Le Houston Chamber Choir importe l’inspiration latino-américaine pour son concert du week-end


Chef d’orchestre vénézuélien Maria Guinand (au centre)

Photo : Courtesy Houston Chamber Choir

Le monde traverse peut-être une période sombre, mais pour le Houston Chamber Choir, l’arrivée de Maria Guinand pour diriger le concert « De la noche al día » de samedi représente une étincelle de joie. Comme le raconte le fondateur et directeur artistique Robert Simpson, le précédent voyage du chef d’orchestre et éducateur vénézuélien décoré à Houston en 2014 a été pratiquement le coup de foudre.

« Je pense qu’en 15 minutes environ, nous sommes passés de » Mon Dieu, j’espère qu’elle nous aime « à » Nous l’aimons! «  », Dit-il.

Guinand a été pendant plus de trois décennies professeur de musique et de direction chorale à l’Université Simón Bolívar de Caracas, et est maintenant directeur artistique de la Fundación Schola Cantorum de Venezuela. Tout en travaillant avec le chœur de chambre et en utilisant un peu plus que son intuition musicale, elle « nous a sortis de nos habitudes d’Europe occidentale », dit Simpson.

« C’était comme suivre un guide touristique expérimenté dans une ville que vous n’aviez jamais visitée auparavant, et elle sait ce qu’il y a à chaque coin de rue », se souvient-il. « Elle sait où vous emmener pour que vous puissiez voir l’essence de ce que c’est, et c’est ainsi qu’elle est avec la musique. Elle sait d’instinct ouvrir ce monde à ceux qui n’y vivent pas et se l’approprier.

« L’essence de notre travail n’est pas seulement d’apprendre la musique ou de connaître les mots, mais l’expérience de partager le son et de chanter ensemble », propose Guinand. « C’est l’énergie, l’unité. »

Chœur de chambre de Houston : De la Noche al Día

Lorsque: 19h30 le 12 mars

: Église baptiste de South Main, 4100 Main St.

Des détails: 25 $; 713-224-5566; www.houstonchamberchoir.org

La chorale a commencé à anticiper une autre visite immédiatement après le départ de Guinand, dit Simpson, mais l’apparition du COVID a inévitablement retardé son retour de quelques années. « De la noche al día », qui se traduit par « de la nuit au jour », est bien né de la pandémie. Le thème de la saison du chœur de chambre est « Sing Out the New Day », et Guinand a construit le concert le long d’une trajectoire similaire de l’obscurité à la lumière. En tant que telles, ses sélections couvrent un large éventail de territoires émotionnels, du désespoir à la jubilation.

Le concert s’ouvre sur l’exploration de la douleur, de la souffrance et de la tristesse. Parmi les premières pièces choisies par Guinand figurent trois arrangements de lamentations du prophète de l’Ancien Testament Jérémie, que son mari compositeur Alberto Grau a créés pendant la pandémie, avant de conclure avec l’arrangement de Jacques Durufle de l’hymne de la Semaine Sainte « Ubi Caritas ». Guinand dit qu’elle veut que cette pièce agisse comme « un pont » vers la deuxième moitié bouillonnante du concert, qui incorpore des souches de musique folklorique cubaine, vénézuélienne et argentine.

« Après l’obscurité, je crois que la lumière prévaudra », dit-elle. « Je veux continuer à croire que, même de nos jours [when] nous revivons des temps très sombres. Mais je veux continuer à croire que s’il y a de la lumière, les ténèbres ne peuvent pas la supprimer soudainement.

« Je pense que quand tout est sombre et que vous voyez une lueur, alors l’espoir est toujours là », ajoute-t-elle.

Simpson est enthousiasmé par la dernière incursion interculturelle du chœur de chambre, qui fait suite à la participation du mois dernier à la commande Tyshawn Sorey de Da Camera « Monochromatic Light (Afterlife) », une célébration du 50e anniversaire de la chapelle Rothko. Les styles de musique peuvent être très différents, note-t-il, mais le but sous-jacent est similaire.

« Nous nous engageons vraiment dans quelque chose qui est plus qu’un exercice académique – c’est un investissement émotionnel et une expérience », déclare Simpson. « Cela nous change, et nous voulons que cela change ceux qui écoutent la musique.

« Pouvoir découvrir une culture, un riche héritage – un patrimoine qui n’est peut-être pas notre origine, mais avoir un guide doué comme Maria nous amène dans ce monde – c’est ainsi que nous nous comprenons », ajoute-t-il. C’est ainsi que nous pouvons trouver les points communs, les joies que nous trouvons dans les découvertes qui en font une expérience si riche et merveilleuse pour nous tous.

« De la noche al día » arrive alors que le monde est plongé dans une nouvelle crise, l’invasion de l’Ukraine par la Russie, alors même que la précédente, la pandémie, persiste. Guinand veut que le concert rappelle aux gens que, même si les affaires mondiales peuvent sembler risquées, il est toujours acceptable de vivre de la joie.

En fait, c’est encouragé.

« Nous ne pouvons pas toujours vivre dans l’obscurité », dit-elle. « Il faut espérer le jour et la lumière. Et nous devons élever la voix. Nous ne pouvons pas rester muets.

Chris Gray est un écrivain basé à Galveston.




Laisser un commentaire