La tournée à l’étranger s’avère joyeuse pour les cerceaux féminins de Columbia


C’était la bonne équipe au bon moment, a déclaré Megan Griffith, entraîneure de basket-ball féminin de l’Université de Columbia, qui a récemment terminé une tournée d’une semaine à l’étranger à travers le Maroc et l’Espagne avec l’équipe. Le voyage avait été initialement prévu pour 2020, mais le retarder a été une sorte de bénédiction car cette équipe a non seulement fait le travail, mais a également réussi à en tirer le meilleur parti.

« Pouvoir construire à partir de là où nous nous sommes arrêtés, mais aussi démarrer notre saison avec un fusil de chasse », a déclaré Griffith. « Honnêtement, le voyage nous a donné l’occasion de nous rapprocher en tant que programme. … En allant dans un endroit différent, en vivant quelque chose de différent avec ces personnes, vous en apprenez sur vous-même. Le basket était un peu comme le bonus. Après cela, je dirais que notre équipe est très prête à franchir cette prochaine étape.

Griffith voulait que l’équipe voyage dans un endroit intéressant et éducatif. L’équipe compte deux joueuses espagnoles, Mary Lobon et Noa Comesaña, qui étaient ravies de découvrir leur pays d’origine avec leurs coéquipières, mais au moins une des villes qu’elles ont visitées, Séville, était nouvelle pour elles. Leurs parents sont venus aux jeux, ce qui était un moment de fierté pour eux. Le voyage a même permis aux entraîneurs de faire du recrutement.

« Il y a eu tellement de moments de cohésion d’équipe », a déclaré Griffith. « L’un de nos matchs, nous sommes allés dîner avec une autre équipe. Ils discutaient tout le temps. Peu importe qui parlait espagnol ou anglais, le basket est ce qui nous rassemble tous et crée ces opportunités. C’était une telle métaphore de la vie et du sport pour enseigner des leçons de vie.

Tous les 13 joueurs qui ont fait le déplacement ont pu participer aux matchs, qu’ils aient été partants ou réservistes lors de leurs saisons collégiales. Un gros point à retenir pour Griffith était à quel point certains joueurs ont évolué depuis la fin de la saison dernière. Bien sûr, des compétences supplémentaires ont été acquises lors de ce voyage, au cours duquel ils ont dû s’adapter à un chronomètre des tirs plus court et à une différence sur le terrain.

« Cela n’a pas changé grand-chose à ce que nous faisons, mais cela a augmenté et nous a aidés à réfléchir rapidement et à prendre des décisions sous pression et dans le temps », a déclaré Griffith. « Le jeu s’appelle différemment, nous avons donc dû nous adapter à cela sur leur propre terrain. C’était l’occasion de mettre notre équipe au défi d’accepter les différences du jeu. … Ils se sentent vraiment bien après ce voyage.

Laisser un commentaire