L’artiste tasmanienne Telfer Dennis se souvient de sa mort | L’examinateur


actualités, actualités locales,

La vie de l’artiste tasmanien Telfer Dennis est restée dans les mémoires après sa mort le mois dernier. Dennis a passé sa jeunesse à Victor Harbour en Australie-Méridionale, avant de déménager à Campbell Town et de passer du temps dans la maison de vacances de ses grands-parents à St Helens. Le paysage marin de la région est devenu une influence significative et des images de cygnes noirs, de reflets de lune et de bateaux de pêche sont apparues dans son travail lorsqu’elle a commencé à peindre. LIRE LA SUITE: Candidatures ouvertes pour la Commission volontaire d’aide à la mort Dennis a fréquenté l’école des amis à Hobart, puis plus tard le Hobart Technical College où elle a été encadrée par Jack Carington Smith, Dorothy Stoner et Stephen Walker. La propriété historique de Cressy connue sous le nom de Fairfield – l’un des plus anciens hangars de tonte de l’État – est devenue la maison de Dennis avec son mari et leurs trois enfants. Selon l’ami de Dennis, Jo Bornemissza, c’est là parmi les moutons, le bétail et les cultures d’avoine, de pavot, de canola et d’orge que Dennis s’est engagé sur la voie de la pratique des beaux-arts. Sa première exposition a eu lieu à la Carrick Gallery en 1968, date à laquelle Mme Bornemissza a rencontré l’artiste pour la première fois. « C’était une personne très intéressante. Une femme très attirante, très élégante, qui parlait doucement et une personne très calme », ​​a-t-elle déclaré. « Depuis ce temps là [in 1968], je la voyais assez régulièrement à d’autres expositions et assez souvent à [each other’s houses]. » LIRE LA SUITE: Les opérateurs d’événements appellent à la cohérence des restrictions COVID À partir de là, Dennis a exploré les dunes de sable, les bateaux, les voyages en mer, l’Italie, les tropiques, les incendies, les tempêtes, l’agriculture, les figures voilées, les arbres, les robes de mariée et les robes de baptême, entre autres choses dans son art. « Son travail très expressif possédait des qualités d’innocence, une sensibilité exquise et des révélations mystiques et imaginatives de son monde privé, doux et pensif », a déclaré Mme Bornemissza. « Sa technique de peinture était magistrale, tout comme son utilisation de la couleur et feuille d’or. Elle a également été inspirée par la poésie d’Emily Dickinson. » L’artiste a organisé plus de 25 expositions à travers l’Australie au cours de sa carrière artistique, notamment à Design Tasmania à Launceston. Dennis a également publié un livre auto-édité – Behind The Paint – coïncidant avec son exposition. à Design Tasmania. Le livre tisse l’histoire de la peinture et de la poésie à travers une autobiographie. Qu’en pensez-vous ? Envoyez-nous une lettre à l’éditeur :

/images/transform/v1/crop/frm/rJYMCBtgZ6tPW9SEJHL7c7/67603899-4d96-4e6e-9ad7-208afca67740.jpg/r0_241_2000_1371_w1200_h678_fmax.jpg



Laisser un commentaire