Les histoires de famille gréco-australiennes trouvent leur place dans l’histoire de la nation

[ad_1]

Les histoires que les gens se souviennent de leurs familles trouveront souvent des échos dans l’histoire plus large du monde, mais le problème est que les détails sont souvent confus au sein des familles elles-mêmes et difficiles à vérifier. C’est un problème que le journaliste, universitaire et écrivain gréco-australien de troisième génération, le Dr Phil Kafcaloudes, a rencontré plus d’une fois.

Son roman de 2011 La guerre de quelqu’un d’autre raconte l’histoire de sa grand-mère maternelle, Olga Stambolis, qui après s’être installée en Australie pour fonder sa famille, est partie pour la Grèce et y est restée pendant la Seconde Guerre mondiale pour servir d’espionne à la résistance qui a aidé à faire passer des soldats alliés en sécurité en Égypte. Son travail sur le livre est devenu la base de son doctorat. Bien que l’histoire de leur mère ait été rappelée par ses filles, il y avait des différences dans des détails importants, ce qui rendait difficile la vérification de l’histoire.

Olga Stambolis le jour de la libération à Athènes en 1944. Elle avait passé la guerre en tant que membre de la résistance qui a aidé les soldats alliés à sortir de la Grèce occupée. Sa fille Nellie est la mère du Dr Phil Kafcaloudes. Photo : Fourni

« En tant que chercheur, je dois toujours demander si l’histoire orale est solide. Il est dommage que tant d’informations n’aient pas été recueillies et soient maintenant perdues. S’il avait été collecté, il ferait désormais partie de l’histoire », a déclaré le Dr Kafcaloudes. Néos Kosmos. Au fil du temps, il a recueilli suffisamment de preuves pour montrer que l’histoire de sa grand-mère n’était pas une création fantasque.

Hors des coffres, de l’histoire de la famille de son père cette fois est une pépite de l’histoire qui, si elle est correctement vérifiée, pourrait jeter un nouvel éclairage sur l’implication de l’Australie en Grèce pendant la Première Guerre mondiale.

Son grand-père Soteres Kafcaloudes (et sa future épouse) sont venus à Darwin en 1917 de Kastellorizo ​​à bord d’un navire de sauvetage qui, selon la légende familiale, a été commandé par les autorités britanniques et australiennes pour évacuer les insulaires qui étaient constamment bombardés du continent turc. . Pour le moment, le Dr Kafcaloudes n’a pas encore trouvé de références officielles à un tel navire, mais il est difficile d’imaginer pourquoi l’histoire ne serait pas vraie.

Une jeune et cosmopolite Olga Stambolis (née Mavromati) en Égypte où elle a grandi en famille d’accueil. Photo : Fourni

Soteres avait initialement quitté l’île en 1915 pour voir par lui-même à quoi ressemblait la vie en Australie et s’il l’aimait, il y amènerait sa famille. Bien qu’il soit difficile de vérifier les faits, Soteres a atterri à Fremantle en Australie-Occidentale et aurait, selon la légende familiale, fait une randonnée à dos de chameau jusqu’à Darwin avant de retourner à Kastellorizo ​​où l’île était régulièrement bombardée.

Soteres est revenu sur le navire de sauvetage australo-britannique avec sa famille et a atterri à Darwin.

Malgré les restrictions de la loi sur l’immigration de 1901 sur laquelle la politique de l’Australie blanche était basée, le Dr Kafcaloudes a déclaré qu’entre 1914 et 1919, il y avait environ 1 000 Grecs qui vivaient à Darwin. La plupart travaillaient sur la ligne de chemin de fer au sud de Darwin ou chez Vestey’s Meat Works – un employeur important qui malheureusement a fermé ses portes en 1920. Au même moment, les travaux sur la ligne de chemin de fer avaient pris fin, de sorte que de nombreux Grecs sont partis travailler à Sydney ou à Melbourne. En 1920, seuls 320 vivaient à Darwin et ce nombre devait tomber à 76.

La famille Kafcaloudes à Darwin (1934). Steafanos (Stephen) Kafcaloudes (le père du Dr Phil Kafcaloudi) est debout, deuxième à partir de la gauche. Le patriarche Soteres est assis devant Stephen. Photo : Fourni

Le grand-père du Dr Kafcaloudes et sa famille de 10 enfants sont restés. Soteres avait économisé son argent pour acheter un terrain et a ensuite fondé une entreprise de construction prospère. L’un des projets construits par l’entreprise était l’emblématique Don Hotel. Il y a une rue dans la capitale du Territoire du Nord qui porte le nom de la famille.

« Grand-père a emmené la famille à Brisbane et son fils aîné, George, est resté pour diriger l’entreprise de construction », a déclaré le Dr Kafcaloudes.

Son père, Stefanos, qui était le quatrième enfant, a conservé des notes qui ont aidé les recherches de son fils.

Le Dr Kafcaloudes présentera une conférence sur le travail qu’il accomplit pour révéler davantage l’histoire de sa famille pour la Kastellorizian Association of Victoria le 27 avril au Royal South Yarra Lawn Tennis Club.

« Je travaille sur une pièce de théâtre sur mon grand-père Soteres. Je rassemble également des histoires pour le discours et l’un des avantages de la recherche que je fais est que je me connecte avec la communauté grecque.

« Je donnerai une série de conférences sur la diaspora grecque pour l’Université Charles Darwin. »

Le journaliste, universitaire et écrivain Dr Phil Kafcaloudes qui donnera une conférence sur les recherches qu’il a faites pour son histoire familiale à l’Association Kastellorizian de Victoria le 27 avril. Photo : Fourni

♦ Le Dr Kafcaloudes présentera sa conférence à l’Association Kastellorizian Association à partir de 18h30 le mercredi 27 avril. Pour plus d’informations sur la réservation et les billets, contactez info@kazzieclub.com

[ad_2]

Laisser un commentaire