Le hip-hop de Casablanca débarque à Cannes, Entertainment News

Source link

Nabil Ayouch dit qu’il peut à peine croire son film, ‘Casablanca Beats’ est le premier film marocain en près de 60 ans à concourir pour la Palme d’Or à Cannes.

C’est comme si « j’étais un enfant et je suis passé devant une boulangerie avec un joli éclair au chocolat dans la vitrine que je n’ai jamais eu le droit d’avoir – et maintenant je peux enfin », a déclaré le réalisateur à l’AFP.

Il ne s’agit que du deuxième film marocain jamais sélectionné en sélection officielle à Cannes, après Ames et rythmes d’Abdelaziz Ramdani en 1962.

‘Casablanca Beats’ – le septième long métrage du réalisateur franco-marocain – parle de jeunes à la recherche d’un exutoire à travers le hip hop.

En photos : 8 styles les plus audacieux que nous avons vus à Cannes 2021 dont nous sommes amoureux

« Ils ont tellement d’histoires à raconter mais pas les outils pour le faire », a déclaré Ayouch, 52 ans. Il se déroule à Sidi Moumen, un quartier délabré rendu tristement célèbre en 2003 après qu’un groupe de jeunes locaux radicalisés a perpétré des attentats-suicides dans la ville. , tuant 33 personnes.

Ayouch n’est pas nouveau dans le quartier. Son film de 2012 « Chevaux de Dieu », inspiré d’un roman du peintre et auteur marocain Mahi Binebine, a suivi deux frères de leur enfance jusqu’au jour où ils ont décidé de devenir des kamikazes et a fait appel à des acteurs non professionnels du quartier.

Il y a également tourné des scènes de son tube indépendant « Ali Zaoua: Prince of the Streets » il y a plus de dix ans. En 2014, Ayouch a fondé le Centre Culturel Stars dans le quartier défavorisé, proposant des cours de musique, de danse et autres. Le cinéaste a déclaré que le centre avait fourni l’idée – et une grande partie de la distribution – du fictif « Casablanca Beats ».

Lire aussi : Comment une vache laitière a trouvé une renommée instantanée au Festival de Cannes

« J’ai assisté à des ateliers et c’était vraiment incroyable de les voir danser et d’écouter leurs paroles », se souvient-il.

« Je voulais que le monde entier entende ce qu’ils ont à dire. » « Front aux valeurs morales » – La participation de « Casablanca Beats » au festival de Cannes, qui se déroule jusqu’à samedi, a été largement saluée au Maroc. Cela contraste fortement avec son film précédent « Much Loved », une vision franche de la prostitution dans le pays qui a déclenché la colère en ligne et même des menaces de mort.

Le film a été projeté à Cannes en 2015 mais interdit à la maison, où les autorités ont estimé qu’il portait atteinte à l’image du pays et constituait « un affront aux valeurs morales et aux femmes marocaines ».

« L’épisode ‘Much Loved’ n’est pas totalement oublié, mais les blessures sont en grande partie cicatrisées et ma détermination est intacte », a déclaré Ayouch. « Je veux que mes films voyagent mais mon public naturel est le public marocain », a-t-il ajouté. « Ceux qui disent que je roule sur le dos de la misère des autres ne regardent pas mes films. »

Le réalisateur a grandi dans la banlieue populaire parisienne de Sarcelles, tombant amoureux des films de Charlie Chaplin et Terrence Malick à travers le ciné-club de sa maison de jeunesse locale.

À la fin des années 1990, à l’âge de 30 ans, il s’installe définitivement au Maroc et fonde sa société de production. « C’est grâce au cinéma que j’ai pu aller trouver le Maroc », a-t-il déclaré à l’AFP. « Je veux le montrer dans toute sa générosité, sa diversité et ses contradictions. »





Source link

Laisser un commentaire