Les empreintes de pas de la Tanzanie offrent des indices sur l’origine de la marche debout humaine


1er décembre (Reuters) – Cinq empreintes fossiles laissées dans des cendres volcaniques il y a 3,66 millions d’années en Tanzanie donnent aux scientifiques un nouvel aperçu d’un point de repère dans l’évolution humaine – la marche debout – tout en montrant que ses origines sont plus compliquées qu’on ne le savait auparavant.

Des chercheurs ont déclaré mercredi qu’un nouvel examen approfondi des traces, près d’un demi-siècle après leur découverte initiale, a montré qu’elles n’avaient pas été faites par un ours, comme on le croyait autrefois, mais par un hominin – en d’autres termes, une espèce dans l’humain. lignée – et peut-être une lignée jusque-là inconnue.

Ils affichent une démarche curieuse, ajoutant au mystère.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

S’inscrire

La bipédie – marcher sur deux pieds – est une caractéristique de l’humanité, mais les scientifiques sont encore en train de rassembler les pièces du puzzle pour savoir comment et quand cela a commencé.

La piste a été découverte en 1976 sur un site appelé Laetoli – un paysage au nord-ouest du cratère du Ngorongoro dans le nord de la Tanzanie – à environ 1,6 km de deux ensembles d’empreintes fossiles découvertes deux ans plus tard. Ceux trouvés en 1978 ont été attribués à Australopithecus afarensis, un hominidé illustré par le célèbre squelette découvert en Ethiopie surnommé « Lucy ».

L’étude a déterminé que les différentes traces de Laetoli – faites à quelques jours, heures ou éventuellement minutes d’intervalle dans la même couche de cendres – ont été créées par deux espèces d’hominidés différentes.

La paléoanthropologue Ellie McNutt du Heritage College of Osteopathic Medicine de l’Université de l’Ohio, auteur principal de l’étude publiée dans la revue Nature, a noté que les pistes de Laetoli représentent la plus ancienne preuve sans équivoque de la locomotion bipède dans les archives fossiles humaines.

« Il y avait au moins deux hominidés marchant de différentes manières sur des pieds de formes différentes à cette époque de notre histoire évolutive, ce qui montre que l’acquisition de la marche humaine était moins linéaire que beaucoup ne l’imaginent », a déclaré Jeremy, paléoanthropologue du Dartmouth College et co-auteur de l’étude. De Silva. « En d’autres termes, tout au long de notre histoire, il y a eu différentes expériences évolutives sur la façon d’être un bipède. »

Les empreintes trouvées en 1976 et re-fouillées en 2019 portaient des traits différents de ceux trouvés en 1978, en particulier une démarche appelée cross-stepping.

« La piste se compose de cinq empreintes bipèdes consécutives. Mais le pied gauche traverse le droit, et vice versa. Nous ne savons pas encore ce que cela signifie », a déclaré DeSilva.

« Les pas croisés se produisent parfois chez les humains lorsque nous marchons sur un terrain accidenté. Cela explique peut-être cette démarche étrange. Ou peut-être que cet hominidé marchait d’une manière particulière. Ou peut-être qu’une espèce inconnue d’hominidé a été adaptée pour marcher de cette façon,  » a ajouté De Silva.

Sur la base des empreintes de pas, les chercheurs estiment que l’individu qui les a fabriquées ne mesurait qu’un peu plus de 3 pieds (1 mètre), marchait avec une frappe de talon proéminente et avait un gros orteil qui dépassait légèrement sur le côté, mais pas aussi un peu comme chez un chimpanzé.

DeSilva a déclaré que les scientifiques ne peuvent que spéculer sur d’autres aspects de l’apparence et du comportement de cet hominidé et s’il s’agit d’un aspect déjà identifié – comme Kenyanthropus platyops ou Australopithecus deyiremeda – ou d’un autre auparavant inconnu.

La lignée humaine a divergé de la lignée des chimpanzés il y a environ 6 à 7 millions d’années. Un moment clé est venu lorsque nos ancêtres ont adopté la marche debout sur deux pieds, s’adaptant peut-être à la vie dans la savane africaine.

La bipédie a nécessité des modifications anatomiques, notamment au niveau des pieds, des jambes, des hanches et de la colonne vertébrale, qui ont évolué bien avant que notre espèce, l’Homo sapiens, n’apparaisse il y a plus de 300 000 ans.

Le site de Laetoli est une prairie, avec des acacias parsemant le paysage et des girafes et des zèbres en abondance. Lorsque les empreintes de pas ont été faites, c’était un quartier dangereux pour un petit hominidé, avec des ancêtres des hyènes modernes, des lions et des léopards, ainsi que des chats à dents de sabre aujourd’hui disparus, à l’affût.

« Les ancêtres d’un grand nombre des mêmes animaux qui y vivent vivaient maintenant à Laetoli il y a des millions d’années, y compris, bien sûr, les humains », a déclaré DeSilva.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

S’inscrire

Reportage de Will Dunham à Washington, édité par Rosalba O’Brien

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire