Le transport aérien au Canada atteint un nouveau creux grâce au gâchis de Sunwing


News Watch de John Cairns – L’effondrement scandaleux de la compagnie aérienne Sunwing fait parler de lui en Saskatchewan.

REGINA – Parce que le public trouve ça tellement amusant quand il me surprend de mauvaise humeur, je vais aujourd’hui parler du transport aérien au Canada.

La raison pour laquelle je suis de mauvaise humeur est que, vous l’avez deviné, je viens de sortir de ma dernière épreuve annuelle d’avoir à aller et revenir de Kelowna pendant les vacances de Noël pour rendre visite à ma famille.

Chaque année à cette même période, c’est un spectacle de gong. Retards météorologiques. Correspondances manquées. L’année dernière, c’était de longues lignes de sécurité. Et je dois ajouter que cela coûte une fortune pour les vols, car les compagnies aériennes profitent pleinement des voyageurs qui espèrent rendre visite à leur famille pendant les vacances.

Ce Noël, j’ai pris l’avion pour la Colombie-Britannique au moment même où les vols au départ de Vancouver étaient bloqués en raison du mauvais temps hivernal. Heureusement, Kelowna n’a pas été si durement touchée et j’ai pu m’en sortir — seulement une heure de retard à l’aéroport pour moi.

D’autres Canadiens ont eu beaucoup moins de chance, avec des vols annulés et un chaos général. Les aéroports à travers le Canada sont devenus une autre énorme publicité politique payée pour Pierre Poilievre. « Le Canada est brisé », d’accord.

Ce qui est remarquable, c’est que les médias du pays harcelaient Poilievre pour sa ligne « Le Canada est brisé », alors qu’ils auraient dû rôtir le premier ministre Justin Trudeau pour l’optique de prendre des vacances en Jamaïque. Pendant ce temps, les Canadiens se retrouvaient bloqués au Mexique, à Cuba et dans d’autres pays, sans parler de ceux qui étaient encore chez eux et qui ont découvert que leurs projets de vacances d’hiver à venir étaient ruinés.

Cela a déjà été une année de gâchis de voyage. Cet été, cela avait à voir avec la poursuite des mandats absurdes de COVID-19 et les tracas associés aux pénuries de personnel et aux retards, avec des passagers et des bagages coincés dans de longues files d’attente dans les principaux aéroports.

Le gouvernement a promis de faire quelque chose à ce sujet et s’est finalement débarrassé des mandats dans les aéroports.

Mais une autre situation s’est ensuite développée après la série de tempêtes hivernales majeures qui ont frappé la majeure partie de l’Amérique du Nord en décembre, avec la masse d’annulations de vols dans les aéroports canadiens. Les vols au départ de Vancouver et de Toronto ont été les plus durement touchés avec ces aéroports ensevelis sous la neige. Nous avons entendu des histoires de voyageurs canadiens en correspondance laissés bloqués dans des aéroports canadiens pendant des heures et même des jours, sans même la possibilité de séjourner dans des hôtels locaux parce que ceux-ci étaient complets.

Puis vint ce grand effondrement chez Sunwing.

Pour le bénéfice de tous les clients de WestJet et d’Air Canada qui ne voyagent pas avec eux, Sunwing est le transporteur aérien/voyagiste responsable des vols directs à destination et en provenance de vos destinations soleil préférées, notamment le Mexique, Cuba, la République dominicaine et d’autres endroits où il fait beau en hiver.

Ce qui a gâché Sunwing cette fois-ci, c’est leur incapacité à comprendre comment voler hors des endroits où le temps n’était pas bon. Ce n’est pas seulement que les tempêtes hivernales ont retardé les vols – la disponibilité des équipages et des avions de ligne a été gâchée au point que les voyageurs se sont retrouvés bloqués dans des destinations Sunwing telles que le Mexique et Cuba.

Sunwing vit dernièrement le spectacle embarrassant d’envoyer des vols de « récupération » pour rapatrier les passagers bloqués.

Écoutez, le mauvais temps est une réalité à cette période de l’année, et des retards météorologiques se produisent. Ce qui me pose problème, c’est lorsqu’il n’y a pas de plan viable en place pour prendre soin des voyageurs en cas de retard.

Les passagers doivent être pris en charge et hébergés dans des hôtels, et des solutions alternatives doivent être trouvées pour ramener les gens chez eux. Il n’y a aucune excuse pour bloquer des personnes dans des lieux internationaux. Ce n’est pas comme si ces endroits étaient des îles désertes isolées ! Cancun a un grand aéroport international. La Havane possède un grand aéroport international.

Si Sunwing n’a pas pu se ressaisir pour faire sortir rapidement les gens de là-bas, ils auraient au moins pu s’arranger pour qu’ils soient transportés par d’autres compagnies aériennes opérant là-bas, à leurs propres frais. Au lieu de cela, nous entendons de multiples rapports de personnes coincées dans des centres de villégiature et des aéroports pendant des heures et des jours, et se plaignant d’être laissées dans l’ignorance par les autorités quant à ce qui se passait. Maintenant, nous entendons même des rapports de retards pour les personnes essayant de récupérer leur argent. C’est une grande débâcle.

Remarquez que le Canada n’est pas le seul à faire face à la pagaille des compagnies aériennes. Aux États-Unis, Southwest Airlines a connu un effondrement majeur des services qui a vu plus de 16 000 vols annulés par mauvais temps hivernal.

La différence là-bas est que l’administration Biden est en colère contre Southwest pour ce qui s’est passé. Cette compagnie aérienne va être traînée devant le Congrès pour faire face à la musique et être publiquement humiliée pour son incompétence totale.

Mais ici au Canada, on demande rarement mieux. Nous sommes tous si polis, nous croyons aux secondes chances et ainsi de suite, et nous supportons la médiocrité dans toute notre putain de société avec des soins de santé surpeuplés, des peines impératives pour les criminels, des pénuries dans la chaîne d’approvisionnement, etc. Étant donné que toile de fond, les compagnies aériennes de notre pays doivent penser qu’elles peuvent s’en tirer sans encombre.

Pas cette fois. Les responsables, en particulier les membres du comité fédéral des transports qui se réunissent cette semaine, doivent faire comprendre aux compagnies aériennes canadiennes que les choses doivent changer. Il doit y avoir une réelle responsabilité pour cette erreur de Sunwing et pour le reste des bêtises qui ont un impact sur les voyages en cette période des Fêtes.

Déjà, on parle de recours collectifs et beaucoup de venin est craché contre Sunwing sur les réseaux sociaux et ailleurs. Une entreprise locale ridiculise la compagnie aérienne dans des publicités radio en se référant à « Dumbwing ». J’ai l’impression que Sunwing ne sera peut-être plus en affaires avant longtemps.

Tout cela ajoute à plus de problèmes pour notre industrie du voyage déjà assiégée – pour nos aéroports, nos agents de voyage et nos hôtels qui espéraient revenir de la pandémie. Le transport aérien étant toujours un gâchis, qui voudra voyager ?

Ce qui pique le plus du point de vue de la Saskatchewan, c’est que Sunwing a fini par annuler tous ses vols au départ de Saskatoon et de Regina jusqu’au 3 février.

C’est une tonne de vacances au soleil perdues et des plans de vacances ruinés, pendant le seul mois glacial de l’année où tout le monde en Saskatchewan cherche désespérément à sortir.

Tout juste après qu’Air Canada a annulé ses liaisons vers Calgary, cette nouvelle a suscité toute la réaction des habitants de la Saskatchewan qui voient cela comme une énième humiliation, les compagnies aériennes de notre pays manquant à nouveau de respect à la province et nous donnant du fil à retordre.

Mais il y a une grande doublure argentée à cela pour les voyageurs locaux. Il y a beaucoup moins de chances que les habitants de la Saskatchewan soient bloqués sous les tropiques par Sunwing s’ils ne peuvent pas voler avec eux.

Ce n’est peut-être pas non plus une bonne idée d’aller au Mexique, point final. La violence a éclaté dans l’État de Sinaloa à la suite de l’arrestation du fils du baron de la drogue El Chapo, entraînant des voyageurs dans des endroits comme Mazatlan essentiellement coincés dans leurs hôtels.

En regardant la situation dans son ensemble, il doit y avoir une meilleure façon pour les gens de voyager que ce que nous devons supporter en 2023. Entre autres choses, il doit y avoir de meilleures options là-bas que ces régions du Mexique en proie aux cartels.

À tout le moins, nous avons besoin de plus de concurrence dans ce pays pour des vols moins chers vers des destinations soleil. Mais nous continuons d’entendre des rumeurs selon lesquelles il pourrait y avoir plus de consolidation dans l’industrie du transport aérien dans ce pays, ce qui pourrait signifier des prix plus élevés.

Si Sunwing finit par être poursuivi en justice, comment allons-nous nous rendre dans des destinations soleil à prix raisonnable au cœur de l’hiver? En stop ?



Laisser un commentaire