Les lois sur le salaire minimum des gens de mer mettent les voiles




logo

Publié le 11 mai 2022 15:15 par

L’exécutif maritime







[By: Department for Transport]


Des dizaines de milliers de gens de mer doivent être payés l’équivalent du salaire minimum national britannique dans une avancée majeure en matière de protection des salaires, confirmée aujourd’hui (mardi 10 mai) par le gouvernement.


Suite à la décision de P&O Ferries de licencier 800 travailleurs, le gouvernement introduit des réformes de la protection des salaires obligeant les opérateurs de ferry qui font régulièrement escale dans les ports britanniques à payer à leurs travailleurs l’équivalent du salaire minimum national britannique.


La nouvelle législation interdira aux ferries qui ne paient pas à leurs travailleurs l’équivalent du salaire minimum d’accoster dans les ports britanniques.


Annoncé dans le discours de la reine, le gouvernement mettra en œuvre les changements lors de la prochaine session parlementaire et consultera étroitement les ports et le secteur maritime sur les nouvelles lois.


Outre le projet de loi sur les ports (rémunération des marins) visant à garantir un équivalent du salaire minimum national britannique aux marins entrant régulièrement dans les ports britanniques, le gouvernement poursuit des discussions bilatérales positives avec la France, les Pays-Bas, l’Espagne, l’Allemagne, l’Irlande et le Danemark. Il s’agit de s’assurer que les routes entre les pays deviennent des «corridors de salaire minimum», où les marins sur les routes entre l’un ou l’autre pays doivent être payés au moins l’équivalent du salaire minimum.


Le secrétaire aux Transports, Grant Shapps, a déclaré :


«Nous ne reculerons devant rien pour nous assurer que les marins des ports britanniques sont payés équitablement. Les actions honteuses de P&O Ferries ne représentent pas les principes de notre secteur maritime leader mondial, et la modification de la loi sur la protection des salaires des marins est un signal clair pour tout le monde que nous ne tolérerons pas l’abus économique des travailleurs.


«Nous protégerons tous les marins naviguant régulièrement dans et hors des ports britanniques et veillerons à ce qu’ils ne soient pas privés d’un emploi. Les opérateurs de ferry qui font régulièrement escale dans les ports britanniques subiront des conséquences s’ils ne paient pas leurs travailleurs équitablement.


La consultation sur les mesures proposées s’ouvre aujourd’hui (10 mai) et durera quatre semaines. Il examinera quels types de navires pourraient être inclus au-delà des ferries et quelles seront les mesures d’application. Les options envisagées comprennent des surtaxes, la suspension de l’accès au port et des amendes.


Le ministre des affaires, Paul Scully, a déclaré :


« Contrairement à P&O Ferries, qui a fait preuve d’un mépris total pour sa main-d’œuvre, ce gouvernement s’est fermement engagé à faire en sorte qu’une journée de travail équitable reçoive une rémunération équitable.


« En garantissant que les marins travaillant sur des navires qui font régulièrement escale dans les ports britanniques reçoivent un salaire équivalent au salaire minimum, les plans d’aujourd’hui donneront un coup de pouce à des milliers d’employés qui travaillent dur, tout en les protégeant de toute action future d’exploitation par des entreprises voyous. »


Les nouvelles lois signifient que tous les opérateurs de ferry qui font régulièrement escale dans les ports britanniques seront légalement tenus de payer l’équivalent du salaire minimum national britannique afin d’accéder à ces ports, comblant ainsi un vide juridique entre le droit maritime britannique et international que P&O Ferries a impitoyablement exploité. .


Dans la poursuite d’un accord plus équitable pour les gens de mer, le gouvernement organisera cette année un sommet international sur les droits des gens de mer afin d’améliorer les conditions des gens de mer dans le monde entier.



Les produits et services décrits dans ce communiqué de presse ne sont pas approuvés par The Maritime Executive.



Laisser un commentaire