Les ambulanciers paramédicaux du Québec veulent installer de l’art pour soulager le stress des ambulances


Faire un voyage en ambulance est généralement une expérience très stressante. Mais certains premiers intervenants au Québec espèrent que regarder une œuvre d’art au-dessus de leur tête pourrait calmer les patients alors qu’ils se rendent à l’hôpital.

« Personne ne fait un voyage en ambulance parce qu’il le veut », a déclaré Julie Dubuc, ambulancière dans la région de Charlevoix. « Il y a tellement d’équipements. C’est un environnement totalement inconnu pour certaines personnes. »

Passionné d’art, Dubuc travaille sur un projet pilote appelé Artbulance. L’idée est de donner aux gens quelque chose sur quoi se concentrer – autre que toute cette technologie médicale qui les entoure.

Dubuc, qui fait partie du Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ), s’est inspiré d’une initiative similaire en Abitibi-Témiscamingue.

« Il y a un projet qui a été fait à l’hôpital d’Amos, d’où je viens, a dit Dubuc. « L’administration de l’hôpital a collaboré avec un centre d’art local et a fait peindre et suspendre des toiles au plafond. Elles ont été installées au-dessus des lits des patients. »

La région de Charlevoix, où Dubuc vit et travaille depuis maintenant 12 ans, est connue pour ses collines pittoresques et ses vues imprenables sur le fleuve Saint-Laurent. Il est également connu comme un paradis pour les artistes, attirés par cette beauté naturelle.

Mais ces montagnes et ces panoramas sont un froid réconfort pour quelqu’un attaché à une civière pendant des heures, sur une route sinueuse.

« Dans la région, nous devons souvent couvrir des distances un peu plus longues que dans les centres urbains », a déclaré Dubuc. « Lorsque la personne [in the ambulance] est allongé, au lieu d’un plafond gris et de projecteurs dans leur visage, ils auront une œuvre d’art. »

Il s’agit de l’une des œuvres d’art installées dans une ambulance de Charlevoix, dans le cadre d’un projet pilote visant à soulager une partie du stress vécu par les personnes confrontées à une urgence médicale. (Soumis par Dave Kidd)

Après avoir testé différents types de matériaux, Dubuc et ses collègues ont trouvé que la meilleure façon d’installer une image dans une ambulance est d’imprimer une reproduction d’une œuvre d’art ou d’une photographie, de la plastifier et de la placer sur un support adhésif juste au-dessus du brancard.

L’œuvre doit pouvoir être désinfectée et retirée si nécessaire.

Appel à tous les artistes

Le CTAQ a lancé un appel aux artistes québécois et prévoit mettre différentes œuvres d’art dans chacune de ses huit ambulances de Charlevoix le mois prochain.

« Peinture, dessins, photos, il n’y a pas de restrictions, tant que c’est apaisant », a déclaré Dubuc, qui espère que le projet pilote fera son chemin ailleurs au Québec.

Les artistes en herbe et établis peuvent soumettre leur travail à concours@ctaq.com jusqu’au 1er février.

La coopérative d’ambulance dit qu’elle a déjà reçu une soixantaine d’œuvres d’art et de photographies et qu’elle choisira ses préférées début février.

Si le projet Artbulance réussit dans Charlevoix, le CTAQ indique qu’il pourrait éventuellement être étendu aux régions de Saguenay et de Québec.

Les paramédics de Charlevoix Julie Dubuc et Jason Blackburn installent une œuvre d’art dans l’une de leurs ambulances. La coopérative d’ambulance CTAQ est à la recherche de plus de soumissions d’art à mettre dans leurs véhicules d’urgence. (Soumis par Dave Kidd)

Laisser un commentaire