L’aventurier sud-africain va « All In! » au whisky Talisker


Le whisky Talisker Single Malt doit être une aventure, appréciée de tous, en toute occasion et à sa manière.


A lire aussi : Un trio courageux du Cap se prépare à mettre les voiles pour la charité


Tel était le message lors du lancement récent du Single Malt Scotch Whisky Talisker 10 ans d’âge, organisé en collaboration avec l’aventurier de renommée mondiale et surfeur de grosses vagues, Chris Bertish.

Lors du lancement, au populaire Life Grand Cafe du V&A Waterfront, Bradley Jacobs, ambassadeur principal de la marque Talsker’s, a déclaré que le scotch single malt, brassé au bord de la mer, avait une histoire remontant aux années 1800 et était réputé pour sa saveur terreuse profonde et fumée. .

Bradley Jacobs, ambassadeur principal de la marque Talisker.  Image : Fourni
Bradley Jacobs, ambassadeur principal de la marque Talisker. Image : Fourni

« Notre objectif est de démystifier l’idée fausse selon laquelle le whisky ne devrait être consommé qu’autour d’un feu, dans cette esthétique vieil argent du cuir marron, étudier et siroter en fumant un cigare », a-t-il expliqué lors de la dégustation, soulignant l’importance d’en profiter à sa manière. , que ce soit avec du tonic, du coca, de la glace, de l’eau ou même sur des huîtres.

L’objectif est de démentir l’image prétentieuse des whiskies single malt, une gorgée à la fois, un objectif que Talisker vise à atteindre grâce à un partenariat avec l’un des aventuriers les plus prolifiques d’Afrique du Sud.

Chris Bertish pagayant à travers l'océan Atlantique.  Photo : Facebook/ Christ Bertish
Chris Bertish pagayant à travers l’océan Atlantique. Photo : Facebook/ Christ Bertish

Tout en faisant la promotion de son dernier livre, « All In! », Bertish s’est récemment associé à Talisker, après avoir relevé de multiples défis inimaginables.

En 2017, il a réussi une traversée de 93 jours en solitaire, sans assistance et sans assistance de l’océan Atlantique en stand up paddle, allant du Maroc à Antigua.

Son embarcation ressemble à une chaloupe connectée et à une planche à pagaie debout et pesait plus de 600 kg, ce que Bertish considère maintenant comme «trop léger».]

L’engin se redressait automatiquement s’il chavirait, évitant ainsi la possibilité de se retourner.

L’équipement comprenait un radeau de sauvetage, des fusées éclairantes et un sac d’urgence. L’utilisation d’ancres flottantes faisait partie intégrante du maintien de la stabilité par mauvais temps.

L’aventurier a parcouru en moyenne 69 km par jour, dépassant ses 48 km quotidiens prévus. Le pagayage se faisait principalement la nuit pour éviter l’exposition au soleil.

La tentative a été faite afin de collecter des fonds pour plusieurs organisations caritatives sud-africaines pour nourrir, scolariser et fournir des opérations médicales aux enfants, notamment Signature of Hope Trust, la Lunchbox Foundation et Operation Smile.

Vivre selon le mantra «Dream It. Voyez-le. Crois le. Achieve It », le natif du Cap a non seulement prospéré dans plusieurs sports, mais est également devenu un auteur, cinéaste et homme d’affaires respecté.

Lors du récent événement, il a décrit son partenariat avec Talsiker comme une collaboration qui reflète son amour et sa passion pour la mer alors qu’il encourageait les participants à « Continuer à explorer et à vivre un peu plus grand et à vivre votre propre aventure et à profiter d’un petit verre ou deux, de ce whisky single malt spécial en cours de route.

A lire aussi :

Ahoy Matey, viens naviguer avec la Little Optimist Sailing Academy

Photo: Fourni et Facebook/ Chris Bertish



Laisser un commentaire