L’agence de santé brésilienne confirme des cas de COVID-19 sur un bateau de croisière


Les passagers du navire de croisière MSC Preziosa ont dû attendre plus de six heures pour débarquer à Rio de Janeiro dimanche en raison d’une inspection par les autorités sanitaires brésiliennes qui a confirmé 28 cas de COVID-19 à bord – 26 passagers et deux membres d’équipage.

Le secrétariat à la santé de Rio a déclaré dans un communiqué que parmi les personnes testées positives, les personnes vivant à Rio ou dans la région voisine peuvent se mettre en quarantaine chez elles. D’autres doivent d’abord s’isoler dans des hôtels, et aucune information n’a été fournie sur qui paierait les frais.

Après l’inspection, le MSC Preziosa a été autorisé par le régulateur fédéral de la santé Anvisa à poursuivre ses activités. D’autres passagers attendaient d’embarquer pour Bahia. Le navire était parti de l’île brésilienne de Búzios.

L’Associated Press a tenté de contacter MSC pour poser des questions sur les mesures sanitaires prises – il s’agit du troisième navire de la société avec des cas confirmés de COVID-19 au cours de l’année écoulée – mais n’a pas reçu de réponse. Les autorités n’ont pas précisé combien de personnes se trouvaient à bord du MSC Preziosa ni de quelle nationalité elles étaient.

L’épidémiologiste Denise Garrett, qui est également vice-présidente du Sabin Vaccine Institute du Brésil, a déclaré que l’atmosphère sur les navires de croisière était « très propice à la transmission, surtout maintenant avec omicron ».

« Il y a des milliers de personnes qui partagent le même air intérieur », a-t-elle déclaré. « Il faut l’éviter à tout prix. »

Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis ont relevé la semaine dernière le risque de propagation du COVID-19 lors des croisières au niveau maximum, affirmant que le COVID-19 peut se propager facilement parmi les personnes à bord, même parmi celles qui sont entièrement vaccinées.

Anvisa a recommandé au ministère brésilien de la Santé de suspendre la saison des voyages. Le ministère a déclaré dans une note qu’il « évaluera les mesures appropriées avec les ministères concernés par la question ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *