Le WWF propose un échange dette-nature pour la Zambie


Le Fonds mondial pour la nature (WWF) a proposé que la Zambie accepte un échange dette-nature dans le cadre de sa structure d’allègement de la dette.

UN ‘échange dette contre nature», c’est lorsque les créanciers allègent la dette des pays à faible revenu « en échange de l’engagement du gouvernement à protéger » les écosystèmes fragiles.

Essentiellement, la Zambie s’est vu offrir un prêt pour régler sa dette publique en échange de la protection de ses parcs nationaux, de sa faune et de ses merveilles naturelles (chutes Victoria), comme l’a rapporté Reuter.

Les G20 est « le Groupe des 20 », un forum international composé de 19 pays et de l’Union européenne qui aident à résoudre les problèmes économiques internationaux. » Dans le cadre de la restructuration du « cadre commun » de la manière dont ils aident les pays à alléger leur dette, ils utilisent la Zambie comme cas test.

Le restructuré ‘Cadre commun‘ crée un comité des créanciers pour chaque pays qui demande un traitement de la dette. Ce comité travaille aux côtés du Fond monétaire international (FMI) et Banque mondiale créer un plan de traitement de la dette qui vise également à aider le pays à ne pas retomber dans une dette insoutenable.

Les WWF a fourni au gouvernement zambien un plan « sur la manière dont les promesses de conservation pourraient faire partie de l’accord ». Cette approche a fonctionné à la fois pour le Belize et les Seychelles, qui ont reçu un allégement de leur dette en échange de l’engagement de fonds pour la protection des océans.

Bien que le FMI n’ait pas encore pris en compte cette proposition, il pourrait l’envisager, surtout si «les créanciers ont clairement indiqué qu’ils pourraient soutenir» l’idée.

La Zambie examinera toutes les options de restructuration de la dette. Cependant, avec une telle pléthore d’animaux sauvages qui vivent et se déplacent dans leurs parcs nationaux, ainsi que la menace du changement climatique et de la déforestation sur leurs habitats naturels, la proposition du WWF semble être un choix idéal.

Si la proposition est acceptée, la responsable nationale du WWF en Zambie, Nachilala Nkombo, a déclaré que le gouvernement s’engagerait probablement entre 750 millions et 1 milliard de dollars pour des projets verts dans le pays.

Nkombo pense que si la Zambie perdait ses habitats naturels, ses merveilles et sa faune, « l’impact va bien au-delà de la Zambie, ce serait une perte à l’échelle mondiale ».

Photos : Unsplash

A LIRE AUSSI : Une rivière nous traverse : randonnée dans la réserve naturelle de Makuya

Laisser un commentaire