Le drame coréen sur la route « Broker » est plein d’émotions


« Courtier » – ★ ★ ★

Le drame coréen « Broker » commence comme un film noir. Une jeune femme marche lentement sous une pluie battante au milieu de la nuit à Busan, sa capuche fragile ne la gardant pas au sec. Elle a l’air hantée mais déterminée, et bientôt nous voyons sa destination : une église avec un réceptacle de collecte étiqueté « Baby Box ». C’est alors, de dos, qu’on aperçoit quelque chose qui se tortille sous sa grande veste à capuche. Cependant, elle ne l’ouvre pas. Elle pose délicatement le petit garçon sur le sol, l’enveloppe dans sa couverture et s’éloigne.

Heureusement pour l’enfant, deux détectives surveillent cette boîte à bébé particulière. L’un, Soo-jin (Bae Doona), sort pour mettre le bébé dans la boîte. L’autre, le détective Lee (Lee Joo-young), suit la mystérieuse femme. Ils soupçonnent qu’un réseau illégal de trafic d’enfants opère à partir de l’église et doit attraper les auteurs au milieu d’une vente.

Pourtant, « Broker » n’est pas un thriller policier ou un drame maudlin. Oui, il y a deux flics à la poursuite de plusieurs hommes qui ont une entreprise ténébreuse vendant des enfants orphelins et abandonnés à de riches acheteurs. Oui, il y a des nuances d’un grand et puissant syndicat du crime qui se profile. Et oui, il y a beaucoup de problèmes d’abandon.

Mais malgré tous les ingrédients d’un certain type de film, le scénariste-réalisateur Hirokazu Kore-eda avait quelque chose de différent en tête. Dans « Broker », il a réalisé un road trip tranquille sur des âmes douces dans des situations difficiles et sur la famille de fortune qu’elles deviennent.

Quiconque a vu « Shoplifters » du cinéaste japonais reconnaîtra des lignes directrices similaires, de l’aspect familial à son approche douce envers les personnes en marge de la société. Mais « Broker » va encore plus loin en jouant avec les rôles et les attentes des genres de manière inattendue et éclairante, faisant des détectives femmes et hommes ceux qui portent les porte-bébés.


        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        
        

La boîte à bébé n’est pas quelque chose d’un futur dystopique, mais une vraie chose au Japon et en Corée qui était destinée pour de bon, mais aussi extrêmement controversée. Est-ce que cela permettait aux parents de « jeter » les enfants trop facilement, se sont demandé certains. Ou était-ce un service public pour les plus désespérés dans des sociétés où les mères célibataires ont honte ?



Le détective Soo-jin (Bae Doona) tente de retrouver une entreprise obscure qui vend des enfants orphelins et abandonnés à de riches acheteurs dans "Courtier."

Le détective Soo-jin (Bae Doona) tente de retrouver une entreprise obscure qui vend des enfants orphelins et abandonnés à de riches acheteurs dans « Broker ».
– Avec l’aimable autorisation de Néon

Ces questions sont posées dans le film, et gentiment débattues, mais « Broker » ne s’intéresse pas aux réponses définitives ou à la moralisation, mais plutôt à l’empathie pour les mères dans des situations impossibles et les enfants hantés par leur abandon.

Ha Sang-hyeon (joué par Song Kang-ho de « Parasite ») est le courtier principal de l’opération, mais il n’est pas un cerveau criminel visqueux et sans âme utilisant les bébés et les enfants comme un simple moyen d’atteindre une fin rentable. En fait, sa garderie de facto ressemble à un lieu agréable d’amour et d’attention pour les plus petits et les plus démunis.

Lui et son bras droit, Dong-soo (Gang Dong-won) découvrent une note avec cette nouvelle arrivée : Son nom est Woo-sung et sa mère dit qu’elle reviendra pour lui. Par expérience, ils savent que cela est rarement vrai, surtout lorsqu’il n’y a plus de nom ou de numéro de parent. Mais la première tournure est que la mère, Moon So-young (Lee Ji-eun), revient et bientôt les trois sont en voyage pour vendre Woo-sung au bon type de parents (une sorte de scénario Goldilocks). Il y a une touche légère et presque comique dans certaines de ces interactions qui ne banalise pas non plus les choses.

« Broker » est définitivement une combustion lente qui peut parfois sembler un peu répétitive, bien que l’introduction de Hae-jin (Im Seung-soo) en tant qu’orphelin de 8 ans avec des rêves de Premier League aide à faire passer le film sur une bosse sinueuse. .

Il contient également un coup de poing émotionnel et réserve quelques surprises. Mais, plus important encore, cela rappelle que les cinéastes qui cherchent à explorer les maux de la société n’ont pas besoin de faire de quelque chose un festival de la misère pour le faire efficacement et puissamment.

• • •

Avec : Song Kang-ho, Gang Dong-won, Lee Ji-eun, Bae Doona, Lee Joo-young

Réalisé par : Hirokazu Kore-eda

Autre : Une sortie de NEON en salles. Classé R pour certaines langues. 129 minutes



Laisser un commentaire