Le chef du Conseil de l’UE Michel s’apprête à marcher sur la bonne voie avec un voyage en Chine – EURACTIV.fr


Le président du Conseil européen, Charles Michel, devra trouver un équilibre lorsqu’il rencontrera le président chinois Xi Jinping à Pékin la semaine prochaine, car il devrait affronter Pékin sur les droits de l’homme et Taïwan tout en cherchant à maintenir des liens commerciaux.

« Nous discuterons des défis mondiaux ainsi que des sujets d’intérêt commun », a tweeté Michel jeudi 24 novembre, annonçant le voyage, rapporté pour la première fois par le Financial Times.

Michel se rendra à Pékin le 1er décembre et rencontrera Xi et deux autres hauts responsables chinois, Li Keqiang et Li Zhanshu.

« Dans le contexte d’un environnement géopolitique et économique tendu, la visite est une occasion opportune pour l’UE et la Chine de s’engager », a ajouté son porte-parole Barend Leyts.

Un haut responsable de l’UE a déclaré que Michel avait une « demande de longue date d’aller en Chine » qui n’a pas pu être satisfaite en raison de la pandémie de COVID-19 et de la politique persistante de zéro-COVID et des blocages.

La visite ne durera qu’une journée pour éviter les exigences de quarantaine.

Mais alors qu’une rencontre bilatérale entre Michel et Xi « avait été prévue » à Bali, il a été décidé qu’une visite en personne en Chine serait préférable.

Selon le haut responsable de l’UE, Michel devrait dire à Xi qu’à Taiwan, que la Chine considère catégoriquement comme faisant partie de son propre territoire, « l’usage de la force n’est pas justifié et que l’UE n’a aucun intérêt au conflit ».

On s’attend également à ce qu’il souligne qu’« un monde avec l’ONU au centre » est nécessaire, et qu’il soulèvera également les droits de l’homme.

Le ministère chinois des Affaires étrangères n’a fait aucun commentaire immédiat sur le voyage de Michel la semaine prochaine.

Divisions profondes

Le voyage intervient au milieu d’un débat ravivé entre les États membres de l’UE sur la manière de gérer les relations avec la Chine à l’avenir, que l’UE considère de plus en plus comme un concurrent, voire un « rival stratégique ».

L’exercice d’introspection s’inscrit dans un contexte d’inquiétudes concernant le bilan de Pékin en matière de droits, de menaces contre Taïwan, de pressions commerciales sur certains pays de l’UE et de soutien à la Russie.

Les dirigeants de l’UE le mois dernier exprimé une inquiétude croissante sur les dépendances économiques avec la Chine et ont déclaré qu’ils avaient besoin d’une position unie envers Pékin, sans accord entre les capitales sur la façon dont cela pourrait ressembler.

Le débat est intervenu après une note interne du service diplomatique de l’UE, vu par EURACTIVqui appelait l’UE à considérer la Chine principalement comme un concurrent avec des domaines d’engagement potentiels limités.

Pendant ce temps, les États-Unis poussent leurs alliés occidentaux à adopter une position plus belliciste à l’égard de la Chine.

Cependant, certains membres de l’UE ayant d’importants liens commerciaux sont réticents à adopter une position claire à l’égard de Pékin.

Michel devrait marcher sur une ligne fine entre l’Allemagne, avec ses importants intérêts économiques en Chine, et les membres de l’UE comme la Lituanie, qui a attiré la colère de Pékin en établissant des liens plus étroits avec Taiwan.

La visite du chancelier allemand Olaf Scholz en Chine au début du mois, destinée à faire pression pour une plus grande coopération économique et des relations commerciales plus équitables, avait soulevé des sourcils.

De nombreuses capitales de l’UE y ont vu une contradiction dans leurs efforts pour ne pas répéter la même erreur de dépendance qu’avec la Russie.

Certains diplomates de l’UE ont soulevé la question de savoir pourquoi Michel part seul plutôt qu’avec la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen ou le chef de la diplomatie de l’UE Josep Borrell.

« C’est un peu étrange qu’après que Scholz se soit brûlé les doigts avec son récent voyage, et que Macron n’ait pas encore décidé d’aller en Chine, Michel ait maintenant décidé d’y aller en solo », a déclaré un diplomate européen.

Cependant, de hauts responsables de l’UE soulignent que l’objectif principal de la visite est de continuer à dialoguer avec la Chine, sur certaines questions en tant que partenaire, plutôt que de rompre les liens.

Éléphant russe dans la chambre

Dans le même temps, les Européens ont également été préoccupés par le lien de Pékin avec Moscou, même à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Plus tôt ce mois-ci, lors d’un incident qui a souligné les tensions entre Bruxelles et Pékin, un discours que Michel devait diffuser lors d’une foire commerciale chinoise a été annulé.

Les autorités chinoises auraient voulu censurer toutes les parties du discours de Michel sur la guerre en Ukraine, un sujet sensible pour Pékin, qui cherche à se positionner comme neutre mais a offert un soutien diplomatique à son allié stratégique la Russie.

Lors du récent sommet de l’ASEAN à Phnom Penh, juste avant le sommet du G20 où Xi a rencontré le président américain Joe Biden, Michel a exhorté Pékin à pousser la Russie à respecter le droit international.

Sur la Russie, Michel ne demandera pas à la Chine d’être un médiateur, comme certains l’ont suggéré, mais « tous les efforts pour résoudre cette guerre seraient les bienvenus et si un pays a une influence sur la Russie, c’est bien la Chine », a déclaré un haut responsable de l’UE. .

[Edited by Zoran Radosavljevic]



Laisser un commentaire