Le «syndrome de La Havane» aurait retardé la visite de Kamala Harris au Vietnam. Qu’est-ce que c’est?


Ligne du dessus

Le voyage du vice-président Kamala Harris au Vietnam a été retardé de plusieurs heures Mardi sur les craintes du syndrome de La Havane, un groupe de symptômes peu compris qui a affligé le personnel américain à l’étranger, dont deux ou plus qui sont tombés malades à Hanoï au cours du week-end, selon plusieurs sources.

Faits marquants

La visite de Harris à Hanoï, dans le cadre de sa tournée en Asie du Sud-Est pour renforcer le soutien des alliés américains dans une région où la Chine a contesté son influence, s’est déroulée comme prévu après avoir été retardée de trois heures à Singapour, selon Reuters.

Le retard fait suite à des informations selon lesquelles deux ou plusieurs membres du personnel américain non identifiés ont été évacués de Hanoi ce week-end après des incidents impliquant des « sons étranges » et des symptômes associés au syndrome de La Havane, a rapporté NBC News.

L’ambassade des États-Unis à Hanoï a déclaré que le retard était dû à « un récent incident de santé anormal possible », qui, selon Reuters, c’est ainsi que le « syndrome de La Havane » a été décrit dans le passé par le gouvernement américain.

Les responsables du renseignement ont soupçonné que les sons aigus entendus par les personnes présentant des symptômes étaient le résultat d’un adversaire tirant de l’énergie micro-ondes sur des diplomates américains et d’autres membres du personnel, mais les enquêtes de la CIA, du Département d’État et du Sénat ont échoué jusqu’à présent pour lier la Russie, la Chine, Cuba ou un autre pays aux maladies, la New York Times signalé.

Au moins deux employés américains en Allemagne ont récemment signalé des symptômes associés au syndrome, selon le le journal Wall Street et Politique. Cela fait suite à environ deux douzaines de responsables américains à Vienne qui ont présenté de tels symptômes depuis fin janvier, le Le New-Yorkais a rapporté.

Contexte de la clé

Syndrome de La Havane – ainsi nommé parce qu’il a été signalé pour la première fois par le personnel de l’ambassade des États-Unis à Cuba en 2016— a causé des maux de tête, des étourdissements, des nausées et des pertes de mémoire dans plus de 200 Le personnel américain et leurs familles, a rapporté Reuters. Les National Academies of Science, Engineering, and Medicine ont rapporté en décembre que la source la plus probable du syndrome est « une énergie radiofréquence dirigée et pulsée. La technologie, également connue sous le nom d’attaques énergétiques, a été testée comme une arme par les États-Unis et l’ex-Union soviétique, selon le le journal Wall Street. Citant le rapport des National Academies, le directeur de la CIA, William Burns, a déclaré à NPR en juillet qu’il y a « une très forte possibilité” qu’il est utilisé contre les États-Unis

Contra

Les agences de renseignement américaines ont recherché des preuves liant un pays à l’utilisation d’attaques à l’énergie contre des Américains, mais elles ont jusqu’à présent trouvé peu, les New York Times signalé. Un examen de 2019 des IRM publiés dans JAMA a révélé qu’il y avait une différence dans le cerveau du personnel de l’ambassade américaine à La Havane qui ressentait les symptômes, NPR signalé, mais les différences étaient faibles et ne montraient aucun signe de lésion cérébrale traumatique. D’autres preuves et allégations du syndrome ont été démystifiées. UNE Enregistrement 2017 du son causant les maux de tête s’est avéré être criquets de grillons, selon NPR, alors qu’une attaque énergétique russe redoutée contre des militaires américains en Syrie était en fait une intoxication alimentaire, les Fois signalé.

Citation cruciale

« Voici la dure réalité en ce moment : nous ne savons pas ce qui a causé ces incidents », le secrétaire d’État Antony Blinken a déclaré aux sénateurs en juin, selon NPR. « Nous ne savons pas qui, le cas échéant, est réellement responsable. »

Lectures complémentaires

Le vice-président américain Harris poursuit son voyage au Vietnam malgré un « incident de santé » mystérieux (Reuters)

Des responsables américains en Allemagne touchés par le syndrome de La Havane (Le journal Wall Street)

Les attaques du « syndrome de La Havane » du New York Times restent un mystère (New York Times)

Les questions se multiplient sur les «attaques soniques» contre l’ambassade américaine à La Havane (RADIO NATIONALE PUBLIQUE)



Laisser un commentaire