L’Algérie bat le Maroc aux tirs au but et remporte la Coupe arabe U-17 2022

[ad_1]

Les ajouts estivaux de la superstar Miralem Pjanic et Andriy Yarmolenko ont ouvert leurs comptes ADNOC Pro League, tandis que Kodjo Fo-Doh Laba à quatre buts a renforcé ses références de frappe d’élite dans une Matchweek 2 électrique.

Tous les regards étaient tournés vers le finaliste Sharjah et leur nouvelle recrue susmentionnée de Barcelone, qui n’a pas déçu lors d’une victoire 3-0 sur Baniyas.

Laba et Yarmolenko se sont avérés essentiels dans la plus large marge de victoire de la division depuis mars 2018, aidant les champions d’Al Ain à démanteler Al Dhafra à 10 joueurs 7-0.

Ali Mabkhout a réussi un 15e triplé dans le top-fight – et a raté un penalty – lors de la victoire mouvementée 4-2 d’Al Jazira à Khor Fakkan. Les jeunes du Shabab Al-Ahli Dubai Club les ont aidés à se battre pour l’emporter 2-1 à Dibba Al Fujairah, et la finition nette de Leandro Spadacio a vu les chevaux noirs Al-Ittihad Kalba étourdir Al Wahda de Carlos Carvalhal 1-0.

Gilberto a converti de chaque côté de l’intervalle lors de la victoire 2-1 d’Al Wasl sur le promu Al Bataeh, et l’ancien milieu de terrain du Bayern Munich Thorsten Fink a ouvert son compte à Al Nasr avec une victoire 2-0 contre Ajman.

Voici les meilleurs choix d’Arab News et un sujet de discussion de l’action du week-end :

Joueur de la semaine : Kodjo Fo-Doh Laba (Al Ain)

Un rappel sur le syndrome de la pie du football a été prononcé avec insistance ce week-end au stade Hazza bin Zayed.

Une excitation compréhensible a entouré Pjanic, son coéquipier Paco Alcacer et le maestro ukrainien Yarmolenko. Cela pourrait s’amplifier avant la date limite de transfert du 4 octobre, avec des potins du week-end centrés sur l’ex-Brésil et l’embauche potentielle de la star de Chelsea Oscar par Sharjah.

Le quatuor de grèves de Laba dans la Garden City, cependant, est venu contrebalancer cette concentration incessante sur la nouveauté.

L’attaquant togolais a signé un transfert gratuit sans précédent du RS Berhane du Maroc en juillet 2019. Ses réalisations depuis ont défié les attentes et confirmé qu’un grand nom n’est pas le seul garant du succès dans le football du Moyen-Orient.

Les intrigues de la cour ont cependant suivi des célébrations en sourdine.

Le troisième « super triplé » du joueur de 30 ans dans l’ADNOC Pro League l’a amené à 62 buts en 65 sorties. Cela a également prouvé que le meilleur tireur d’élite de la saison dernière et vainqueur du Ballon d’or – pour le meilleur étranger – n’a pas été affecté par le penalty manqué tardif de la semaine dernière lors de l’impasse 1-1 à Ajman.

Pjanic, Alcacer et Yarmolenko, malgré tout leur prestige, ont encore beaucoup à faire s’ils veulent égaler l’impact sismique de Laba.

But de la semaine : Miralem Pjanic (Sharjah)

Un coup de pied chargé de symbolisme a fourni l’héritage durable de cette semaine de match.

Des buts de qualité supérieure ont été évoqués dans les stades des Émirats arabes unis par rapport au penalty de Pjanic : l’échappée animée de Kalba à Al Wahda, une interaction époustouflante entre Ahmed Barman, Yarmolenko et Soufiane Rahimi pour le troisième but de Laba, plus la fusée de Yuri Cesar à Dibba pour Shabab Al-Ahli.

L’effort de l’international de Bosnie-Herzégovine contre Baniyas à partir de 12 mètres était plus prosaïque. Pourtant, il a montré une direction de voyage brûlante pour les vainqueurs du titre 2018-19, qui semblent déterminés à atteindre la domination nationale et la gloire de la Ligue des champions de l’AFC.

Pjanic a tiré au bout des doigts de Fahad Al-Dhanhani environ 72 heures après que son transfert gratuit du Barca ait attiré l’attention du monde entier. C’était le premier but du joueur de 32 ans depuis 2019.

Sharjah a présenté un spectacle dans la strophe d’ouverture du match, et Pjanic était au centre d’une démonstration dominante où l’espoir des Émirats arabes unis Majed Rashid et le jeune brésilien Luanzinho semblaient imparables.

L’homme d’État le plus âgé, quant à lui, a enregistré une précision de passe de 91% et l’a emporté dans quatre duels.

Les fondations sont construites pour la gloire future.

Entraîneur de la semaine : Leonardo Jardim (Shabab Al-Ahli Dubai Club)

Jardim semblait un candidat improbable pour cette distinction après une première heure douloureuse du premier concours de vendredi dans la nouvelle maison de 100 millions de dirhams (27,2 millions de dollars) de Dibba.

L’impressionnante tête du milieu défensif du Monténégro Aleksandar Scekic sur le coup de la mi-temps n’était que récompense pour les troupes de contre-attaque de Zoran Popovic, qui avaient eu raison de la pléiade de stars de leurs visiteurs.

De nombreux doutes étaient, à ce moment-là, jetés sur l’ancien tacticien de Monaco et d’Al Hilal, amplifiés par la précédente défaite 2-0 de Shabab Al-Ahli contre Sharjah.

Les jeunes remplaçants de Jardim allaient cependant enflammer le règne des Portugais.

L’ancien jeune de Flamengo, Cesar, a mis 10 minutes en seconde période pour égaliser à 30 mètres. Une habile passe sans regard pour sa compatriote recrue Cheickna Doumbia a scellé une victoire résolue en fin de match.

On peut reprocher à Jardim une équipe de départ conservatrice, mais ses interventions ont été excellentes et efficaces. C’était la meilleure gestion de crise.

Les scintillements de vie d’Amoory sont le carburant des romantiques du football

Certains sites feront rêver même les adeptes les plus chevronnés de l’ADNOC Pro League.

Un Omar Abdulrahman en plein essor fera exactement cela.

Les fidèles d’Al Wasl ont eu droit au retour en arrière du joueur de 30 ans lors du triomphe 2-1 de vendredi à Bataeh. Des pieds rapides et un cerveau aiguisé étaient la clé, du milieu de terrain central dans la formation exubérante 4-3-3 de Juan Antonio Pizzi, au clincher de Gilberto.

Dans cet état d’esprit, il n’y a personne comme lui.

Les romantiques du football des Émirats arabes unis – et, en particulier, l’entraîneur de l’équipe nationale Rodolfo Arruabarrena – se languissent de son retour permanent à la forme. Mais assisterons-nous réellement à une résurgence en fin de carrière ?

Al-Wasl est le quatrième club d’Amoory depuis une sortie douloureuse d’Al Ain en 2018. Des blessures graves et des traitements hors du terrain, plutôt que des exploits magiques, ont défini les années perdues depuis.

Des camées stellaires tout au long des exploits de la phase de groupes de la Ligue des champions de l’AFC de Shabab Al-Ahli en avril constituent de glorieuses exceptions à la norme décourageante.

Mais des fleurets appropriés ont été découverts au stade Zabeel chez l’attaquant brésilien Gilberto, son collègue des Émirats arabes unis Fabio De Lima, le talent abondant Ali Saleh et l’ancien joueur argentin des moins de 20 ans Tomas Chancalay.

Un test décisif du retour d’Amoory sera le derby de Bur Dubai le 1er octobre.

[ad_2]

Laisser un commentaire