Le village français accueille à bras ouverts les Britanniques


À quinze minutes de là, depuis le parc d’un château du XVIIe siècle autrefois fréquenté par Marie-Antoinette, Trevor Leggett contemple le village de Rochebeaucourt-et-Argentine. Plâtrier de formation, Leggett a créé sa première agence immobilière dans le village il y a plus de 25 ans. Aujourd’hui, lui et son épouse Joanna dirigent l’un des plus grands réseaux de France, notamment auprès des acheteurs britanniques, avec 100 salariés et son siège à Rochebeaucourt.

Le village, insistent-ils, était « en train de s’effondrer » jusqu’à ce qu’ils le reprennent en main, en rénovant une douzaine de bâtiments, dont une boucherie, une boulangerie et un ancien monastère, pour abriter, entre autres, un centre informatique et un centre d’appels. Des travaux sont en cours pour construire un hôtel. Il n’est pas étonnant que les habitants appellent en plaisantant cet endroit « le pays de Leggett ».

« La règle des 90 jours a constitué une véritable rupture des ventes, massive. Le marché des maisons de vacances pour les Britanniques s’est effondré », dit-il. « Nous parlons de toutes les régions du pays où les Britanniques se rendent habituellement – ​​la Normandie, la Bretagne, la Charente, la Charente-Maritime, la Dordogne, le Limousin, l’ensemble du sud-ouest – le Languedoc et Carcassonne, les Alpes dans une moindre mesure. » La guerre en Ukraine a aggravé les problèmes.

Joanna Leggett ajoute : « Il y a deux ans, les Britanniques étaient les premiers acheteurs internationaux avec 23 pour cent, mais ils ont été dépassés par les Belges, qui ne sont pas concernés par la règle, et ne représentent désormais plus que 17 pour cent. »

Leur amie et proche voisine, Hannah Marcus, 34 ans, qui dirige le restaurant Chez Hannah à Cherval, à proximité, déclare : « La majorité de notre clientèle était autrefois des propriétaires de vacances britanniques qui possédaient des maisons depuis des années et des années. La plupart ont vendu leurs locaux et ne viennent plus ici parce qu’ils ne peuvent pas y consacrer autant de temps qu’ils le souhaiteraient. Je pense qu’il doit y avoir environ 40 maisons différentes de notre village qui ont disparu.

Cela a eu un effet d’entraînement sur les entreprises locales. L’une des nombreuses propriétés des Leggett à Rochebeaucourt est un restaurant appelé Les Cluzeaux. Il prospère pendant les mois d’été, mais la baisse de la fréquentation en dehors de la saison a conduit Trevor Leggett à envisager de le fermer complètement en hiver. « Nous sommes pleins à craquer pour les trois mois, mais d’un côté comme de l’autre de la saison où nous aurions été occupés de Pâques jusqu’en septembre, c’est maintenant très calme », dit-il.

Les propriétaires de résidence secondaire dépensent généralement plus que les résidents permanents et les Français, même si les Belges et les Néerlandais, ainsi que les Parisiens et les Bordelais, ont pris une partie du relais, tout comme un nombre croissant de Britanniques souhaitant acheter des propriétés françaises comme résidence principale. puis retournez au Royaume-Uni en cas de besoin.

« Lors des séminaires organisés dans le cadre de l’exposition A Place in the Sun (un spin-off de la série télévisée Channel 4 sur la recherche d’une « propriété parfaite » à l’étranger), il y avait un partage 50-50 entre les personnes souhaitant s’installer définitivement et celles souhaitant passer des vacances. maisons », explique Joanna. « Maintenant, c’est permanent à 80 pour cent, donc c’est vraiment modifié. »

Mais tout le monde ne veut pas choisir entre un court séjour ou une résidence permanente, notamment de nombreux retraités ou ceux qui travaillent à domicile pendant de longues périodes. L’un d’eux est Christopher David de Cardiff, un homme d’affaires semi-retraité qui, avec sa partenaire Jane, a acheté une grange et des écuries délabrées en 2011, rénovant les bâtiments et embrassant la vie de village. Ils avaient prévu de partager leur temps entre le Pays de Galles et la France, ce qui constitue actuellement une épreuve douloureuse.

« Pour rester plus de 90 jours dans notre pays français, nous avons besoin d’un visa de six mois et le seul endroit où nous pouvons l’obtenir est en personne à Manchester ou à Londres. C’est sous-traité à une entreprise inefficace et grossière. Nous devons présenter une nouvelle demande chaque année et constituer un dossier détaillé comprenant une preuve de notre résidence française, de notre résidence galloise, trois mois de relevés bancaires et fournir des empreintes digitales. C’est coûteux et prend du temps.

Et pourtant, il déclare : « Nous sommes des propriétaires qui nous considérons véritablement comme des résidents du Pays de Galles et de la France. Nous sommes connus de tous, très impliqués dans la communauté, faisons du bénévolat et payons des taxes foncières. J’aime le style de vie français. Nous avons acheté un logement modeste, dans un endroit que les Français n’auraient jamais acheté parce qu’ils n’aiment généralement pas rénover. Et ce faisant, nous avons contribué à moderniser le village.

David a uni ses forces avec des milliers d’autres personnes sur le groupe Facebook France Visa Free pour appeler au changement. Il a communiqué avec Lord Touhig, secrétaire du groupe multipartite chargé des affaires françaises au Parlement britannique, qui a apporté son soutien et a sondé les députés français, dont certains craignent un exode britannique.

Ils ont désormais « 36 députés de notre côté » alors que l’amendement au projet de loi sur l’immigration passe à l’étape suivante en décembre. « Notre propre député en Charente nous soutient pleinement, ainsi que notre maire local. »

Stewart Edwards est un autre maire favorable. L’homme de 76 ans, originaire du Northamptonshire, est arrivé dans le beau village d’Abjat-sur-Bandiat il y a près de 35 ans. Passionné par le charme des vieilles pierres et de la campagne verdoyante et vallonnée, lui et son épouse Sue dirigent depuis longtemps le bar-restaurant Entente Cordiale, en faisant un lieu d’intégration franco-anglaise entre jeux de fléchettes et quilles.

Laisser un commentaire