Le pétrole chute de 13% au pire jour de 2021, passe en dessous de 70 $ alors que la nouvelle variante de Covid suscite des inquiétudes quant à la demande mondiale


Pompes à huile de travail contre un ciel coucher de soleil.

Imaginima | E+ | Getty Images

Le pétrole a enregistré vendredi sa pire journée de l’année, tombant à son plus bas niveau en plus de deux mois alors que la nouvelle souche Covid-19 a fait craindre un ralentissement de la demande alors que l’offre augmente.

La baisse de la jambe est survenue au milieu d’une large vente sur le marché, le Dow Jones perdant plus de 900 points. L’Organisation mondiale de la santé a mis en garde jeudi contre une nouvelle variante de Covid détectée en Afrique du Sud. Il pourrait être plus résistant aux vaccins grâce à ses mutations, bien que l’OMS ait déclaré qu’une enquête plus approfondie est nécessaire.

Le pétrole américain s’est établi à 13,06 %, ou 10,24 $, en baisse à 68,15 $ le baril, tombant en dessous du niveau clé de 70 $. C’était la pire journée du contrat depuis avril 2020. Le WTI a également clôturé en dessous de sa moyenne mobile de 200 jours – un indicateur technique clé – pour la première fois depuis novembre 2020.

Les contrats à terme sur le brut Brent de référence internationale ont glissé de 11,55 % pour s’établir à 72,72 $ le baril.

Les deux contrats ont enregistré leur cinquième semaine consécutive de pertes pour la plus longue séquence de défaites hebdomadaires depuis mars 2020.

Une diminution des voyages et de nouveaux blocages potentiels, qui pourraient tous deux affecter la demande, surviennent alors que l’offre est sur le point d’augmenter.

« Il semble que la découverte d’une variante de Covid-19 en Afrique australe effraie les marchés dans tous les domaines. L’Allemagne limite déjà les voyages en provenance de plusieurs pays de la région touchée », a déclaré John Kilduff, partenaire chez Again Capital. « La dernière chose dont le complexe pétrolier a besoin est une autre menace pour la reprise du transport aérien », a-t-il ajouté.

Mardi, l’administration Biden a annoncé son intention de libérer 50 millions de barils de pétrole de la réserve stratégique de pétrole. Cette décision fait partie d’un effort mondial des pays consommateurs d’énergie pour calmer la hausse rapide des prix du carburant en 2021. L’Inde, la Chine, le Japon, la Corée du Sud et le Royaume-Uni libéreront également une partie de leurs réserves.

En savoir plus sur l’énergie propre de CNBC Pro

« Cette [the sell-off] est attribuable aux inquiétudes concernant une offre excédentaire importante au début de 2022 qui devrait être provoquée par la libération prochaine de réserves stratégiques de pétrole aux États-Unis et dans d’autres grands pays consommateurs, ainsi que par la forte augmentation continue des nouveaux cas de coronavirus », ont noté les analystes de Commerzbank « De plus, une variante encore plus transmissible du virus a été découverte en Afrique du Sud, provoquant une augmentation notable de l’aversion au risque sur les marchés financiers aujourd’hui. »

L’OPEP et ses alliés producteurs de pétrole doivent se réunir le 2 décembre pour discuter de la politique de production pour janvier et au-delà. Le groupe a lentement assoupli les réductions de production historiques qu’il avait convenues en avril 2020 alors que le coronavirus sapait la demande de produits pétroliers. Depuis août, le groupe, connu sous le nom d’OPEP+, a remis sur le marché 400 000 barils par jour chaque mois.

Le groupe a maintenu sa baisse progressive malgré les appels de la Maison Blanche et d’autres à augmenter la production alors que les prix du pétrole ont atteint des sommets pluriannuels. Les contrats à terme sur le brut West Texas Intermediate ont atteint un sommet en sept ans en octobre, tandis que le Brent a atteint un sommet en trois ans.

Le pétrole américain est maintenant en baisse de plus de 15 $ depuis son sommet d’octobre de 85,41 $.

« Le communiqué SPR coordonné fait également l’objet d’un second examen, en particulier avec l’OPEP le dénonçant et affirmant que le communiqué fera basculer le marché mondial vers l’excédent. Le communiqué est bien plus qu’une simple goutte d’eau dans l’océan », a ajouté Kilduff.

Les actions énergétiques ont suivi la baisse du pétrole vendredi, et le groupe a été le secteur le moins performant du S&P 500, chutant de plus de 4%. Devon Energy, APA et Occidental ont été parmi les plus grands perdants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.