Les hôtels des Émirats envisagent de transformer les cuisines en casher

[ad_1]

Les Émirats arabes unis (EAU) attendent une vague de tourisme israélien, et le ministère du Tourisme et de la Culture d’Abou Dhabi a distribué une lettre aux directeurs d’hôtels et de tourisme pour se préparer à la arrivée des Israéliens, entre autres, en ajoutant Nourriture kasher à leurs menus de restaurant et de service d’étage. La lettre indiquait que certaines cuisines devaient être préparées casher et préparées pour les exigences des lois alimentaires juives, et qu’il y aurait une surveillance continue de la cacherout comme c’est la coutume dans les hôtels en Israël.

La raison de cette instruction/demande est que de nombreux touristes israéliens ainsi que des Juifs du monde entier se sont renseignés directement auprès des hôtels et des agences de tourisme émiratis. Israël a déclaré les Emirats Arabes Unis un pays d’où les citoyens revenant d’une visite n’ont pas à se mettre en quarantaine à leur retour en Israël, et la prochaine saison des fêtes – à commencer par le Nouvel An juif le 19 septembre – au cours de laquelle les Israéliens passent généralement des vacances à l’étranger, a rendu cette destination particulièrement attrayante, et les entreprises touristiques ont commencé à commercialiser de tels forfaits.

Les compagnies aériennes se préparent également. Les quatre compagnies aériennes émiraties pourraient commencer des vols directs, et Israël, basé à Tel Aviv, a déjà soumis une demande pour démarrer un tel vol direct, et l’a même évalué à 299 $.

Le problème est qu’à ce stade, les détenteurs de passeports israéliens ne peuvent pas obtenir de visa touristique, et seuls les Israéliens avec un passeport étranger peuvent entrer dans l’État du Golfe.

L’hypothèse est que pendant les vacances de Souccot à la mi-octobre, les Israéliens de nationalité étrangère et les Juifs du monde entier, en particulier des États-Unis, se rendraient aux Émirats. Les responsables du tourisme émirati espèrent qu’en plus des centaines de réservations déjà effectuées depuis Israël, une fois les cuisines casher, des milliers d’autres suivront. Des demandes supplémentaires adressées aux hôtels sont venues d’agences de tourisme israéliennes et internationales qui ont commencé à recevoir un flux de réservations pour des vacances dans des hôtels émiratis. Les chaînes de télévision israéliennes ont diffusé des reportages sur les sites touristiques et les hôtels de luxe des principautés du Golfe, y compris des comparaisons de prix, presque quotidiennement au cours des dernières semaines.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu ainsi que des responsables des Émirats arabes unis ont déclaré que l’accord auquel ils sont parvenus inaugure une ère de paix chaleureuse et active qui s’épanouira à tous les niveaux, ce qui se reflétera de manière plus visible dans le secteur du tourisme.

Une de ces initiatives est le projet d’Ofir et Matan Bar-Noy. Les frères ont récemment fondé l’Emirates-Israel Investment Group. Il a été créé en un éclair, peu de temps après la déclaration de normalisation, et entend fonctionner comme un pont pour servir de médiateur et aider les entreprises israéliennes à la recherche de relations d’affaires dans les Émirats. La société est conseillée par l’ancienne directrice générale du ministère des Communications, Nati Cohen, et l’homme d’affaires canado-israélien Bernard Sand est un partenaire. S’adressant à Al-Monitor au téléphone depuis Dubaï, Ofir a déclaré que même avant l’accord, cette région était intéressante pour eux, et maintenant que la normalisation a été établie, il est clair que l’opportunité est arrivée et qu’il est temps d’entrer sur le marché.

Les frères Bar-Noy ont organisé une série de réunions avec des représentants de fonds d’investissement, de banques et d’importateurs émiratis, auxquels ils ont proposé de se connecter à un certain nombre d’entreprises israéliennes qui cherchent à vendre leurs produits ou à intéresser des investisseurs. L’une des idées intéressantes qu’ils ont eues au cours de ces réunions concernait le tourisme et la nourriture casher. Des sources gouvernementales et des agences de tourisme ont souhaité vérifier avec elles les informations concernant les exigences alimentaires des hôtels pour les invités religieux juifs.

Plusieurs idées sont poursuivies. Certaines parties des restaurants et des cuisines pourraient être transformées en casher ; les petits hôtels pourraient en fait être entièrement casher, tout comme les hôtels israéliens.

Selon Matan, plusieurs grandes agences de tourisme israéliennes ont déjà exprimé un intérêt concret à amener des touristes israéliens aux Émirats arabes unis et à adapter les services touristiques à leurs besoins, y compris la cacheroute. « Nous avons deux ou trois entreprises israéliennes qui répondent aux critères, et nous allons en connecter au moins une au [UAE] entrepreneurs et responsables gouvernementaux avec lesquels nous nous sommes entretenus dans les différentes principautés. L’une des grandes entreprises ici a déjà signé avec nous un accord pour les représenter en Israël. Ils attendent des masses de touristes. Il a également déclaré que l’une des suggestions qui a été soulevée était de réserver un hôtel entier pour la saison des vacances israélo-juives, et qu’il existe une volonté totale de le faire si les prévisions se concrétisent.

Mais la haute saison des fêtes juives commence bientôt. L’accord n’a pas encore été signé, l’octroi de visas d’entrée aux Israéliens est compliqué et une visite touristique n’est actuellement pas l’une des raisons pour lesquelles un visa peut être délivré aux Israéliens – contrairement à un visa d’affaires. De nombreuses demandes de renseignements ont été adressées aux ministères des Affaires étrangères d’Israël et des Émirats arabes unis pour autoriser l’octroi de visas avant même que les missions diplomatiques officielles ne soient établies, peut-être au moyen d’une autre mission arabe en Israël, pour permettre aux Israéliens de visiter pendant la pause de Souccot, l’un des hautes saisons du tourisme israélien sortant.

Selon Matan, les Emiratis proposent des forfaits vacances axés sur les Touriste émirati en Israël. Le point culminant pour eux est bien sûr Jérusalem, avec ses mosquées Al-Aqsa et Al-Omar, mais aussi d’autres sites comme Eilat et Nazareth.

En général, la vitesse à laquelle les contacts entre les entreprises et les hommes d’affaires israéliens et émiratis ont été établis a surpris toutes les parties. Il est vrai que les contacts commerciaux existent depuis plus de deux décennies, mais maintenant que la légitimité est acquise, les barrages sont rompus. Selon des informations provenant de diverses sources – dont l’Union israélienne des chambres de commerce, l’Association des fabricants, le ministère des Affaires étrangères, ainsi que des sources émiraties – il y a un véritable flot de demandes de renseignements pour créer des contacts entre hommes d’affaires, entreprises, fonds et agences financières. des deux états.

« En une semaine, nous avons reçu plus d’un millier de demandes d’hommes d’affaires israéliens pour nous aider à établir des contacts et à obtenir un visa d’affaires pour entrer aux Émirats, et cela n’inclut pas ceux qui ont un passeport étranger qui n’ont pas besoin d’un tel visa », a déclaré un Un haut responsable du ministère des Affaires étrangères qui s’occupe de cette question a déclaré à Al-Monitor sous couvert d’anonymat.

En effet, les délégations d’affaires israéliennes semblent partir presque quotidiennement vers les Emirats. Il s’agit notamment d’un certain nombre d’Israéliens religieux. La cacheroute dans les hôtels rendrait sûrement leur séjour plus agréable. UNE Délégation de la Banque Hapoalim arrivé aux Émirats arabes unis la semaine dernière, et une autre délégation de la Banque Leumi arrivera dans quelques jours. Les deux délégations comprennent également des hommes d’affaires de haut rang. D’autres délégations d’entreprises israéliennes de nombreux domaines sont attendues prochainement.



[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire