Le Japon décidera de la prolongation de quasi-urgence du COVID dans la première moitié de la semaine




Le Premier ministre Fumio Kishida est vu le 4 février 2022. (Mainichi/Kan Takeuchi)

TOKYO (Kyodo) — Le Japon prévoit de décider de prolonger ou non un quasi-état d’urgence COVID-19 à Tokyo et dans 12 préfectures au cours de la première moitié de cette semaine, ont annoncé dimanche des sources gouvernementales.

Le Premier ministre Fumio Kishida a confirmé le plan lors de discussions avec le ministre de la Santé Shigeyuki Goto et les ministres concernés, ont indiqué les sources, alors que le gouvernement métropolitain de Tokyo a signalé 17 526 cas quotidiens de coronavirus dans la capitale, le décompte le plus élevé pour un dimanche.

Kishida a chargé Noriko Horiuchi, ministre chargée de la promotion du déploiement des vaccins, d’accélérer l’administration des troisièmes injections pour faire face à la nouvelle vague d’infections provoquée par la variante hautement transmissible d’Omicron.

Le gouvernement envisage de prolonger le quasi-état d’urgence à Tokyo et dans 12 préfectures de deux semaines ou jusqu’à la fin du mois à compter de la date de fin initiale du 13 février.

Les 12 préfectures sont Saitama, Chiba et Kanagawa, qui bordent la capitale, ainsi que Gunma, Niigata, Gifu, Aichi, Mie, Kagawa, Nagasaki, Kumamoto et Miyazaki.

Si l’une des 13 autorités locales ne souhaite pas prolonger l’état d’urgence, le gouvernement respectera cette intention.

Les mesures de quasi-urgence impliquent la restriction des heures d’ouverture des restaurants et des bars, ainsi qu’une demande de s’abstenir de déplacements non essentiels entre les préfectures afin de réduire la pression sur le système médical.

Laisser un commentaire