Les corps des Ougandais tués dans une embuscade au Soudan du Sud restitués

[ad_1]

Les corps de deux Ougandais, qui ont été attaqués et abattus par des hommes armés au Soudan du Sud, ont été renvoyés en Ouganda.

Abasi Nsubuga et Emmanuel Sserwadda, tous résidents du district de Koboko, et un ressortissant tanzanien non identifié ont été abattus mercredi après-midi à Ligi, à deux kilomètres du canton de Kaya au Soudan du Sud.

Le trio voyageait dans une Toyota Premio lorsqu’ils ont été pris en embuscade par des hommes armés inconnus.

M. Ashirafu Mambo, président du district de Koboko, a déclaré : « Les corps sont conservés à la morgue de Koboko en attendant l’autopsie. Pour le corps du Tanzanien, nous avons conseillé au gouvernement du Soudan du Sud de le rapporter à l’ambassade de Tanzanie au Soudan du Sud.

M. Mambo a déclaré que la route empruntée par le défunt n’était pas sûre et a imputé les meurtres continus d’Ougandais à l’incapacité du gouvernement du Soudan du Sud à assurer une sécurité suffisante sur son territoire.

Dans une interview avec Daily Monitor hier, M. Aggrey Cyrus, le commissaire du comté de Yei, a déclaré : « Les assaillants, qui ont attaqué trois automobilistes, auraient été au nombre de 18. Le groupe avait quatre fusils tandis que d’autres avaient des gourdins et des machettes. J’ai dirigé une recherche pour trouver qui ils sont et où se trouve leur base.

M. Cyrus a déclaré que l’endroit où le trio a été abattu est une tache sombre depuis l’année dernière.

Il a déclaré que le défunt aurait pu être attaqué par des membres de la milice antigouvernementale du Front de salut national (NAS) ou par des criminels organisés.

M. Swaibu Muhammed, président de l’Association des opérateurs de taxi de Koboko, a déclaré : « C’est encore une journée sombre pour nous à Koboko après avoir perdu trois personnes dans une embuscade au Soudan du Sud. Le conducteur [Nsubuga] était parti pour son deuxième voyage de la journée et il transportait des bagages à Yei au Soudan du Sud lorsqu’il a atterri dans l’embuscade.

M. Muhammed a déclaré avoir perdu plus de 10 personnes en un an le long de la route Koboko-Kaya-Yei-Juba.

« Avec ces incidents, cette route devrait être fermée et les véhicules devraient également être empêchés de traverser vers le Soudan du Sud, car chaque fois que cela se produit, le gouvernement du Soudan du Sud nie, affirmant qu’il ne connaît pas la route de Yei », a-t-il déclaré.

Dans un incident connexe, deux habitants du sous-comté de Madi Opei, dans le district de Lamwo, soignent des blessures graves subies par des hommes armés présumés sud-soudanais.

Les hommes armés seraient entrés en Ouganda mercredi.

Les victimes sont M. Patrick Ogak, 33 ans, et M. George Olango, 29 ans. Ils ont été blessés aux épaules, à la tête et aux bras.

Le président de la zone LC3, M. Felix Nyero Lawir, a déclaré que Henry Odera, 15 ans, avait échappé à l’attaque indemne.

« Le garçon s’est enfui après avoir d’abord repéré les hommes armés, mais les anciens ont été attrapés, sérieusement battus et attachés à des arbres », a déclaré M. Nyero au Moniteur lors d’un entretien téléphonique hier.



[ad_2]

Laisser un commentaire