Le rêve d’une vie normale pousse les filles rohingyas à un périlleux voyage en mer


Vêtue d’une tenue brodée de couleur saumon et de bottes argentées étincelantes, une fille regarde sérieusement la caméra. Elle contraste fortement avec l’arrière-plan terne – des murs et un toit faits de bâtons de bambou entrecroisés et de draps en plastique.

La photographie est envoyée à un réseau de parents et d’amis de la famille qui la transmettent aux futurs mariés.

La fille musulmane rohingya, Mubina Khatoon, avait 13 ans le 2 décembre 2022, lorsqu’elle est montée à bord d’un bateau à destination de la Malaisie au Bangladesh. Elle était accompagnée d’au moins 32 autres filles et femmes rohingyas célibataires des camps de réfugiés de Cox’s Bazar, au Bangladesh. Hamida Khatoon, la tante célibataire de 20 ans de Mubina, était également avec elle.

La réfugiée rohingya Mubina Khatoon, 13 ans, pose pour une photo avant de monter à bord d'un bateau à destination de la Malaisie, à Cox's Bazar, Bangladesh, le 2 décembre 2022. (Photo publiée avec l'aimable autorisation de la famille et floutée à la demande de la famille)

La réfugiée rohingya Mubina Khatoon, 13 ans, pose pour une photo avant de monter à bord d’un bateau à destination de la Malaisie, à Cox’s Bazar, Bangladesh, le 2 décembre 2022. (Photo publiée avec l’aimable autorisation de la famille et floutée à la demande de la famille)

Le bateau, appartenant à un service de ferry illégal exploité par des trafiquants d’êtres humains, est porté disparu depuis le 8 décembre, ainsi qu’environ 180 passagers à bord, tous des réfugiés musulmans rohingyas.

Dans un communiqué publié le 25 décembre, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, ou HCR, a qualifié le bateau de « non navigable » et a déclaré qu’il avait probablement coulé en mer, tuant tout le monde à bord.

Depuis la publication de la déclaration du HCR, la morosité s’est abattue sur le camp de réfugiés rohingyas de Cox’s Bazar. Plus d’un million de membres de la minorité musulmane apatride vivent dans ce bidonville délabré et encombré.

Le père de Mubina, Shah Alam, 35 ans, est journalier. Il fait partie des centaines de réfugiés du camp qui avaient des proches à bord du bateau disparu et qui craignent le pire.

« Mubina est l’aîné de mes quatre enfants. Je ne gagne pas assez pour organiser une célébration de mariage et d’autres nécessités pour ma fille ou ma sœur, ici au Bangladesh. Nous avons donc décidé de les envoyer dans la Malaisie à majorité musulmane », Alam a déclaré à VOA lors d’un entretien téléphonique.

« Ma femme n’a pas mangé depuis des jours et continue de pleurer depuis que nous avons appris la noyade du bateau. … Nous nous sentons tous perdus et désemparés », a-t-il déclaré.

Son ton s’est cependant éclairci lorsqu’il a parlé des rêves de sa famille concernant la vie en Malaisie.

« Au cours des 10 à 15 dernières années, des milliers de jeunes hommes ont voyagé en Malaisie depuis le Bangladesh et le Myanmar et se sont installés là-bas avec de bons emplois. Ils veulent épouser des femmes rohingyas. Un cousin éloigné en Malaisie a déclaré qu’il pourrait facilement trouver des palefreniers pour Mubina et Hamida.

« Nos filles y seraient en sécurité et heureuses ; les conditions économiques et de vie des réfugiés rohingyas au Bangladesh sont atroces », a déclaré Alam.

La terre promise

Plusieurs filles ont réussi au cours des dernières années à réaliser le rêve malaisien – celui d’une vie moyenne.

Surah Khatoon, dont le mari est décédé au Myanmar en 2016, vit désormais à Cox’s Bazar. Sa fille aînée, Sanowara Begum, aujourd’hui âgée de 20 ans, a épousé un Rohingya en Malaisie après son arrivée là-bas en janvier 2021.

« Mon gendre gagne bien en tant qu’ouvrier du bâtiment. Sanowara est très heureuse avec lui et leur fils, qui a maintenant 1 ans. Bien qu’elle me manque souvent, cela me console de me rappeler qu’elle mène une belle vie maintenant », Khatoon a déclaré lors d’un entretien téléphonique. Elle espère également envoyer ses autres enfants en Malaisie.

La réfugiée rohingya Surah Khatoon est assise avec ses enfants à Cox's Bazar, au Bangladesh, pour parler à sa fille Sanowara Begum - qui est en Malaisie - lors d'un appel vidéo.  Utilisant un service de bateau illégal, Sanowara a atteint la Malaisie en 2021, s'est mariée avec un Rohingya et y vit depuis.  (Mohammed Rezuwan Khan/VOA)

La réfugiée rohingya Surah Khatoon est assise avec ses enfants à Cox’s Bazar, au Bangladesh, pour parler à sa fille Sanowara Begum – qui est en Malaisie – lors d’un appel vidéo. Utilisant un service de bateau illégal, Sanowara a atteint la Malaisie en 2021, s’est mariée avec un Rohingya et y vit depuis. (Mohammed Rezuwan Khan/VOA)

Entre 2012 et 2015, la majorité des 100 000 Rohingyas qui ont pris des bateaux pour la Malaisie étaient des jeunes hommes, selon Chris Lewa, directeur du projet Arakan, qui travaille pour soutenir la population Rohingya fortement persécutée et surveiller les mouvements de la communauté.

« Ces jeunes hommes qui sont arrivés plus tôt ont maintenant réussi à rembourser leurs dettes pour leur propre voyage et à économiser de l’argent pour se marier », a déclaré Lewa lors d’un entretien téléphonique. Ainsi, les hommes proposent souvent de renoncer à la dot habituelle et de payer une partie ou la totalité du coût du voyage d’une mariée pour les rejoindre, a-t-elle expliqué.

Soyed Alam, 28 ans, est l’un de ces jeunes hommes qui travaille dans un restaurant de Kuala Lumpur après avoir déménagé du Bangladesh en Malaisie en 2014.

Timidement, Alam a déclaré : « Je me réveille chaque jour en espérant recevoir des nouvelles de l’arrivée d’une fille rohingya convenable en Malaisie en provenance du Bangladesh, que je peux épouser. … J’ai dépassé l’âge habituel du mariage selon les normes de ma communauté. pénurie de filles rohingyas en Malaisie, et il y a beaucoup d’autres hommes en attente ici comme moi. »

Cependant, s’installer en Malaisie n’est pas une tâche simple pour les réfugiés rohingyas.

Jusqu’à récemment, le gouvernement malaisien délivrait des cartes de réfugiés du HCR aux réfugiés rohingyas qui arrivaient dans le pays. Un réfugié enregistré par le HCR peut travailler librement n’importe où. Selon l’ONU, environ 57% des 181 000 réfugiés officiellement enregistrés en Malaisie sont des Rohingyas.

Mais depuis quelques mois, le HCR n’enregistre plus les nouveaux réfugiés rohingyas entrant en Malaisie, les laissant entrer subrepticement par l’Indonésie avec l’aide de trafiquants.

La plupart des Rohingyas qui ont atteint la Malaisie au cours des derniers mois sont des réfugiés non enregistrés menacés d’arrestation. Ils vivent discrètement pour éviter la police, s’installant dans les plantations forestières, les terres agricoles et les zones rurales.

Pas de terre de femme – ou de mer

Les menaces de noyade, de déshydratation et de famine ne sont pas les seules auxquelles sont confrontées les filles et les femmes rohingyas qui entreprennent le voyage illégal en mer. Le voyage vers la Malaisie depuis le Bangladesh pour les Rohingyas implique à la fois des routes maritimes et terrestres et maritimes. La violence sexiste – en particulier les incidents d’abus sexuels en cours de route – est courante.

La plupart des filles rohingyas sont vulnérables aux abus sexuels parce qu’elles voyagent sans tuteur, a déclaré Jaan Mohammed, un réfugié à Cox’s Bazar, par téléphone à VOA.

Des bateaux de pêche attendent dans un port près de Cox's Bazar, au Bangladesh.  Les trafiquants d'êtres humains utilisent ces bateaux pour transporter illégalement des réfugiés rohingyas du Bangladesh vers la Thaïlande, l'Indonésie et la Malaisie.  (Noor Hossain/VOA)

Des bateaux de pêche attendent dans un port près de Cox’s Bazar, au Bangladesh. Les trafiquants d’êtres humains utilisent ces bateaux pour transporter illégalement des réfugiés rohingyas du Bangladesh vers la Thaïlande, l’Indonésie et la Malaisie. (Noor Hossain/VOA)

« Je suis au courant de nombreux incidents de violence de ce type. Mais les victimes choisissent rarement de parler de la violence, craignant que cela ne compromette leurs perspectives de mariage », a déclaré Mohammed.

« Une parente s’est mariée en Malaisie trois mois après son arrivée là-bas. Mais, seulement quatre mois après le mariage, elle a accouché. Il a été révélé plus tard qu’elle avait été violée par plusieurs hommes au cours de son voyage terrestre et maritime,  » il a dit.

L’activiste Lewa a déclaré que pendant le voyage en mer, des femmes et des filles rohingyas ont été violées ou harcelées sexuellement sur le bateau par des membres d’équipage mais aussi parfois par des passeurs rohingyas à bord.

Elle a décrit un tel incident d’abus en 2020.

« Dans ce cas, certaines femmes qui ont débarqué en Indonésie ont déclaré que le passeur sur le bateau avait sélectionné de jolies filles parmi les passagères et les avait proposées à l’équipage pour la nuit », a-t-elle déclaré.

Même les risques de décès et d’abus sexuels ne dissuadent pas les familles rohingyas du Bangladesh d’envoyer leurs filles en Malaisie.

Rawshidullah, qui, comme beaucoup de Rohingyas, n’utilise pas de nom de famille, a vu sa fille de 16 ans, Umme Salima, partir lorsqu’elle est montée à bord du bateau à destination de la Malaisie le 2 décembre.

« Nous avons pris la photo de Salima avant son départ et l’avons envoyée à une de ses cousines qui est mariée à un Rohingya en Malaisie. Elle avait promis d’organiser un marié pour ma fille. Cela a été un grand soulagement pour notre famille », a-t-il déclaré. m’a dit.

Faisant écho aux sentiments de Rawshidullah, Shah Alam a accompagné sa fille au bateau pour lui faire ses adieux, sachant qu’il ne la reverrait peut-être plus jamais. Les Rohingyas n’ont pas de documents de voyage légaux et ne peuvent pas retourner au Myanmar ou à Cox’s Bazar une fois qu’ils sont partis pour un autre pays.

« Je savais que je ne reverrais probablement jamais ma fille en personne », a déclaré Rawshidullah. « Ce à quoi je n’étais pas préparé, c’est qu’elle disparaisse. »

Laisser un commentaire