Le Conseil des affaires de l’Afrique de l’Est appelle à l’action face à la hausse des coûts du transport aérien


Par Zephania Ubwani

Arusha. Les chefs d’entreprise ont exprimé leur inquiétude face à la montée en flèche des coûts du transport aérien dans la région de la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC).
Ils ont appelé à un examen approfondi des taxes, prélèvements et redevances sur l’aviation afin de les rendre abordables pour les usagers du transport aérien.
L’East African Business Council (EABC), un organe suprême des associations du secteur privé, lance des appels à une intervention urgente.
Profondément préoccupé par les tarifs, taxes, frais et charges exorbitants, l’organisme basé à Arusha va mandater des experts pour travailler sur la question.
Ils passeront en revue les réglementations sur les taxes d’aviation, les prélèvements et les redevances sur le coût des affaires dans la CAE.
Le coût élevé du transport aérien dans la CAE est responsable de la frustration des secteurs dépendants de l’aviation tels que le tourisme et l’exportation de produits frais.
Certains analystes commerciaux l’ont lié à l’échec des États partenaires de l’EAC à libéraliser leurs systèmes de transport aérien.
Et ce malgré la signature d’accords aux niveaux régional et international tels que la Décision de Yamoussoukro de 2000.
Au niveau régional, le secteur du transport aérien intérieur reste protégé en violation du protocole du Marché commun de la CAE.
« Cela se traduit par un transport aérien moins accessible et inabordable pour le fret et les passagers », a déclaré l’EABC dans un communiqué.
L’organisme commercial pointe du doigt les États partenaires sur ce qu’il considère comme une réglementation stricte injustifiée du secteur.
Le marché du transport aérien dans la CAE était également toujours sous ce qui est décrit comme « une réglementation et un contrôle stricts » des gouvernements.
On pense que cela a empêché une concurrence loyale entre les opérateurs au sein du bloc, désormais composé de sept États partenaires.
Selon l’EABC, les experts qui seront mandatés devront évaluer l’ensemble des coûts opérationnels de l’industrie.
Ceux-ci incluent, mais sans s’y limiter, les coûts de carburant, les frais d’atterrissage, les tarifs de stationnement et de manutention, les frais de service aux passagers et une multitude de taxes.
Les experts de l’aviation ont dénoncé la dépendance d’EA vis-à-vis de l’accord de service aérien bilatéral (Basa) restrictif dans l’octroi des droits d’accès au marché.
Le coût élevé des billets d’avion intra-EAC rend donc difficile la stimulation de la demande de transport aérien.
Ceci, affirme l’EABC, empêche l’utilisation optimale de la capacité et des fréquences ainsi que les droits de liberté convenus lors des négociations de Basa.
Au niveau national, chacun des États partenaires applique des lois sur le cabotage dans le secteur du transport aérien.
Cela limite l’exploitation des avions dans divers États partenaires, ce qui, à son tour, limite les avions atterrissant à seulement quelques aéroports internationaux.
De plus, les avions des États partenaires sont traités comme des vols internationaux et doivent donc payer des frais équivalents à ceux payés par les vols en provenance de l’extérieur de l’EAC.
L’étude de 2016 Costs and Benefits of Open Skies in the EAC a produit ce qui a été décrit comme des « preuves convaincantes » sur les avantages de la libéralisation.
La libéralisation, selon l’étude, entraîne une baisse des tarifs moyens de 9 % et une augmentation de 41 % des fréquences, ce qui stimule la demande des passagers.
En outre, l’étude a estimé que la libéralisation entre les cinq États partenaires de l’époque pourrait créer 46 320 emplois supplémentaires.
Il y aura une augmentation des revenus d’un énorme 202,1 millions de dollars par an dans le produit intérieur brut (PIB).
Le protocole du marché commun de la CAE, en vigueur depuis 2010, prévoyait la libéralisation complète du transport aérien dans la région.
Plus de dix ans plus tard, le ciel de la région reste étroitement protégé, ce qui la rend moins accessible et moins abordable pour les voyages en avion et le transport de fret.
Les billets d’avion coûteux dans l’EAC ont récemment émergé lors de la séance plénière de l’Assemblée législative de l’Afrique de l’Est (Eala).
Un rapport déposé devant la Chambre a indiqué que 43 % des prix des billets d’avion dans la région comprennent des redevances et des taxes réglementaires.
Les frais réglementaires représentent jusqu’à 24 %, dépassant les taxes et frais facturés ailleurs en Afrique et dans le monde.

Laisser un commentaire