Le déversement d’un barrage dans une mine de charbon menace le parc Hluhluwe-iMfolozi avec une boue toxique


Après qu’il a été signalé que l’expansion proposée du charbon menaçait le parc Hluhluwe – iMfolozi, les fortes précipitations récentes dans la région ont provoqué l’effondrement d’un barrage minier, laissant échapper des boues de charbon toxique dans les rivières qui traversent les communautés rurales et le parc historique.

Le gros gibier autrefois abondant du Zululand est désormais limité à des parcs tels que Hluhluwe-iMfolozi. Photo : Scott Ramsay/Galerie Getaway.

Le parc Hluhluwe-iMfolozi est la plus ancienne réserve naturelle proclamée d’Afrique, qui abrite également des espèces menacées de rhinocéros blancs et noirs, et le chien sauvage d’Afrique.

Ce parc historique est maintenant menacé par les opérations d’extraction de charbon à proximité et un récent déversement de barrage qui a entraîné l’écoulement d’une boue toxique dans le système d’eau environnant le 24 décembre 2021.

La mine appartient à la Zululand Anthracite Colliery (ZAC) où au moins 1 500 000 litres de déchets miniers pollués ont éclaté d’un barrage à lisier et se sont répandus dans les terres et les rivières environnantes, y compris la rivière Mfolozi qui traverse le parc.

Selon une étude du Centre de recherche en génie des bioprocédés à l’Université du Cap, la boue de charbon est particulièrement préoccupante pour l’environnement car elle contient de fortes concentrations de métaux toxiques, ayant souvent un effet néfaste sur l’environnement dépassant la durée de vie de la mine de charbon.

ZAC a affirmé avoir réparé le barrage depuis le déversement. Photo : ZAC

Même si le barrage s’est effondré le 24 décembre, Rapports quotidiens de Maverick que les résidents des communautés touchées n’ont été avertis des dangers potentiels que deux semaines plus tard.

De plus, les responsables de la conservation du parc Hluhluwe-iMfolozi ont été amenés à croire que le déversement était toujours sous contrôle. Selon ZAC, la mine a tenu des réunions avec les communautés environnantes les 5 et 6 janvier et a déclaré qu’elles avaient immédiatement arrêté tout pompage vers les bassins à lisier après le déversement et qu’elles avaient réparé le barrage depuis.

La rivière Mfolozi qui traverse le parc était noire après le déversement. Photo : saveourwilderness.org

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucun rapport confirmé de décès d’humains, de bétail, de poissons ou d’animaux sauvages en aval, mais des prises de vue aériennes ont montré une pollution importante car la rivière Umfolozi était visiblement noire à l’intérieur du parc Hluhluwe-iMfolozi.

A LIRE AUSSI

L’expansion de la mine de charbon menace les ménages et Hluhluwe – iMfolozi Park

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.