Les forces australiennes arrivent pour l’aide des Salomon


Des policiers australiens sont arrivés aux Îles Salomon pour assurer la sécurité dans la région après des jours d’émeutes dans la capitale Honiara.

L’Australie a déployé 23 agents de la police fédérale australienne, y compris des équipes d’intervention tactique dans la nation insulaire du Pacifique pour aider à la stabilité.

50 autres officiers de l’AFP et 43 membres des Forces de défense australiennes se rendront dans le pays vendredi.

La ministre de l’Intérieur, Karen Andrews, a déclaré que les forces australiennes étaient armées d’armes létales et non létales.

« Notre rôle est d’aider les forces de police des Îles Salomon à rétablir la loi et l’ordre public dès que possible », a déclaré vendredi Mme Andrews à ABC TV.

« Il s’agit d’une affaire de police, pas d’une affaire militaire, nous travaillons donc en étroite collaboration avec les forces de police là-bas. »

Mme Andrews a déclaré que le déploiement de l’Australie était une réponse à une demande d’aide du gouvernement des Îles Salomon dans le cadre d’un traité de sécurité bilatéral.

« Nous ne sommes pas là pour intervenir de quelque manière que ce soit dans les affaires domestiques », a déclaré Mme Andrews.

La ministre des Affaires étrangères Marise Payne a déclaré qu’il était probable que le déploiement australien dans la région durerait des semaines.

Bien qu’il n’y ait pas de chiffre exact, elle a estimé qu’il y avait 200 citoyens australiens dans le pays.

« Nous nous engagerons avec eux selon nos besoins en termes de ceux qui pourraient souhaiter partir », a déclaré le sénateur Payne à la radio ABC.

« Il est important de noter que les conseils aux voyageurs sont très, très clairs pour éviter les manifestations et les protestations. »

Le Premier ministre des Îles Salomon, Manasseh Sogavare, a imposé un verrouillage à Honiara pendant 36 heures ainsi qu’un couvre-feu dans le but d’apaiser les troubles.

Le confinement a pris fin vendredi matin.

M. Sogavare a reproché aux puissances étrangères d’avoir encouragé les troubles dans le pays.

Mais le chef de l’opposition des Îles Salomon, Matthew Wale, a accusé le gouvernement d’avoir accepté des pots-de-vin de la Chine, affirmant que la population protestait contre la corruption du régime actuel.

Les protestations généralisées ont en grande partie commencé en raison de la décision de la nation insulaire en 2019 de transférer les relations diplomatiques de Taïwan vers la Chine.

Les médias ont indiqué que des personnes avaient voyagé de la province la plus peuplée de Malaita vers la capitale par crainte d’être ignorées par le gouvernement national.

La province s’est opposée à la décision de mettre fin aux relations diplomatiques avec Taïwan et d’établir des liens formels avec la Chine, ce qui a donné lieu l’année dernière à un référendum sur l’indépendance que le gouvernement national a rejeté comme illégitime.

Le Premier ministre Scott Morrison a déclaré que les Îles Salomon avaient d’abord demandé l’aide de l’Australie et n’avaient pas approché la Chine à sa connaissance.

Il a également cherché à apaiser les inquiétudes des députés des Îles Salomon selon lesquelles l’intervention australienne pourrait soutenir le soutien à M. Sogavare.

« Ce ne sont pas des problèmes dans lesquels l’Australie s’implique », a-t-il déclaré.

« Nous avons des Australiens qui retournent courageusement dans les îles Salomon pour soutenir notre famille du Pacifique, pour garantir la stabilité et la paix, afin qu’ils puissent résoudre les problèmes en interne », a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *