Le Maroc voit de la place pour un « retour à la normale » dans les relations allemandes


RABAT-Agence France-Presse

Le Maroc voit de la place pour un retour à la normale dans les relations allemandes

Photo d’Alay

Le Maroc a évoqué le 22 décembre un éventuel renouvellement des relations diplomatiques avec l’Allemagne qui ont été effectivement gelées pendant des mois, après des commentaires encourageants du nouveau gouvernement de Berlin.

classe= »cf »>

Rabat a annoncé en mars qu’il suspendait ses contacts avec l’ambassade d’Allemagne dans le royaume d’Afrique du Nord en raison de « profonds malentendus » sur « des questions fondamentales pour le Maroc ».

En mai, il a annoncé le rappel de son ambassadeur pour consultations et a accusé l’Allemagne d' »actes hostiles » sans précision.
Les critiques de l’Allemagne à l’encontre de la reconnaissance par l’ancien président américain Donald Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental contesté figuraient parmi les points de friction apparents.

« Le Royaume du Maroc apprécie les annonces positives et les positions constructives faites récemment par le nouveau gouvernement fédéral allemand », a déclaré le ministère marocain des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Ces annonces permettent d’envisager une relance de la coopération bilatérale et le retour à un travail normal des représentations diplomatiques des deux pays à Rabat et à Berlin », a-t-il déclaré.

Olaf Scholz est devenu le nouveau chancelier allemand le 8 décembre, promettant que sa coalition dirigée par le centre-gauche offrirait un « nouveau départ » au pays.

classe= »cf »>

Quelques jours plus tard, le ministère des Affaires étrangères de Berlin a qualifié le Maroc de « lien important entre le Nord et le Sud, politiquement, culturellement et économiquement ».

Il a également déclaré que le Maroc « joue un rôle important dans la stabilité et le développement durable de la région » et qu’une proposition de Rabat d’autonomie pour le Sahara occidental était une « contribution importante » à un règlement.

Mais Berlin a également déclaré que sa position sur le statut du Sahara occidental n’avait pas changé depuis des décennies.

Le Maroc contrôle la majeure partie du Sahara occidental, qu’il considère comme son propre territoire. Rabat a mené une guerre de 15 ans avec le mouvement indépendantiste du Front Polisario après le retrait de l’Espagne de son ancienne colonie en 1975.

Un accord de cessez-le-feu contrôlé par les Nations Unies prévoyait un référendum, mais le Maroc a depuis rejeté tout vote incluant l’indépendance comme option, n’offrant qu’une autonomie limitée.

Les tensions sur la région ont augmenté ces derniers mois, le Polisario déclarant qu’il intensifierait les opérations militaires et les relations diplomatiques coupées entre le Maroc et l’Algérie, le principal soutien du Polisario.

En décembre de l’année dernière, le Maroc a renouvelé ses relations officielles avec Israël tandis que Washington reconnaissait la souveraineté de Rabat sur le Sahara occidental, dans le cadre d’une série d’accords de normalisation négociés par l’administration Trump.

classe= »cf »>

Le Maroc entretient généralement de bonnes relations avec l’Allemagne, qui lui apporte une aide financière substantielle. Berlin est l’un des principaux partenaires commerciaux de Rabat.

Échange,

Laisser un commentaire