Le Brésil attire 185,45 milliards de dollars d’investissements du monde arabe


Brésilofficiels

Un haut responsable prend la parole lors du Forum économique Brésil et pays arabes.

Flavio Rocha, secrétaire aux affaires stratégiques de la présidence brésilienne de la République, a souligné comment le Brésil offre aux pays arabes un climat des affaires lucratif et une forte sécurité juridique pour les entreprises, qui a déjà attiré des investissements d’une valeur de plus de 185,45 milliards de dollars dans des secteurs clés tels que les infrastructures, l’énergie, et l’évacuation des eaux usées.

La discussion a eu lieu lors du Forum économique Brésil et pays arabes, qui a réuni plusieurs acteurs notables des deux régions. Plus de 300 membres, des diplomates et des autorités de l’État aux chefs d’entités et aux entrepreneurs, ont assisté à l’événement organisé par la Chambre de commerce arabo-brésilienne (ABCC) à l’hôtel Renaissance.

Selon Lucas Ferraz, secrétaire au commerce extérieur du ministère brésilien de l’économie, l’environnement commercial actuel est le résultat d’une série de mesures adoptées par le gouvernement fédéral pour réduire le « coût brésilien » et élargir la participation du pays au marché mondial. Quelques mesures ont été soulignées par Ferraz, notamment la réduction des taxes et des barrières bureaucratiques, ainsi que l’élargissement des accords commerciaux avec d’autres pays et blocs économiques.

De même, Jair Bolsonaro, président de la République brésilienne, a en outre déclaré que le monde arabe est le troisième marché étranger du Brésil, après la Chine et les États-Unis. Les flux commerciaux entre le Brésil et 22 pays de la ligue arabe ont atteint 24 milliards de dollars en 2021, les exportations vers le bloc totalisant 14,42 milliards de dollars, soit une augmentation de 26 % des revenus. De même, les exportations du Brésil vers le monde arabe sont passées de 4 milliards de dollars entre janvier et avril en 2021 à 5,2 milliards de dollars au cours de la même période de 2022. De plus, les blocs arabes ont scellé la cinquième place parmi les principaux exportateurs de biens vers le Brésil, avec le volume d’achat de produits arabes atteignant 9,82 milliards de dollars en 2021, soit une augmentation de 82% par rapport à l’année précédente.

De plus, le Brésil est aujourd’hui le premier exportateur mondial de protéines halal. Outre la volaille et le bœuf, les exportations de sucre, de soja et de blé ont également augmenté de manière significative

Rocha a déclaré : « Le Brésil et le monde arabe ont une multitude d’opportunités commerciales à développer ensemble, et l’environnement commercial actuel facilite cette croissance, renforçant davantage les liens économiques entre les régions.

Bolsonaro a déclaré : « L’un de nos principaux objectifs est de conclure des accords avec les pays arabes pour faciliter les investissements et éviter la double imposition. Les résultats de l’accord de libre-échange avec l’Égypte servent d’inspiration pour d’autres initiatives au sein du Mercosur, comme les négociations en cours avec les Émirats arabes unis. Nous croyons fermement que les perspectives de coopération économique entre le Brésil et le monde arabe ne font que commencer à être explorées.

Osmar Chohfi, président de l’ABCC, estime que les relations commerciales bilatérales entre le Brésil et le monde arabe ont pris de l’ampleur à un moment passé dans le contexte mondial, lorsque diverses nations ont dû s’adapter à des conditions commerciales et économiques nouvelles et difficiles. Il a déclaré : « Il est nécessaire de conclure davantage d’accords de cette nature, ainsi qu’un forum, où nous pourrons identifier les moyens de résoudre les obstacles et les sensibilités qui empêchent les accords de libre-échange entre le Brésil et les pays arabes.

« Cela fait également référence aux années 1970 et 1980, lorsque le Brésil a accru ses échanges avec le monde arabe grâce à sa politique d’évaluation et d’équilibre. Cette tendance s’est poursuivie dans les années 1990 et ces deux décennies du XXIe siècle. Les entreprises brésiliennes ont participé à l’échange de pétrole, de gaz, d’engrais, de véhicules, d’avions, de matériaux de construction et de services d’ingénierie, développant au fil des ans un commerce important et hautement complémentaire avec les pays arabes », a ajouté Chohfi.

Sameer Abdulla Nass, vice-président de l’Union des chambres arabes (UAC) et président de la Chambre de commerce et d’industrie de Bahreïn (BCCI), souligne un autre point critique dans les relations entre le Brésil et les pays arabes, à savoir l’élimination des goulots d’étranglement logistiques en établissant des routes maritimes directes. entre les ports brésiliens et arabes. Cela a contribué à réduire les coûts d’expédition et à augmenter le volume des échanges bilatéraux, à augmenter les revenus et à améliorer les liens stratégiques.

« La croissance des échanges entre le monde arabe et le Brésil est la preuve que nous avons encore plusieurs opportunités à saisir, même face à la pandémie de COVID-19 et à la crise économique mondiale. Afin de bénéficier des nombreux avantages déjà présents au Brésil et dans les pays arabes, nous devons intensifier notre coopération économique et faire des investissements de qualité des deux côtés », a déclaré Nass.

Osmar Chohfi, président de l’ABCC, et Augusto Pestana, président de l’Agence brésilienne de promotion du commerce et des investissements (ApexBrasil), ont signé un mandat d’engagement à un accord visant à promouvoir le commerce halal dans les années 2022 à 2025 au début du Forum économique Brésil et pays arabes. L’accord vise à promouvoir les produits halal à l’international, par le biais d’initiatives organisées dans des pays tels que l’Arabie saoudite, l’Égypte, l’Indonésie, l’Afrique du Sud, la Malaisie, la France et les Émirats arabes unis.






Laisser un commentaire