La ville que j’aime… et un voyage à Paris


Everton et son partenaire technique hummel sont fiers de collaborer pour présenter My Everton, une série hebdomadaire de récits de première main décrivant les souvenirs les plus précieux des fans, des joueurs et du personnel passés et présents.

Vous avez une entrée ? Nous aimerions l’entendre – et il y a des prix exclusifs pour les meilleures soumissions soumises par les fans, y compris des billets VIP pour les matchs de la première équipe, des invitations à assister à une formation à l’USM Finch Farm, des produits signés et des réductions sur hummel.net.

Participez en envoyant un e-mail à digital.content@evertonfc.com.

J’étais officiellement accro à Everton pendant une saison complète lorsque ma femme (alors petite amie) et moi avons planifié un voyage incroyable à Paris et à Amsterdam en octobre 2015.

Pendant mon séjour à Paris – la ville de l’amour – j’ai décidé de réaliser un rêve avec un autre de mes vrais amours et j’ai acheté un billet d’avion pour Liverpool pour assister à un match d’Everton à Goodison Park.

J’en ai parlé à ma femme, qui m’a rappelé que nous avions des billets pour voir un grand DJ avec des amis la veille de notre match.

Mais je ne pouvais pas manquer ça.

Donc, après une nuit tardive, nous avons pris un vol à 4 heures du matin pour Liverpool.

Nous sommes arrivés à notre hôtel, avons fait une sieste rapide, puis nous nous sommes réveillés avec une terrible nouvelle. Howard Kendall, une légende d’Everton, était décédé.

Je n’avais aucune idée à quel point c’était gros à l’époque.

Naturellement, nous étions ravis de vivre notre tout premier match en direct à Goodison et nous avons décidé de participer aux festivités d’avant-match – mais il y avait une sensation très différente dans la foule.

Je n’avais jamais rien vécu de tel. L’intensité d’une journée de match était toujours là, mais l’énergie était différente. C’était sombre.

J’avais l’impression que tout le monde était là pour rendre hommage à un être cher perdu, comme une famille.

C’est le jour où je suis vraiment tombé amoureux d’Everton.

Everton m’a touché au plus profond de moi-même ce jour-là, et comme l’a dit Alan Ball : « Une fois qu’Everton t’aura touché, rien ne sera plus pareil. »

Rewind 12 mois et c’est là que l’histoire a commencé.

Je savais que je devais commencer à suivre le football (ou le football comme on dit à Miami) après la Coupe du monde 2014.

Au cours de cet été, un amour pour le football a été suscité chez beaucoup d’entre nous lorsque Tim Howard a battu le record d’arrêts de la Coupe du monde.

Beaucoup de mes amis ont suggéré des clubs à suivre, en particulier ceux ayant des liens avec les États-Unis, notamment Everton (avec Tim Howard), Fulham (avec Clint Dempsey) et Liverpool, Manchester United et Tottenham (en raison de la propriété américaine).

Les clubs d’autres ligues telles que le Real Madrid, Barcelone, le Bayern Munich et l’AC Milan étaient déjà énormes à Miami – mais j’ai limité ma recherche aux clubs de Premier League, car je savais que je pouvais assister à la plupart des matchs.

J’ai toujours aimé les clubs avec une histoire.

J’ai gardé un œil attentif sur la saison 2014/15 de Premier League et, je vous le murmure, j’ai en fait commencé à chercher Liverpool… J’ai regardé des vidéos YouTube pour connaître leur histoire et j’ai remarqué qu’ils avaient une rivalité avec un autre club du même ville. Ils portaient du bleu au lieu du rouge.

J’ai tout appris sur le derby du Merseyside et sur le fait que c’est la rivalité la plus célèbre de tout le sport.

J’ai tout appris sur les grands moments, les grands noms, et j’avais hâte d’en regarder un par moi-même.

Quel derby c’était !

À la 91e minute, le capitaine d’Everton, Phil Jagielka, marque l’égalisation à Anfield – et je n’ai jamais vu un groupe de fans à l’extérieur devenir aussi fou.

Immédiatement après, j’ai commencé à chercher des vidéos d’Everton sur YouTube et je suis devenu accro.

Le voyage a vraiment scellé mes sentiments pour cette institution spéciale – et j’ai depuis créé un club de supporters à Miami, où je vis, appelé Vice City Evertonians.

Nous sommes basés dans la ville de Miami, mais nous avons des membres du comté de Miami-Dade, du comté de Broward et du comté de Palm Beach.

Parce que nous avons officiellement commencé fin 2019, nous n’avons pas vraiment trouvé de foyer avant la pandémie de Covid-19. Cependant, lorsque nous pouvions nous rencontrer, ce serait plutôt au bar The Lost Boy. Nous avons accueilli de nombreux scousers qui sont passés par Miami. Il est toujours bon d’avoir un aperçu direct du cœur du Club.

Nos membres sont de tous horizons. Nous avons des membres qui ont déménagé dans le sud de la Floride en provenance d’États comme New York et l’Ohio, et nous avons des membres qui sont nés en Espagne, en Argentine et en Colombie.

Miami est une ville très multiculturelle, nous avons donc souvent des contacts avec des fans du Mexique, du Brésil, du Costa Rica et de Porto Rico.

Quant à moi, je suis d’origine cubaine. Ma femme, qui est aussi Evertonienne à cause de moi, est originaire d’Amérique centrale. J’ai également converti mon cousin le plus proche pour devenir un Evertonian.

Je suppose que je suis né Evertonien, je ne m’en suis rendu compte que le 17 octobre 2015.

Par Jordan Sanchez, fondateur de Vice City Evertonians à Miami

L’histoire ci-dessus provient de goal-click.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *