptapyrgio

Autrefois équipée de plus d’une demi-douzaine de tours et d’un nombre similaire de portes, les solides défenses de la ville ont maintes fois gardé les Thessaloniciens à l’abri des invasions. Aujourd’hui, les visiteurs peuvent profiter d’une vue panoramique sur l’ensemble de Thessalonique et du golfe Thermaïque depuis la tour Trigonion, située à l’angle nord-est de la ville fortifiée au-dessus de l’Ano Poli (ville haute).

Plus haut, un autre monument à ne pas manquer est le château d’Eptapyrgio (sept tours) impressionnantement restauré, également connu sous son ancien nom turc, Yedi Kule. Cette zone distincte des fortifications de la ville, qui faisait à l’origine partie des rénovations de Théodose à la fin du IVe siècle, est devenue plus tard un château clos au XIIe siècle ; le quartier général militaire des Ottomans après 1430 ; et finalement une prison notoire au 19ème siècle, dans les cachots de laquelle ont été jetés des prisonniers politiques et d’autres âmes malheureuses. Souvent mentionné dans les chansons de rebetiko grecques, Yedi Kule a continué à fonctionner comme une prison jusqu’en 1989.

Rotonde

Considérée comme la plus ancienne église chrétienne connue à Thessalonique, dédiée d’abord aux Asomatis (Archanges), puis à Agios Giorgos, la Rotonde est l’un des monuments byzantins les plus frappants de la ville, qui aurait longtemps fait partie du palais de l’empereur Galère (fin IIIe/début IVe siècle). Des études plus récentes, cependant, menées par des archéologues grecs et des historiens de l’art, ont soulevé la question de savoir si la rotonde était une caractéristique originale du palais, conçue comme un temple ou une tombe, et modifiée plus tard sous Constantin I, ou un ajout complètement nouveau par Constantine (322 après JC -323), de même pour être utilisé comme un mausolée monumental.

Quelle que soit sa date de fondation, la Rotonde contient certains des plus beaux mosaïques à l’extérieur de Ravenne, en Italie. On pense maintenant qu’ils représentent non pas des saints et des martyrs, mais Constantin lui-même avec ses courtisans, juxtaposés à des motifs chrétiens pour symboliser la réunion des mondes impérial romain et paléochrétien. Le bâtiment devint plus tard une mosquée ottomane (1591). Actuellement, après de récents travaux de nettoyage et de restauration, l’intérieur caverneux, semblable au Panthéon et les superbes mosaïques de la Rotonde sont plus impressionnants que jamais.

Église des Acheiropoietos

Construite vers 450 après JC sur le site d’un bain romain, l’église des Acheiropoietos présente une décoration originale en mosaïque ; des colonnes surmontées de chapiteaux en marbre « Théodosiens », produites dans la ville sœur de Thessalonique, Constantinople ; et des traces de peinture murale du XIIIe siècle. Le nom de l’église à l’époque byzantine dérive d’une icône miraculeuse qu’elle détenait autrefois : un objet prétendu « ne pas avoir été fabriqué par des mains mortelles » (« acheiropoietos »). Dédiée à la Mère de Dieu, ce fut la première des églises de Thessalonique à être transformée en mosquée après la prise de contrôle de la ville par les Ottomans (1430). Après l’expulsion des Grecs de Smyrne par les Turcs en 1922, l’Acheiropoietos a été ouvert pour accueillir les réfugiés d’Asie Mineure.

Église d’Agios Demetrios

Aujourd’hui, pièce maîtresse du paysage religieux de Thessalonique, dédiée au saint patron de la ville, l’église à cinq nefs d’Agios Demetrios est un hommage à l’histoire de Thessalonique de difficultés, de destructions périodiques et de brillant renouveau. À l’origine un petit sanctuaire (AD 320), établi dans un complexe de bains romains où Demetrios, un des premiers croyants du christianisme, avait été emprisonné et martyrisé (306), c’était un endroit vénéré par les pèlerins de tout le monde chrétien. L’église a été agrandie au 5ème siècle, largement rénovée après un incendie au 7ème siècle, puis gravement endommagée lors de l’incendie de Thessalonique en 1917.

Aujourd’hui magnifiquement reconstruite (1926-1948), l’église intègre une partie des thermes romains et la sanctuaire initial dans sa crypte. Bien qu’une grande partie de la décoration d’origine ait été perdue, neuf superbes mosaïques datant du 5e au 9e siècle, représentant pour la plupart Demetrios, et des peintures murales des 11e et 14e siècles sont conservées.

Monastère de Latomou (Hosios David)

Cachée dans une rue sinueuse de l’Ano Poli, l’humble église d’Hosios David, couverte d’un charmant toit de tuiles usées par le temps, faisait autrefois partie d’un monastère katholikon, mais ressemble maintenant plus à une petite maison historique. À l’intérieur se trouvent certaines des premières peintures murales de Thessalonique (XIIe siècle) et une mosaïque de la fin du Ve/début du VIe siècle datant de l’église d’origine – représentant un jeune Christ imberbe à côté des symboles des évangélistes et des images des prophètes hébreux Ezéchiel et Habacuc (fin du VIIe /6ème siècle avant JC). Après avoir subi un tremblement de terre, un effondrement partiel, une conversion en mosquée ottomane, le plâtrage de son intérieur et enfin sa redécouverte en 1921, Hosios David est véritablement un survivant paléochrétien.

Église d’Agia Sophia

Construite sur une ancienne basilique à cinq nefs (400-450 après J. l’espace, comme aujourd’hui, mais se situait au centre d’un quartier animé d’édifices administratifs et religieux densément peuplés (par exemple, une résidence épiscopale et un baptistère). Son architecture représente une transition importante entre la basilique à coupole et l’église cruciforme à coupole, ayant de nombreuses caractéristiques des deux.

L’étourdissant mosaïque de Jésus dans le dôme de l’église (fin du IXe siècle), entouré de figures individualisées et très expressives des apôtres et de la Vierge Marie sur un fond doré brillant, s’inspire du Christ dans le dôme de la rotonde. Il est reconnu comme l’un des exemples les plus importants de la « Renaissance macédonienne » de l’art byzantin (IXe-XIe siècle). Les peintures murales du XIe siècle conservées dans le narthex comprennent une image d’une sainte locale, Agia Theodora de Thessalonique. Convertie en mosquée après 1523/1524, Agia Sophia a été restaurée en église en 1912.

Église de Panagia Chalkeon

Dédiée à la Vierge, comme le révèle son inscription fondatrice, l’église de Panagia Chalkeon (XIe siècle) se dressait autrefois dans le quartier des chaudronniers de la ville. Son nom actuel est en partie une traduction grecque de son nom turc ottoman, Kazantzilar Tzami, la mosquée des Forgerons. Ses murs extérieurs étaient à moitié enterrés par la terre accumulée jusqu’à ce que le bâtiment soit libéré et entièrement réexposé en 1934.

Église cruciforme tétrastyle à coupole, ce monument est parfois appelé « l’église rouge » en raison de sa structure entièrement en briques, exécutée selon la technique des cours cachés. Les peintures murales originales, bien que mal conservées, présentent des influences à la fois de Thessalonique (la Rotonde) et de Constantinople. Dans le sanctuaire apparaît la Dernière Cène ; dans le narthex, le Jugement dernier du Christ, qui trône entre la Vierge et Jean-Baptiste.

Bains byzantins

Un monument particulièrement fascinant de la vie quotidienne sont les thermes byzantins (fin XIIe-XIVe siècle) à Ano Poli, qui mettent en évidence la continuité des traditions balnéaires de Thessalonique de l’Antiquité jusqu’au 20e siècle. Tout comme un bain romain, ce complexe avait un vestiaire, une pièce chaude et une pièce chaude chauffée avec un système d’hypocauste sous-plancher. Un réservoir d’eau au-dessus d’un foyer fournissait de l’eau chaude.

A l’époque romaine et byzantine, ces petits bains de quartier accueillaient hommes et femmes à des heures différentes ou à des jours alternés. Converti en bain double pour les deux sexes à l’époque ottomane, l’établissement a continué à servir le public jusqu’en 1940. Les autres bains ottomans conservés à Thessalonique comprennent le Bey Hammam, le Pasa Hammam, le Yeni Hammam et le Yahudi Hammam. Aujourd’hui magnifiquement restaurés, les thermes byzantins sont ouverts aux visiteurs depuis 2015 en tant que musée et espace d’exposition.

Musée de la culture byzantine

Une visite de Thessalonique byzantine n’est jamais complète sans une visite au musée de la culture byzantine. Initialement sanctionné en 1913 et destiné à être installé dans l’église des Acheiropoietos, le musée a finalement ouvert ses portes en 1994 dans son propre bâtiment, conçu par l’architecte Kyriakos Krokos.

En se promenant dans ses galeries fluides disposées autour d’un grand atrium, on trouve des expositions éclectiques, thématiques et chronologiques qui mettent en lumière tout le spectre de la civilisation byzantine. Il y a beaucoup à voir, avec des artefacts allant des éléments architecturaux en marbre récupérés dans les églises paléochrétiennes aux fragments de mosaïque, sculptures, poteries, outils agricoles, bijoux et icônes impressionnantes, ainsi que des gravures ecclésiastiques, des plaques, des broderies, des livres et de nombreux argent rayonnant et des objets en or reflétant la riche culture de Byzance.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *