L’Arabie saoudite autorisera un million de pèlerins du hajj cette année

[ad_1]

Par AFP

L’Arabie saoudite a déclaré samedi qu’elle autoriserait un million de musulmans de l’intérieur et de l’extérieur du pays à participer au hajj de cette année, une forte augmentation après que les restrictions pandémiques ont forcé deux ans de pèlerinages considérablement réduits.

Cette décision, bien qu’elle ne rétablisse pas les conditions normales du hajj, a offert des nouvelles encourageantes à de nombreux musulmans en dehors du royaume qui ont été empêchés de faire le voyage depuis 2019.

L’un des cinq piliers de l’islam, le hajj doit être entrepris par tous les musulmans qui en ont les moyens au moins une fois dans leur vie. Habituellement l’un des plus grands rassemblements religieux au monde, environ 2,5 millions de personnes y ont participé en 2019.

Mais après le début de la pandémie de coronavirus en 2020, les autorités saoudiennes n’ont autorisé que 1 000 pèlerins à participer.

L’année suivante, ils ont porté le total à 60 000 citoyens et résidents saoudiens entièrement vaccinés choisis par tirage au sort.

Cette année, le ministère saoudien du hajj « a autorisé un million de pèlerins, étrangers et nationaux, à effectuer le hajj », a-t-il déclaré samedi dans un communiqué publié avant l’aube.

Publicité

– Limite d’âge critiquée –

Le pèlerinage, qui aura lieu en juillet, sera limité aux musulmans vaccinés de moins de 65 ans, précise le communiqué.

Ceux qui viennent de l’extérieur de l’Arabie saoudite, qui doivent demander des visas hajj, devront également cette année soumettre un résultat PCR Covid-19 négatif à la suite d’un test effectué dans les 72 heures suivant le voyage.

Le gouvernement veut promouvoir la sécurité des pèlerins « tout en veillant à ce qu’un maximum de musulmans dans le monde puisse effectuer le hajj », indique le communiqué.

Le hajj consiste en une série de rites religieux qui se déroulent sur cinq jours dans la ville la plus sainte de l’islam, La Mecque, et dans les régions environnantes de l’ouest de l’Arabie saoudite.

Les autorités ont pris un certain nombre de mesures spéciales pour réduire la propagation du coronavirus l’année dernière, notamment en divisant les pèlerins en groupes de 20 et en distribuant des désinfectants, des masques et des cailloux stérilisés pour le rituel de la « lapidation de Satan ».

Mais les foules relativement petites étaient affligeantes pour les musulmans à l’étranger.

« Nous avons été dans une grande tristesse et douleur ces deux dernières années à cause du petit nombre de pèlerins. La scène était horrible », a déclaré samedi Mohamed Tamer, un habitant du Caire de 36 ans.

« Je suis très heureux que le hajj revienne à la normale dans une certaine mesure », a-t-il ajouté, bien qu’il ait également exprimé son inquiétude quant à la hausse des coûts, notamment pour les vols et les hôtels.

Les réactions à l’annonce de samedi ont été généralement positives sur les réseaux sociaux, bien que certains utilisateurs de Twitter aient critiqué la limite d’âge.

« C’est une si bonne nouvelle, mais imposer des restrictions d’âge est déchirant pour de nombreux aspirants au hajj âgés », a écrit un utilisateur en réponse à l’annonce du ministère du hajj.

D’autres ont exprimé leur inquiétude quant à ce qui arriverait aux pèlerins qui ont financé des voyages à La Mecque – pour voir leurs plans ruinés par un test Covid-19 positif.

– Question de prestige –

Accueillir le hajj est une question de prestige pour les dirigeants saoudiens, car la garde des sites les plus sacrés de l’islam est la source la plus puissante de leur légitimité politique.

Avant la pandémie, les pèlerinages musulmans étaient les principales sources de revenus du royaume, rapportant quelque 12 milliards de dollars par an.

Le royaume d’environ 34 millions d’habitants a enregistré jusqu’à présent plus de 751 000 cas de coronavirus, dont 9 055 décès, selon les données du ministère de la Santé.

Début mars, il a annoncé la levée de la plupart des restrictions de Covid, y compris la distanciation sociale dans les espaces publics et la mise en quarantaine des arrivées vaccinées, des mesures qui devaient faciliter une augmentation du nombre de pèlerins musulmans.

La décision comprenait la suspension des « mesures de distanciation sociale dans tous les lieux ouverts et fermés », y compris les mosquées, tandis que les masques ne sont désormais requis que dans les espaces fermés.

[ad_2]

Laisser un commentaire