Les Émirats arabes unis appellent à la suppression des armes chimiques syriennes lors de leurs débuts à l’ONU


Le diplomate émirati Mohamed Abushahab a appelé mercredi à la suppression totale des stocks d’armes chimiques de la Syrie lors de la première apparition publique des Émirats arabes unis en tant que nouveau membre du Conseil de sécurité de l’ONU.

M. Abushahab, ambassadeur adjoint des Émirats arabes unis auprès de l’ONU, a déclaré que les armes chimiques en Syrie devraient être détruites avant qu’elles ne tombent entre les mains d’extrémistes armés comme l’Etat islamique ou des gangs criminels.

Son allocution devant la chambre à New York a marqué les débuts des Émirats arabes unis à la table de l’ONU après le début de son mandat de deux ans au Conseil de sécurité au début de la nouvelle année.

« Les armes chimiques doivent être éliminées et personne ne doit y avoir accès ou les utiliser, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de la Syrie », a déclaré M. Abushahab à l’organisme de 15 nations.

« Le fait que ces armes puissent tomber entre de mauvaises mains, y compris des organisations terroristes telles que [ISIS] et d’autres organisations criminelles, est extrêmement préoccupant et pourrait également avoir de graves répercussions sur la stabilité et la sécurité de la Syrie et du monde en général.

La Syrie a adhéré à la Convention sur les armes chimiques en septembre 2013, sous la pression de la Russie, à la suite d’une frappe meurtrière aux armes chimiques que les États-Unis et d’autres ont imputée au régime du président Bashar Al Assad.

En août 2014, le gouvernement Assad a déclaré que la destruction de ses armes chimiques était achevée, mais les inspecteurs en armement ont depuis blâmé le gouvernement de M. Al Assad pour de nouvelles attaques chimiques, dont trois en 2017.

Le chef du désarmement de l’ONU, Izumi Nakamitsu, a déclaré aux membres du conseil qu’il restait des « lacunes, des incohérences et des divergences » non résolues dans la déclaration syrienne sur les armes chimiques d’il y a huit ans.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et d’autres ont accusé Damas de traîner les pieds lors des inspections et l’ont exhorté à se conformer aux règles de l’ONU et à éliminer ses stocks.

La Russie, principal allié de la Syrie au Conseil, a déclaré que Damas remplissait ses obligations.

M. Abushahab a déclaré que la question de division « nécessite une non-politisation ».

« Les Émirats arabes unis appellent les parties concernées à travailler ensemble sur la base des principes qui ont établi l’organisation et sa nature technique, y compris une approche fondée sur le consensus, et en s’abstenant de toute politisation », a-t-il déclaré.

« Ceci afin de faciliter la visite du [chemical weapons] équipe d’évaluation en Syrie.

Les Émirats arabes unis, l’Albanie, le Brésil, le Gabon et le Ghana ont entamé samedi un mandat de deux ans au Conseil de sécurité de l’ONU, la plus haute instance mondiale chargée de lutter contre les menaces à la paix et à la sécurité internationales. Chacun a été élu sans opposition par les membres de l’ONU en juin.

Les Émirats arabes unis ont siégé au conseil une fois auparavant, de 1986 à 1987.

« C’est un honneur de parler aujourd’hui au nom des Émirats arabes unis pour la première fois en tant que membre du Conseil de sécurité », a déclaré M. Abushahab.

« Les Émirats arabes unis n’épargneront aucun effort pendant leur adhésion pour s’acquitter de leur responsabilité de maintenir la paix et la sécurité internationales. »

Mise à jour : 6 janvier 2022, 04:24

Laisser un commentaire