Le gouvernement fidjien critiqué pour le voyage du Premier ministre à l’étranger


Le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama est à l’étranger. Nous le savons parce qu’un haut fonctionnaire du gouvernement l’a confirmé.

Mais où il est ou pourquoi il est absent, tout le monde peut le deviner.

Franck Bainimarama.

Franck Bainimarama.
Photo: Gouvernement des Fidji

Les spéculations vont bon train dans les médias locaux et en ligne sur le fait que le dirigeant fidjien cherche à se faire soigner à l’étranger.

Bainimarama a été vu pour la dernière fois en public lors des funérailles d’un responsable du Conseil des affaires iTaukei à Suva le 5 janvier.

Suite aux inondations dévastatrices causées par le cyclone tropical Cody le 10 janvier, le Premier ministre était introuvable.

Au lieu de cela, sa ministre de la gestion des catastrophes, Inia Seruiratu, a fait le tour – visitant les zones touchées.

Seruiratu a également agi en tant que Premier ministre en l’absence de M. Bainimarama dans le passé.

TC Cody a fait un mort et des dommages considérables aux maisons et aux infrastructures.

Une vaste campagne de nettoyage est en cours dans tout le pays.

Contacté cet après-midi, le ministre de la Santé, le Dr Ifereimi Waqainabete, a déclaré que Bainimarama était à l’étranger, mais il n’a pas pu donner de détails sur la visite du Premier ministre.

« Le Premier ministre est à l’étranger mais je n’ai pas les détails de sa visite. J’ai été dans les îles la semaine dernière et je viens seulement de rentrer en ville.

« Mais peut-être pourriez-vous parler au ministre de l’Economie et procureur général Aiyaz Sayed-Khaiyum. »

Le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama rencontre la famille de feu Ratu Serufoama Savu Dakuna après les funérailles à Suva le 5 janvier.

Le Premier ministre fidjien Frank Bainimarama rencontre la famille de feu Ratu Serufoama Savu Dakuna après les funérailles à Suva le 5 janvier.
Photo: Facebook / Conseil des affaires fidjiennes

Sayed-Khaiyum n’a pas répondu à une demande de commentaires incluant des responsables du bureau du Premier ministre et du ministère des Affaires étrangères.

L’opposition fidjienne affirme que Bainimarama aurait dû informer le public avant de quitter le pays.

Le chef du Parti de la Fédération nationale, Biman Prasad, a déclaré RNZ Pacifique Les Fidjiens ont le droit de savoir ce qui est arrivé à leur chef.

« Nous ne savons rien sur qui est le Premier ministre par intérim si le Premier ministre n’est pas dans le pays », a déclaré Prasad.

« Nous ne savons pas pourquoi le Premier ministre est absent. Il n’y a aucune information du gouvernement. »

« Nous avons le droit de poser des questions, là où se trouve le Premier ministre. Dans toute démocratie décente – si le Premier ministre se rend à l’étranger, la chose honorable que le gouvernement doit faire est d’informer le peuple.

« S’il n’est pas là et que les gens posent des questions, il incombe au gouvernement de dire où il se trouve et pourquoi il n’est pas vu », a déclaré le chef du NFP.

Les rapports indiquent que Bainimarama cherche un traitement médical à l’étranger. Il est connu pour venir en Nouvelle-Zélande pour ses examens médicaux.

Il n’est pas rare que le dirigeant fidjien se rende à l’étranger pour obtenir une assistance médicale.

Le chef du Parti de la Fédération nationale des Fidji, Biman Prasad

Biman Prasad, chef du Parti de la Fédération nationale
Photo: RNZI

Mais les critiques disent que si le Premier ministre n’est pas en mesure de se faire soigner aux Fidji au milieu de la pandémie de Covid-19, il pourrait être dans un état grave.

L’ancien Premier ministre fidjien Sitiveni Rabuka a déclaré que Bainimarama aurait dû faire une annonce officielle au Cabinet et à la nation s’il n’était pas dans le pays.

« Il aurait dû y avoir une annonce si le Premier ministre n’était pas là », a déclaré Rabuka.

« Ils auraient dû l’annoncer avant qu’il ne quitte le Cabinet. Et le Premier ministre informe le Cabinet que je pars pendant deux semaines et qu’en mon absence, un tel sera le Premier ministre par intérim.

« Nous devons être convaincus que les dirigeants nous parlent et n’écoutent pas ce ministre, dont le portefeuille est totalement différent de la santé, nous parler de la santé ou un autre ministre nous parler avec un portefeuille différent parler d’un autre portefeuille », a déclaré Rabuka, qui est maintenant le chef du Parti de l’Alliance des Peuples.

Une conférence de presse est prévue plus tard dans la journée.

Les départements néo-zélandais et australien des affaires étrangères et du commerce n’ont pas répondu aux questions sur le sort du dirigeant fidjien.

Le ministère australien de la Santé a déclaré qu’il commenterait une fois qu’il aurait tous les faits.

Sitiveni Rabuka, le dirigeant de Sodelpa aux Fidji.

Sitiveni Rabuka, le dirigeant de Sodelpa aux Fidji.
Photo: RNZ / Koroi Hawkins

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.