L’absence d’action pour faire face à la crise des déplacements internes n’est plus une option, a déclaré l’ONU

[ad_1]

LONDRES : L’inaction n’est plus une option pour la communauté internationale en réponse aux besoins de millions de personnes déplacées dans le monde, selon un rapport d’un panel de haut niveau officiellement soumis mercredi au secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

L’étude, qui a été remis par les coprésidents du panel Donald Kaberuka et Federica Mogherini, appelle à des solutions régionales et internationales aux problèmes affectant plus de 55 millions de personnes déplacées dans leur propre pays.

Lorsqu’il a reçu le rapport, intitulé Mettre en lumière le déplacement interne : une vision pour l’avenir, Guterres a déclaré que les problèmes rencontrés par les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays diffèrent de ceux des 26 millions de réfugiés dans le monde, et que des solutions différentes sont donc nécessaires. Il a souligné le mandat du rapport de faire des recommandations sur les moyens réalisables de mieux prévenir, répondre et développer des solutions à la crise des déplacements internes, et la nécessité de nouvelles stratégies et politiques pour le faire.

« Depuis plusieurs décennies, le nombre de personnes déplacées dans le monde augmente, atteignant des records d’année en année », a-t-il déclaré. « L’aide humanitaire est vitale pour les aider à survivre, mais il en faut davantage pour rétablir un sentiment de normalité et apporter des solutions. »

Le rapport exhorte les gouvernements et les États à adopter une « approche axée sur le développement » pour trouver des solutions aux citoyens et résidents déplacés par la violence, les conflits, les catastrophes et les effets du changement climatique.

Contrairement aux réfugiés, a déclaré Guterres, les personnes déplacées restent des citoyens de leur pays avec les mêmes droits que les citoyens non déplacés, et que les États ont donc une « responsabilité » de faire face à leur sort.

Le coprésident du Panel, Kaberuka, a déclaré : « Il est dans le meilleur intérêt des gouvernements de s’approprier cette question car ils ne peuvent pas atteindre les objectifs de développement durable sans améliorer la vie de toutes les personnes déplacées, des femmes et des enfants déplacés aux personnes âgées.

Mogherini a ajouté : « Compte tenu de l’état actuel des conflits et de la trajectoire de l’urbanisation et du changement climatique, il est temps d’agir. Maintenir le statu quo n’est pas une option.

Le panel a été formé après que 57 États membres de l’ONU en mai 2019 ont appelé Guterres à établir un groupe indépendant de haut niveau pour examiner la crise mondiale des déplacements internes. Les pays se sont dits préoccupés par le fait que « l’attention internationale accordée aux déplacements internes a été insuffisante par rapport aux besoins croissants ».

Le rapport qui en a résulté confirme et déplore cet « échec collectif » à lutter contre le déplacement interne et comprend un certain nombre de recommandations d’action pour provoquer les changements d’approches et de pratiques nécessaires pour mettre fin aux souffrances inutiles, dont l’une est un renforcement du leadership de l’ONU. .

Le rapport a également recommandé la création d’un Fonds mondial pour les solutions de déplacement interne pour aider les pays à surmonter les principaux obstacles à l’élaboration et à la mise en œuvre de solutions.

Les autres recommandations clés comprennent :

– Faire des solutions une priorité nationale et pangouvernementale

– La volonté politique est essentielle et doit être catalysée

– S’assurer que l’ensemble de la société s’investit dans la question

– Mieux utiliser les capacités du secteur privé lors de l’élaboration de solutions

– Rendre l’ONU adaptée à son objectif et responsable des solutions

– Exploiter les financements internationaux pour des solutions

– Améliorer l’utilisation efficace des données de déplacement interne

– S’attaquer aux facteurs de déplacement et réduire les risques de déplacement

– Renforcer la qualité de la protection et de l’assistance apportée aux déplacés internes et à leurs communautés d’accueil

– Maintenir la dynamique et assurer des procédures de suivi robustes

[ad_2]

Source link

Laisser un commentaire