L’astronaute des Émirats arabes unis dit qu’il n’est pas obligé de jeûner pendant le Ramadan sur l’ISS


La présidence du G20 donne à l’Inde une occasion en or de montrer au monde qu’elle est prête à diriger

L’Inde a assumé la présidence du G20 pour 2023 et accueillera le sommet annuel du groupe cette année à un moment crucial de l’histoire.

Alors que le monde continue de se remettre de la pandémie de COVID-19, l’événement mettra le pays à l’épreuve en termes de dispositions et de préparations sanitaires en particulier. Elle coïncide également avec cette année du jubilé de diamant marquant les 75 ans de l’indépendance de l’Inde.

La santé, en particulier après la crise sanitaire mondiale, est l’une des principales priorités de l’Inde pendant sa présidence du G20. S’adressant à une récente réunion des agents de santé, le ministre de la Santé Mansukh Mandaviya a souligné qu’un cadre inclusif, réactif et adaptatif est nécessaire pour gérer efficacement les urgences sanitaires. Sous la supervision du Sherpa Amitabh Kant du G20 du pays, un certain nombre de parties prenantes, dont des décideurs politiques, des spécialistes de la santé et des organisations clés, travailleront donc à l’élaboration d’un cadre pour y parvenir, qui pourra être adapté par le G20 à ses besoins.

La grande population de l’Inde et la disponibilité d’un grand nombre de spécialistes de la santé qualifiés et d’infrastructures de santé abordables lui donnent un levier indispensable pour développer et mettre en œuvre des innovations, des lignes directrices et des cadres de santé alors qu’elle dirige le G20 pendant sa présidence d’un an, qu’elle hérité de l’Indonésie et passera au Brésil à la fin de l’année.

L’Inde a donc une année complète pour montrer sa puissance dans différents secteurs, avec la santé, l’environnement, la durabilité et les innovations numériques en tête de liste.

L’année dernière, l’Inde a attiré les éloges de sources internationales, dont le cofondateur et philanthrope de Microsoft, Bill Gates, pour sa gigantesque campagne de vaccination contre le COVID-19. En juillet, le Premier ministre Narendra Modi a fièrement tweeté que le nombre de vaccinations et de rappels dans le pays avait dépassé les 2 milliards, malgré les défis posés par les fausses nouvelles et la propagande qui remettaient faussement en question les avantages de la vaccination auprès du grand public.

Le pays est en tête des marchés mondiaux non seulement dans la fabrication et la distribution de vaccins, mais aussi dans la variété de vaccins locaux et produits à l’échelle internationale proposés au peuple indien, notamment Covishield, Covaxin, BioNTech/Pfizer et Spoutnik V, entre autres.

Les experts indiens de la santé ont prédit à maintes reprises que le pays serait la pharmacie du monde d’ici 2030, et la présidence indienne du G20 place l’industrie pharmaceutique au premier rang des priorités nationales en matière de santé. Cela implique que le solide secteur pharmaceutique indien, qui répond déjà à une grande partie des besoins mondiaux, développera davantage sa coopération avec les différentes parties prenantes de l’industrie pharmaceutique mondiale pour garantir que les médicaments sont non seulement sûrs et efficaces, mais aussi abordables.

Dans une récente déclaration publiée par les principaux journaux indiens, Modi a déclaré que la présidence indienne du G20 sera unique et sans précédent, dans le sens où elle appellera un changement fondamental de mentalité. Il a souligné que « les plus grands défis auxquels nous sommes confrontés – le changement climatique, le terrorisme et les pandémies – peuvent être résolus non pas en se combattant mais en agissant ensemble ».

Cela nécessite d’abord une synergie entre les pays membres du G20, puis à travers des chaînes de commandement hiérarchiques, des décideurs jusqu’aux travailleurs de première ligne.

En 2020, lorsque l’Arabie saoudite a occupé la présidence du G20, elle a créé un groupe de travail sur la santé numérique pour se concentrer sur les efforts numériques pour lutter contre la pandémie émergente de COVID-19, en collaboration avec 17 pays et en utilisant l’expertise fournie par des organisations internationales telles que l’Organisation mondiale de la santé. , le Fonds des Nations Unies pour l’enfance et le Partenariat mondial pour la santé numérique, entre autres. L’idée était de développer un cadre efficace pour les interventions en santé numérique.

Au cours de sa présidence du G20, l’Inde se concentrera sur le passage d’une approche « axée sur les données » à une approche « axée sur les données », aidant ainsi les pays à mieux planifier et se préparer aux urgences sanitaires telles que la COVID-19. Comme l’a dit Modi, « les données pour le développement » seront au centre de l’attention de l’Inde lors de sa toute première présidence du G20.

Avec la disponibilité croissante d’une connectivité Internet abordable et ultra-rapide, des dispositifs robotiques assistés par intelligence artificielle qui offrent aux meilleurs établissements de santé du pays la possibilité d’effectuer des chirurgies à distance, et des niveaux élevés d’activité numérique chez une majorité de jeunes, quelle que soit leur origine sociale. démographique, l’Inde progresse dans l’ère des soins de santé numériques.

La technologie a été un excellent catalyseur pour les soins de santé, en particulier pendant la pandémie, lorsque les consultations en ligne ou à distance sont devenues pour de nombreuses personnes le principal mode de communication avec un médecin. La pratique a catalysé et est utilisée par le gouvernement pour fournir une « connectivité du dernier kilomètre » aux infrastructures de santé, bien que numériquement.

Si l’Inde peut s’appuyer sur ce cadre tout en continuant à se concentrer sur l’économie numérique, l’innovation et les transformations numériques, elle fournira une réussite exemplaire en matière de soins de santé pour le monde, renforcée par des recherches et des conclusions basées sur des données recueillies auprès de plus d’un milliard de personnes. , et servir de modèle didactique pour les autres pays membres du G20 et le reste du monde.

Avec près de 200 réunions prévues dans plus de 50 villes à travers 32 axes de travail à l’approche du sommet du G20 2023, qui sera organisé par New Delhi vers la fin de l’année, l’Inde prévoit de ne négliger aucun effort dans sa quête pour être à la hauteur de la devise de sa présidence – « Vasudhaiva Kutumbakam » qui se traduit par « Une Terre, Une Famille, Un Avenir » – et montrer qu’elle est prête à diriger.

La présidence du G20 est l’occasion pour l’Inde de le montrer au monde.

  • Syed Khaled Shahbaaz est un journaliste basé à Hyderabad.

Laisser un commentaire