L’Allemagne a quatre mois pour certifier le gazoduc Nord Stream 2


FRANCFORT, 13 septembre (Reuters) – Le régulateur allemand de l’énergie a déclaré lundi qu’il disposait de quatre mois pour achever la certification du gazoduc Nord Stream 2 après avoir reçu tous les documents nécessaires à une demande de licence d’exploitation de la part de la société pipelinière.

Le groupe gazier russe Gazprom (GAZP.MM) a annoncé la semaine dernière avoir terminé la construction du gazoduc vers l’Allemagne, ce qui pourrait permettre à la Russie de doubler ses exportations de gaz vers l’Europe via la mer Baltique tout en contournant l’Ukraine. Lire la suite

Le projet a suscité les critiques des États-Unis et de l’Ukraine, entre autres. Washington dit qu’il augmentera la dépendance de l’Europe vis-à-vis des approvisionnements énergétiques russes. Lire la suite

Le régulateur allemand, la Bundesnetzagentur, a déclaré sur son site Internet, qui a été mis à jour le 13 septembre, que la période de quatre mois pour certifier le groupe Nord Stream 2 AG a commencé le 8 septembre.

Une fois que le régulateur aura terminé son inspection, l’autorité enverra un projet de décision à la Commission européenne, a-t-il déclaré.

La Bundesnetzagentur doit veiller à ce que Nord Stream respecte les règles de l’Union européenne qui exigent que les propriétaires de gazoducs soient séparés des fournisseurs de gaz lorsqu’ils atteignent et traversent les eaux et le territoire allemands. Lire la suite

La chancelière allemande Angela Merkel a tenté de minimiser les craintes concernant le gazoduc lors d’une visite d’adieu en Pologne ce week-end, affirmant qu’elle avait clairement fait savoir à Moscou que l’Ukraine devait rester un pays de transit pour le gaz russe au-delà de l’expiration d’un accord de cinq ans en 2024. en savoir plus

Le Premier ministre polonais a déclaré lors de la visite que la poursuite du transit de gaz via l’Ukraine réduisait les chances que la Russie utilise les fournitures de gaz comme arme politique.

Reportage de Vera Eckert, édité par Jane Merriman

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.



Source link

Laisser un commentaire