Le député de Jelutong exclu de Dewan Rakyat après un échange laconique avec le ministre des Finances sur le statut de Najib sur la liste noire de l’IRB | Malaisie


Le député de Jelutong RSN Rayer prend la parole lors du débat sur le budget 2022 en commission au Dewan Rakyat, le 24 novembre 2021. — Bernama pic
Le député de Jelutong RSN Rayer prend la parole lors du débat sur le budget 2022 en commission au Dewan Rakyat, le 24 novembre 2021. — Bernama pic

KUALA LUMPUR, 24 novembre – Pour son insistance à demander pourquoi Datuk Seri Najib Razak a reçu une dispense spéciale pour voyager à l’étranger alors qu’il n’a pas réglé plus de 1,69 milliard de RM d’arriérés d’impôts, le député de Jelutong RSN Rayer a été expulsé du Dewan Rakyat pour avoir perturbé procédure aujourd’hui.

Au cours du débat sur le budget 2022 au stade du comité, Rayer avait demandé au ministre des Finances Datuk Seri Tengku Zafrul Abdul Aziz pourquoi Najib n’avait pas encore été mis sur liste noire par l’Inland Revenue Board (IRB) et autorisé à se rendre à Singapour malgré les arriérés d’impôts dus à le gouvernement.

« Pourquoi YB Pekan reçoit-il un traitement spécial et n’est-il pas mis sur liste noire ? Il ne s’agit pas de la question du tribunal.

« Nous sommes mis sur liste noire si nous ne payons pas nos impôts. Ma question est pourquoi reçoit-il un traitement spécial? C’est ma question car quelque 1,7 milliard de RM d’impôts sont toujours impayés », a demandé Rayer.

Tengku Zafrul a brièvement répondu qu’il s’agissait d’une décision prise par le tribunal, mais Rayer est intervenu et a déclaré que ce n’était pas le cas.

« Ce n’est pas la décision du tribunal, Yang Berhormat. Si quelqu’un ne paie pas ses impôts, il est automatiquement mis sur liste noire. La question de la décision du tribunal est une autre affaire, mais lorsque l’on ne paie pas ses impôts, il aurait dû être mis sur liste noire », a ajouté Rayer.

Le député de Baling Datuk Seri Abdul Azeez Abdul Rahim a ensuite interrompu Rayer, soulignant que le passeport de Najib était toujours sous la garde du tribunal et que l’évaluation de l’IRB pouvait toujours être contestée.

Cela a incité Rayer à demander pourquoi Abdul Azeez répondait au nom du ministère des Finances et a ensuite exhorté Tengku Zafrul à fournir une réponse.

« Je pose cette question au nom des contribuables. Tous les contribuables savent que nous serons automatiquement mis sur liste noire si nous ne payons pas nos impôts, alors pourquoi YB Pekan bénéficie-t-il d’un traitement spécial ? » Rayer a interrogé, avant que le vice-président Datuk Mohd Rashid Hasnon ne rappelle à l’ordre la Chambre en éteignant les microphones.

Tengku Zafrul a ensuite tenté de fournir une explication à Rayer, affirmant qu’il s’agissait de la décision du tribunal et que, par conséquent, l’IRB n’a pas été en mesure de mettre Najib sur la liste noire pour le moment.

A quoi Rayer a demandé au ministre s’il craignait de répondre en raison d’un éventuel accord conclu avec un collègue du parti et Premier ministre Datuk Seri Ismail Sabri Yaakob.

« J’ai le droit de demander cela », a insisté Rayer.

Mohd Rashid a ensuite averti Rayer de garder le silence afin que les travaux de la Chambre puissent reprendre ou faire face à une expulsion temporaire.

Refusant d’obtempérer, Rayer a persisté dans ses questions avant que Mohd Rashid ne lui ordonne d’être escorté hors de la Chambre basse pendant 20 minutes avec l’aide du sergent d’armes.

Najib avait déposé un avis de requête auprès de la Cour fédérale pour demander l’autorisation d’interjeter appel de la décision de la Cour d’appel rejetant leur appel en annulation de la décision de la Haute Cour concernant le paiement de la taxe.

Le 9 septembre, la Cour d’appel a confirmé la décision de la Haute Cour autorisant la demande de jugement direct de l’IRB visant à réclamer des arriérés d’impôts de 1,69 milliard de ringgit à Najib et de 37,6 millions de ringgit à son fils Datuk Mohd Nazifuddin.

Le jugement direct est lorsque le tribunal tranche une affaire particulière par le biais d’un argument sans entendre le témoignage des témoins au procès.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *