L’école sur chariot aide les enfants philippins à poursuivre leurs études


TAGKAWAYAN, Philippines, 23 février (Reuters) – Un chariot en bois décoré de couleurs vives roule sur une voie ferrée peu utilisée dans le sud des Philippines, transportant quatre jeunes enseignants, deux à l’avant et deux à l’arrière, le poussant avec leurs pieds.

Équipée d’un tableau blanc, de tableaux colorés et d’une pile de livres, la petite école mobile glisse de village en village trois fois par semaine, apportant l’éducation aux enfants pauvres près de la ville de Tagkawayan alors que la pandémie de COVID-19 maintient les écoles fermées dans une grande partie de l’archipel d’Asie du Sud-Est.

« Il est important que nous fassions cela, surtout maintenant qu’il y a une pandémie et que les enfants ne peuvent pas apprendre en face à face », a déclaré Shaira Berdin, l’une des neuf volontaires qui font fonctionner le chariot, dans une interview alors que les enfants s’accroupissaient dans l’herbe. près de la voie ferrée, feuilletant des livres en anglais.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Tagkawayan est une ville d’environ 54 000 habitants dans la province de Quezon située à près de 176 km (110 miles) au sud-est de Manille.

Les apprenants à distance aux Philippines ont été confrontés à un manque d’ordinateurs, de téléphones et d’Internet, ainsi qu’à une qualité d’éducation inégale. Certains enfants ont dû grimper sur les toits pour obtenir des signaux de données.

Poussant le chariot comme un scooter, les bénévoles enseignent les mathématiques et la lecture à plus de 60 enfants au fur et à mesure. Ils ont lancé leur initiative en novembre et ont collecté du matériel d’apprentissage à partir de dons à utiliser pour leurs cours.

À l’arrêt, les enseignants soulèvent le chariot hors des rails, permettant l’utilisation du tableau blanc pour les cours d’orthographe, puis passent au comptage à l’aide de flashcards. Cela permet également de garder les pistes gratuites pour les autres utilisateurs.

« La plupart de ces volontaires viennent de milieux pauvres. Ils ont également connu des difficultés dans la vie, c’est pourquoi ils veulent aider les enfants dans le besoin », a déclaré Samboy de Leon Niala, enseignant de 26 ans.

Les Philippines ont progressivement entamé une réouverture progressive des écoles en novembre après qu’une fermeture de 20 mois a perturbé l’éducation de près de 27 millions d’enfants.

Le pays a enregistré plus de 3,6 millions de cas de COVID-19 et près de 55 000 décès au total. Il a rouvert aux touristes en février après que le nombre quotidien de cas est passé d’un pic en septembre de plus de 33 000 à environ 1 500.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Écrit par Kanupriya Kapoor; Montage par Christian Schmollinger

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Laisser un commentaire