L’ancien patron olympique du Brésil condamné à de la prison pour corruption


SAO PAULO (AP) – Carlos Arthur Nuzman, président du Comité olympique brésilien pendant plus de deux décennies, a été condamné à 30 ans et 11 mois de prison pour avoir prétendument acheté des voix pour que Rio de Janeiro accueille les Jeux olympiques de 2016.

La décision du juge Marcelo Bretas est devenue publique jeudi.

Nuzman, qui a également dirigé le comité d’organisation de Rio 2016, a été reconnu coupable de corruption, d’organisation criminelle, de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale. L’exécutif de 79 ans ne sera pas emprisonné tant que tous ses appels n’auront pas été entendus.

Lui et son avocat n’ont pas commenté la décision.


Bretas a également condamné à la prison l’ancien gouverneur de Rio Sergio Cabral, l’homme d’affaires Arthur Soares et Leonardo Gryner, qui était le directeur général des opérations du comité Rio 2016. Les enquêteurs disent que tous les trois et Nuzman se sont coordonnés pour soudoyer l’ancien président de l’Association internationale des fédérations d’athlétisme, Lamine Diack, et son fils Papa Diack pour obtenir des votes.

Cabral, qui est en prison depuis 2016 et fait face à une série d’autres condamnations et enquêtes, a déclaré à Bretas il y a deux ans qu’il avait payé environ 2 millions de dollars en échange de jusqu’à six voix lors de la réunion du Comité international olympique (CIO) qui a décerné à Rio le prix Jeux Olympiques et Paralympiques. Il a déclaré que l’argent provenait d’une dette que lui avait Soares.

Cabral, qui a gouverné l’État de Rio entre 2003 et 2010, a ajouté que 500 000 $ supplémentaires avaient été versés plus tard au fils de Diack dans le but d’obtenir trois voix supplémentaires des membres du CIO.

La décision de Bretas qualifie Nuzman de « l’un des principaux responsables de la promotion et de l’organisation du stratagème criminel, compte tenu de sa position au sein du Comité olympique brésilien et devant les autorités internationales ». Le juge a également déclaré que l’exécutif sportif « a dirigé et coordonné l’action des autres agents, clairement en tant que leader » pour saisir illégalement le soutien au CIO.

Le juge a déclaré qu’il enverrait les résultats de l’enquête aux autorités sénégalaises et françaises, où vivent respectivement Papa Diack et Lamine Diack.

La candidature de Rio a battu Chicago, Tokyo et Madrid pour accueillir les Jeux de 2016.

L’enquête au Brésil a commencé en 2017 après que le journal français Le Monde a découvert que des membres du CIO avaient été soudoyés trois jours avant la session de 2009 à Copenhague, où Rio avait été choisi pour accueillir les Jeux.

___

Plus d’Olympiques AP : https://apnews.com/hub/olympic-games et https://twitter.com/AP_Sports

Plus de sports AP : https://apnews.com/hub/apf-sports et https://twitter.com/AP_Sports



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *