Le rugby féminin australien dans un état en avance sur 2022


Une Coupe du monde en Nouvelle-Zélande, des Jeux du Commonwealth, une Coupe du monde à sept et une saison prolongée de Super W aller-retour sont tous au programme, mais une grande question demeure : dans quelle forme se présente le football féminin en ce moment ?

COVID-19 a fait des ravages dans le sport à travers le monde, mais pour les femmes le rugby il a pris un péage particulièrement brutal en Australie. Les Wallaroos ont passé deux ans sans match test, malgré le coup d’envoi de la Coupe du monde de rugby 2021 dans moins de 12 mois, et leurs camps d’entraînement ont été annulés ou reprogrammés à de nombreuses reprises, tandis que le Super W a été contraint à une fenêtre de trois semaines, avec l’abandon de la Western Force après le premier tour.

Le programme à sept ne s’est pas beaucoup mieux passé, avec le tournoi à sept de l’Université AON divisé en deux entre la Nouvelle-Galles du Sud et le Queensland, tandis que Rugby Australie a été contraint de réunir un tournoi trans-Tasman et une série de quads Pacifique en préparation pré-olympique avant les ‘Golden Girls’ n’ont pas remporté de médaille ni même atteint les demi-finales à Tokyo.

En réponse, RA a lancé une révision des programmes masculin et féminin de rugby à sept, tandis qu’un groupe de joueurs, d’administrateurs et de la RUPA (Rugby Union Players Association) ont également été réunis pour créer un plan stratégique pour la haute performance féminine. Cela fait suite à l’annonce de World Rugby qu’ils procéderont à un examen approfondi de tous les programmes nationaux féminins de niveau un et de niveau deux.

Pourtant, c’est un énorme pas dans la bonne direction de la part de RA qui est restée relativement silencieuse sur la direction du jeu féminin pendant une grande partie de 2021.

Tout en restant discret en ce qui concerne les décisions stratégiques, RA a révélé à ESPN que le Super W sera à l’esprit en 2022 avec le tournoi aller-retour à six équipes désormais élargi prévu pour le coup d’envoi du Super Rugby Pacific. Women in Rugby round (en fonction de l’impact de la fermeture des frontières néo-zélandaises) au troisième tour, tandis qu’une augmentation massive des matchs de test devrait être programmée pour les Wallaroos.

Si tout est réuni, les Wallaroos joueront au moins 12 tests en 2022, plus de matchs qu’ils n’en ont jamais joué en une année civile, avec des matchs programmés contre les Black Ferns, les États-Unis, le Canada, le Japon et les Fidji, tandis qu’une course historique à la finale de la Coupe du monde pourrait les voir jouer 15 matches d’ici la fin de l’année.

Il s’agit d’une augmentation significative et, espérons-le, signale l’intention de RA de faire avancer le football féminin, en particulier avec les joueuses qui reçoivent de nouveaux contrats cette semaine avant leur année gigantesque.

Mais la non-apparition des Wallaroos en Europe lors de la série de novembre a été une frustration pour de nombreux fans. Alors que 12 équipes du monde entier ont participé à une série de tests de trois semaines, les meilleurs joueurs australiens ont été contraints de regarder depuis chez eux.

Selon RA, la logistique était tout simplement trop difficile. Après avoir mené une enquête auprès de leurs joueurs, ils ont découvert que même si certains étaient intéressés, trop d’entre eux ne pouvaient pas prendre plus d’un mois de congé pour jouer et entreprendre une quarantaine d’hôtel de deux semaines, alors que le coût de la quarantaine obligatoire aurait atteint plus de 100 000 $. Pour RA et le personnel d’entraîneurs, ce n’était tout simplement pas faisable.

Bien qu’il s’agisse d’un résultat décevant pour toutes les personnes impliquées, la bonne décision a été prise alors que l’équipe se prépare maintenant à rencontrer ses entraîneurs pour la première fois en personne en janvier.

Mais, s’il y a des progrès apparents dans le jeu à quinze, on ne peut pas en dire autant du format à sept.

Les rumeurs abondent selon lesquelles les sept de l’Université Aon, peut-être la meilleure initiative de RA dans le football féminin ces derniers temps, sont sur le point d’être annulées. Interrogé par ESPN, un porte-parole de RA a déclaré qu’aucune décision formelle n’avait été prise sur son avenir, mais des sources des équipes de Sydney, de l’UTS et de l’Université de Sydney, ont déclaré à ESPN qu’elles avaient déjà reçu des nouvelles selon lesquelles la compétition n’aurait pas lieu dans 2022.

Pendant ce temps, les universités elles-mêmes n’ont reçu aucune autre communication de RA ou d’Unisport, les animateurs de la compétition aux côtés de RA, depuis un e-mail en septembre les informant que l’instance sportive entreprend actuellement un examen du football féminin. Interrogé par ESPN, RA a déclaré qu’un tel examen n’existait pas.

En outre, RA a déclaré que les discussions avec AON étaient en cours et que le principal sponsor actuel de la compétition pouvait encore renouveler son contrat. Si aucune prolongation n’est obtenue, cependant, cela pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la série et le développement continu de l’équipe nationale de sept.

Dans l’état actuel des choses, la compétition universitaire à sept est la seule voie officielle permettant aux joueurs de sept d’atteindre l’équipe australienne. Plusieurs joueuses de l’équipe actuellement à Dubaï avant la première apparition des Australiennes aux World Series cette année ont été repérées via la série AON, tandis que Maddison Levi a fait ses débuts olympiques grâce à ses performances impressionnantes pour la Bond University plus tôt cette année. La perte d’une voie aussi importante serait dévastatrice pour les jeunes joueurs et le développement de l’équipe, en particulier après la mauvaise performance de l’Australie à Tokyo qui les a vus éliminés du tournoi en quart de finale.

Suite à un examen du programme, l’équipe est actuellement sans entraîneur avec l’ancien entraîneur-chef John Manenti invité à postuler à nouveau pour son poste, et il y a également eu un bouleversement massif dans l’équipe avec les médaillés d’or 2016, Shannon Parry, Emma Tonegato, Chloe Dalton et Ellia Le vert passe. RA poursuit actuellement la signature d’Evania Pelite après qu’elle ait pris une pause prolongée du match.

Les résultats des tournois consécutifs de Dubaï seront un indicateur fort du plan de développement et de succession de l’équipe avec autant de joueurs inexpérimentés occupant des postes vitaux.

Pendant ce temps, Adrian Thompson, responsable national de la gestion des talents de Rugby Australie, a déclaré à ESPN que l’un des plus gros problèmes du programme féminin était la nature fracturée des deux formats, un problème qui se posera en 2022 lorsque les Wallaroos participeront à la Coupe du monde. tandis que le programme à sept participera à la fois aux Jeux du Commonwealth et à la Coupe du monde à sept.

« Eh bien, je pense que le plus gros problème en ce moment n’est probablement pas délibérément, mais le manque d’alignement entre les sept et les quinze, les conflits les uns avec les autres et les filles devant parfois être obligées de prendre des décisions sur ce qu’elles font », a déclaré Thompson à ESPN.

« C’est difficile l’année prochaine de ne pas s’affronter parce que les quinze et les sept sont de si grands calendriers internationaux l’année prochaine, avec les Jeux du Commonwealth, la Coupe du monde à sept et la Coupe du monde et le Pacifique à quatre en quinze.

« Mais à l’avenir, nous devons trouver un meilleur alignement entre toutes ces compétitions, y compris, vous savez ce que nous faisons avec ces compétitions nationales comme Super W et AON. »

Il y a eu beaucoup de critiques sur la gestion par RA des programmes pour femmes au cours des deux dernières années, en grande partie justifiées, mais il ne fait aucun doute qu’elles prennent enfin des mesures pour aller dans la bonne direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *