Le luxe hédoniste et bohème du Marrakech des années 1970 est de retour – voici comment le faire comme Mick Jagger et Grace Jones


jeDans la médina aux couleurs crépusculaires de Marrakech, il y a un riad qui ouvre une porte sur un autre monde. Dar Noujoum, demeure dorée du défunt architecte d’intérieur et mondain fébrile Bill Willis, était autrefois une résidence royale, louée à Willis par un prince du début des années 1970 jusqu’à sa mort en 2009. Demeurée vide dans les années suivantes, elle a été sommairement saccagée. – des portes dépouillées de leurs cadres sculptés à la main, des canalisations en cuivre arrachées aux murs, des baignoires hissées par les fenêtres donnant sur la rue en contrebas. Une décennie plus tard, les Britanniques et meilleurs amis Tim et Neil découvriraient le riad et, avec lui, une tranche d’histoire.

En explorant le palais en ruine, alors que Neil criait à Tim de le rejoindre sur le toit – le plus haut de la médina, offrant une vue imprenable sur les montagnes de la Ville Rouge – Tim est tombé sur quelque chose d’étonnant. Deux valises crème en lambeaux, placardées d’autocollants de voyage, débordant de lettres, de photographies, de croquis.

« J’ai réalisé que nous étions tombés sur une capsule temporelle de cette époque et de l’apogée de Marrakech », se souvient-il. « J’étais ébloui. C’est le moyen le plus proche pour moi ou quelqu’un que je connais de découvrir un trésor. Un véritable trésor. Je ne pouvais pas croire qu’ils avaient pris tout le reste et laissé les meilleures choses.

Laisser un commentaire