Le voyage de Babus à Paris – OrissaPOST


Jet-mettre des babus à dépenser l’argent des contribuables pour des conférences dans des lieux étrangers exotiques n’est pas un secret. Il est vrai que les directives du Département du personnel et de la formation (DoPT) indiquent clairement que la participation des fonctionnaires aux foires/expositions/ateliers et conférences internationales doit être découragée et, si cela est jugé essentiel, seul le fonctionnaire traitant directement du sujet doit être suppléé. Mais les directives sont facilement bafouées comme le montre cet épisode rapporté dans les médias.

Les rapports citant des informations reçues d’un plaidoyer de RTI indiquent que trois hauts fonctionnaires de Chandigarh ont dépensé bien au-delà de leur allocation sanctionnée pour faire des folies lors d’un voyage d’une semaine pour une réunion de trois jours à Paris en 2015. Les trois officiers de l’IAS – UT Advisor Vijay Dev , le ministre de l’Intérieur Anurag Agarwal et le secrétaire au Personnel Vikram Dutt ont surclassé leur séjour d’un hôtel 5 étoiles à Paris à une propriété de luxe et ont changé leurs billets aller-retour en classe affaires, dépensant 40% de plus que leur allocation. Pour ajouter une cerise sur le gâteau, un mois après le voyage à Paris, les trois officiers ont approuvé les dépenses supplémentaires l’un pour l’autre par des ordres modifiés. À l’heure actuelle, Dev est le commissaire aux élections de l’État de Delhi et de Chandigarh, Dutt est le directeur général d’Air India Asset Holding Ltd et Anurag Agarwal est le directeur général des élections de l’Haryana.

Ce n’est évidemment pas un incident errant. Les babus du Centre et des états sillonnent régulièrement l’Europe et les autres continents dans la « ligne du devoir ». Et clairement, ils ne sont pas tous enclins à « faire la fête » à l’étranger, mais il est compréhensible que le public soit indigné par le gaspillage de l’argent des impôts à un moment où tout le monde ressent le pincement de l’inflation galopante et de la détresse économique.

Remaniements dans UP un exercice en cours

Après l’éruption d’accusations lourdes contre certains officiers et certains ministres, le gouvernement de l’Uttar Pradesh semble avoir mis les bouchées doubles pour remanier son équipe administrative. Mais dans quelle mesure ces transferts d’agents de l’IAS sont-ils bien planifiés ? La semaine dernière, le gouvernement UP a remanié 13 officiers de l’IAS, dont 10 au rang de magistrats de district et de CDO, avec effet immédiat. De plus, le gouvernement de l’État a transféré 20 agents du PCS. Curieusement, cependant, à peine 24 heures plus tard, le gouvernement de l’État a annulé les ordres de transfert de deux de ces fonctionnaires dans un soi-disant « intérêt public ».

Kushal Raj Sharma, le magistrat du district de Varanasi, restera après tout. Il avait été transféré en tant que commissaire de Prayagraj. De même, S. Rajlingam restera en tant que magistrat du district de Kushinagar au lieu de déménager à Varanasi comme ordonné précédemment. À la suite de cette volte-face, Ravindra Kumar Pratham, qui avait été invité à succéder à Rajlingam, restera désormais en tant que secrétaire spécial du Département de l’alimentation et des fournitures civiles.

De toute évidence, lorsque de telles choses sont faites à la hâte, elles ne fonctionnent pas aussi efficacement et un retour en arrière était inévitable. Pendant ce temps, le Centre a également participé en approuvant le rapatriement de la secrétaire aux affaires des minorités, Renuka Kumar, chez ses parents, les cadres de l’UP, avec effet immédiat.
Mais ne retenez pas votre souffle, Yogi n’en a probablement pas encore fini avec le remaniement.

Spéculations sur la démission de CIC secy

Bien que Juthika Patankar, secrétaire de la Commission centrale de l’information (CIC), ait apparemment déposé ses papiers pour des raisons personnelles, les spéculations dans les couloirs babu suggèrent que l’officier IAS cadre de l’UP de 1988 était mécontent de son affectation actuelle.

Les connaisseurs disent qu’outre des raisons personnelles, Patankar n’a apparemment pas trouvé son affectation au CIC suffisamment motivante et s’est sentie dans une impasse de carrière. Peut-être que la cause de son mécontentement remonte à l’année dernière, des sources ont informé DKB, lorsque Patankar, qui était alors secrétaire supplémentaire du ministère du Développement des compétences et de l’Entrepreneuriat, a été rapatriée dans le cadre des parents, mais suite à son embauche pour un équivalent de secrétaire. poste en octobre 2021, le Centre a révoqué sa décision et l’a ensuite nommée secrétaire du CIC.

Ce n’est pas souvent, dans le Modi sarkar, qu’un haut fonctionnaire décide de quitter le service à peine un an et demi avant la retraite. Les démissions au niveau des secrétaires n’envoient pas de signaux positifs et, en fait, suggèrent que tout ne va peut-être pas bien dans les échelons supérieurs du gouvernement.

Partagez une expérience babu ! Suivre dilipthecheri[email protected] Multiplions l’effet.

Laisser un commentaire